Il arrive que les officiers d'Etat Civil commettent de lourdes erreurs en tenant leur registre. Ce fut le cas à Jumièges pour une petite fille à qui l'on attribua des parents qui n'étaient pas les siens...

Les Dossemont, les Renault étaient de vieilles familles de Jumièges. En  1846, Louis Dossemont, marin de son métier,  épousa Zéphirine Rose Renault. Après quoi le couple alla s'établir un à Villequier. Là, il mit au monde plusieurs enfants. Dont Louise-Victorine, le 2 mai 1854 et dont voici l'acte de naissance en bonne et due forme :



La petite Louise-Victorine est bien déclarée comme fille de Louis Dossemont et Zéphirine Rose Renault.
Hélas, elle ne vécut que quelques années et mourut à Jumièges le 2 janvier 1862 alors qu'elle y séjournait. Or, voici ce qu'écrivit l'officier de l'état civil :
"Acte de décès de Dossement Louise Victorine, décédée aujourd'hui à une heure du matin au domicile de la veuve Renault, à Jumièges, hameau de Conihout, âgée de sept ans, née à Villequier (Seine-Inférieure), le deux mai mil huit cent cinquante quatre..."

Jusque là, tout est correct. Mais la suite se gâte :

... fille de Dossemont Pierre Dominique et de Harang Félicité Rosalie,

célibataire, sans profession. Sur la déclaration faite par les Dorléans Jean, journalier, âgé de 40 ans, voisin de la défunte et par les Gruley Charles, instituteur, âge de 28 ans, témoin non parent de la défunte, tous deux demeurant en cette commune. Lesquels ont signé après lecture faite le présent acte de qui a été fait en double en la leur présence et constaté suivant la loi par nous, premier adjoint de la commune susdite remplissant en l'absence de M. le maire les fonctions d'officier public de l'état civil.


Voilà que la petite Louise-Victorine n'est plus la fille de Louis Dossemont et Zéphirine Rose Renault. mais celle de Pierre Dominique Dossemont et de Félicité Rosalie Harang !
L'explication ? Tandis que ses parents, les vrais, demeuraient toujours à Villequier, la petite Louise-Victorine séjournait chez sa grand-mère maternelle, Marie-Anne Duquesne, veuve Denis Renault, lorsqu'elle vint à décéder. Le nom du père qui fut attribué à la défunte est en réalité celui... de son grand-père paternel, Pierre Dominique Dossement, remarié en seconde noce à Félicité Rosalie Harang et qui vivaient eux aussi à Jumièges.
On a bien du mal à comprendre cette grossière erreur. Le maire de la commune est alors Aimé Lepel-Cointet, le propriétaire de l'abbaye et son adjoint, qui rédigea l'acte, est maître Bicheray.  Lle notaire de Jumièges est pourtant rompu à l'art de rédiger les actes.

Pour la petite histoire, sachez que les personnages évoqués ci-dessus sont les ascendants directs de l'écrivain Gabriel-Ursin Langé à qui nous consacrons un ouvrage et avec qui nous cousinons. Toute sa vie, il chanta le berceau de ses ancêtres. De ses vrais ancêtres...

Laurent QUEVILLY.