A consulter les registres paroissiaux, la noyade est la première cause de mort accidentelle dans les paroisses riveraines de la Seine. L’exemple que nous donnons d’une noyade au passage de Jumièges, le 7 août 1787, est d’une richesse exceptionnelle. Tous les textes ont été consultés aux Archives départementales.

 Vendredi 10 août 1787, registre paroissial : Sur le mandement du Sr Lepage avocat au parlement de Rouen faisant pour l'absence de monsieur le vicomte de l'eau a nous délivré le susdit jour et attaché au présent registre le corps d'une personne de sexe masculin trouvé noyé au bord de la Seine et inconnu a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse par nous curé en présence des soussignés. [Il n'y a pourtant que la signature du curé]

 Lettre annexée : Nous Jean Lepage avt [avocat] au Parlement faisant pour l'absence de Mr [monsieur] le vicomte de l'eau de Rouen mandons au Sr curé de la paroisse de Jumièges de donner incontinent et ce jour sépulture chrétienne à un cadavre de sexe masculin trouvé noyé sur la rivière de Seine sur l'étendue de sa paroisse comme inconnu à quoi faire en cas de refus il sera contraint partoutes voies dues et raisonnables. A Jumièges le 10 août 1787.

6 BP 9, greffe de la Vicomté de l’eau (1), 7 août 1787 : Adrien le Roy [qui s'est donc rendu par ses propres moyens au siège de la Vicomté de l'eau à Rouen] passager (2) de Jumièges demeurant aud. lieu ce jourd’huy matin sur les 10 à 11 heures s’étant présenté au passages deux personnes avec 2 chevaux pour passer la traverse de la rivière de Seine le déclarant étant absent de chez lui son domestique et garçon du passage ordinaire auroit fait embarquer les chevaux dans son bateau ainsi que les deux cavaliers et led. passager s’étant mis à manœuvrer son aviron étant éloigné du bord dud. passage à environ 200 pas les chevaux auroient sauté du bateau dans la rivière et auroit entrainé un desd. particuliers par la bride qu’il auroit également tombé dans la rivière où il s’est noyé sans qu‘on ait lui donner aucun secours [Adrien le Roy signe]

 6 BP 160, enquêtes sur les noyés par la Vicomté de l’eau vendredi 10 août 1787 : Cadavre masculin à Jumièges …sur le bord de la rivière de Seine près le passage de Jumièges…21 ans… …Le cadavre est le nommé Buisson domestique du Sr
[sieur] du Mesnil Durand capitaine de dragon au régiment de Montmorency… …Jacques Pecot 29 ans employé demeurant audit lieu de Jumièges… Charles Leveillard bardeur [débiteur de bois] de Jumièges Pierre Audouville 21 ans garçon du passage dudit lieu.

 Information (enquête le 16 août : n’y comparaissent que des gens connaissant ledit Buisson et son capitaine).
Déposition faite en l’abbaye de Jumièges ce sept aoust mil sept cent quatre vingt sept entre les mains de monsieur le prieur. Nous Chr [chevalier] de Menildurand capitaine de dragons au regimt [régiment] de Montmorency attestons à qui il appartiendra que ce jourd’hui à dix heures du matin nous étant présentés au passage de Jumièges et n’y ayant trouvé que le petit bateau du côté ou nous étions qui étoit celui du Lendin, sur ce que on nous a assuré qu’il étoit bon et sur, nous nous y sommes embarqués avec le nommé buisson notre laquais et nos deux chevaux de scelle tout d’un coup au milieu de la rivière un des chevaux un peu méchant est sauté à l’eau et dans sa chute a entrainé ledit buisson qui le tenait de court par la bride, moi même ayant été renversé par le saut de mon cheval je n’ai pu aller aussitôt à son secours, l’autre cheval prenant le même chemin a pensé faire faire capot au petit bateau et l’eut fait sans doute si tout de suite je ne l’eus de force fait sauter a la rivière ; enfin ledit buisson entrainé par le cheval dont il tenait la bride n’a paru à mes yeux qu’après un long temps et tous mes efforts ont été inutiles pour le rendre à la vie en le repêchant les chevaux ont été sauvés à la nage et il y a peu de choses perdues Sur ceux je prie monsieur le prieur de faire dresser un procès verbal avec information des témoins sommés par nous de lui porter secours et ensuite de venir témoigner ce qu’ils ont vu et enfin de la présente déposition attestons avoirs reçu ce jourd’hui la reconnaissance de monsieur le prieur de Jumièges comme quoi nous la lui avons faite et comme quoi il l’a reçue signé Chr de Menildurand

 Signalement (de la même main) le nommé buisson mon domestique doit être retrouvé avec un habit avec bouton jaune un gilet de drap écarlate galonné en or une culotte blanche et des bottes anglaises ils portait lors de sa chute à l’eau une montre d’argent il avoit dans sa poche une paire de grandes boucles d’argent et au moins trois Loüis en différentes monoyes [monnaies]. (même signature)

 (De la même main) Témoins qui étoient présents à l’accident qui est arrivé au passage de Jumièges le 7 aoust 1787. Sur les dix à onze heures de matin

sçavoir            

La femme et la fille de Jean la sire(3)

Jacques le fé

allant à l’église recevoir la bénédiction nuptiale

La femme de nicolas aubé

Le sieur pellerin

La femme de Jean ponty

Nicolas Cottard marinier (4) et sa future femme

Le Sr pecot employé (5) et sa femme

La femme d’adrien le vasseur

Le nommé cordier et sa femme

Les employés** de la bisquine(6)  passant alors par Jumièges ou leur caneau [canot (7)] étoit mouillé

Toutes les personnes cy dessus excepté les employés de la bisquine demeurante à Jumièges le nommé Gosselin et le nommé l’Eguillonné demeurant à la mailleraye.

              

 

Jean-Pierre Derouard
Jean-Pierre.Derouard@wanadoo.fr

Notes

1/ la Vicomté de l'eau est l'administration royale ayant autorité sur la Seine de Villequier à Vernon.
2/ c'est à dire locataire du droit de passage sur le Seine, appartenant alors à l'abbaye de Jumièges.
3/ Jean Lassire était alors locataire du quai Saint-Vaast situé à Heurteauville près de la cale rive gauche du passage et appartenant à l'abbaye de Jumièges.
4/ marinier désigne quelqu'un à la commande d'un bateau (terme à cette époque moins utilisé que batelier)
5/ C'est à dire employé des fermes royales, les ancêtres des douaniers.
6/ Type d'embarcation des employés (on trouve plus souvent patache).
7/ Servant d'annexe à la bisquine.

  Bibliographie

Jean Pierre Derouard, "La noyade en Seine au XVIIIe siècle dans 27 paroisses riveraines de la Seine maritime", Annales de Normandie, octobre 1987. 

Jean Pierre Derouard, "Bacs et passages d'eau de la Seine en aval de Rouen", 2003.

 

 

 

Par Jean-Pierre Derouard