La Seine par Guy de MAUPASSANT

Bienvenue dans les archives de Sequan@ Normandie

"DÉCOUVERTE" Le Gaulois, 4 septembre 1884  -MAUPASSANT

"A notre gauche s'ouvrait l'embouchure de la Seine, large de 20 kilomètres. De place en place, les grosses bouées indiquaient les bancs de sables, et on reconnaissait au loin les eaux douces et bourbeuses du fleuve qui, ne se mêlant point à l'eau salée, dessinaient de grands rubans jaunes à travers l'immense nappe verte et pure de la pleine mer."


"UN NORMAND" - Gil Blas, 10 octobre 1882 - MAUPASSANT

"Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture filait, traversant les prairies ; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu.
C'est là un horizon les plus magnifiques qui soitent au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d'ivoire ; en face, Saint-Sever, le faubourg aux manufactures, qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille clochetons sacrés de la vieille cité.
Ici  la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains ; et là-bas, la "Pompe à feu" de la "Foudre", sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d'un mètre la plus géante des pyramide d'Égypte.
Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d'îles, bordée à droite de blanches falaises que couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu'une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas.
De place en place, des grands navires à l'ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs s'en allaient, à la queue leu leu, vers Le Havre ; et un chapelet de bâtiments, formé d'un trois-mâts, de deux goélettes et d'un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de fumée noire."


"LE HORLA" 1886 -MAUPASSANT

"J'habitais une propriété sur les bords de la Seine, auprès de Rouen. J'aime la chasse et la pêche. Or j'avais derrière moi, au-dessus des grands rochers qui dominaient ma maison, une des plus belles forets de France, celle de Roumare, et devant moi un des plus beaux fleuves du monde. Ma demeure est vaste, peinte en blanc à l'extérieur, jolie, ancienne, au milieu d'un grand jardin planté d'arbres magnifiques et qui monte jusqu'à la foret, en escaladant les énormes rochers dont je vous parlais tout à l'heure...
J'ajoute que la Seine, qui longe mon jardin, est navigable jusqu'à Rouen, comme vous le savez sans doute ; et que je voyais passer chaque jour de grands navires soit à voiles, soit à vapeur, venant de tous les coins du monde."


"MADEMOISELLE COCOTTE" -  Gil Blas, 20 mars 1883-MAUPASSANT

"Il faillit devenir idiot ; il fut malade pendant un mois ; et, chaque nuit, il rêvait de sa chienne ; il la sentait qui léchait ses mains ; il l'entendait aboyer. Il fallut appeler un médecin. Enfin il alla mieux ; et ses maîtres, vers la fin de juin, l'emmenèrent dans leur propriété de Biessard, près de Rouen. Là encore, il était au bord de la Seine. Il se mit à prendre des bains. Il descendait chaque matin avec l palefrenier, et ils traversaient le fleuve à la nage."






 
 
Dossier réalisé par SEQUANA-NORMANDIE
Le 7 novembre 1999


 













Haut de page



Retour aux sources




Sequan@ Normandie
© Nathalie Lemière




















Les archives de Sequana Normandie sont hébergées
par le Journal de Duclair, sistership du Pilote de Caudebec


Site  propulsé par

depuis le siècle passé