Dans une librairie de Beaune, fin mars 2009, je fis l'acquisition d'une brochure intitulée "Abbaye royale de Jumiéges", par M. X***. Sans doute le premier guide vendu aux visiteurs à l'abbaye. Ou sa réédition. Mais ce document garde une part de mystère...

Cette brochure fut publiée en 1881 par l'imprimerie Amaury-Poitel, à Vernon. Ce document comporte en dépliant une vue cavalière de l'abbaye telle que l'on pouvait la voir au XVIIe siècle. La gravure qui a inspiré ce dessin est connue. Il s'agit d'une simple interprétation à la plume. Elle est signée de trois initiales entrecroisées. Un A, un C, un L. Dans quel ordre convient-il de les mettre ? Je serais tenté de dire ALC, ce qui donnerait Aimé Lepel-Cointet, l'ancien maire de Jumièges et propriétaire des ruines décédé quelques années avant cette publication.

De quoi se compose le texte? Une chronologie des grands événements ayant marqué l'abbaye. Suit le résumé de cinq légendes. L'auteur a manifestement lu Deshayes mais ne cite à aucun moment le notaire de Jumièges. Enfin l'ouvrage se termine sur un descriptif des ruines avec plan détaillé. Les souterrains de l'abbaye apparaissent en effet en pointillés.

 



A  Portail
A-A Vestibule et au-dessus Tribune pour les orgues.
B B-B Tours
C Nef.
D D-D Galeries latérales.
E Emplacement de la Tour carrée.
F Chapelle de la Vierge.
G Chœur.
H Déambulatoire
I Chapelles Saint-Michel et Saint-Jean
J Passage Charles VII.
K Eglise Saint-Pierre.
L Chapelle Saint-Pierre.
M Chapelle Saint-Martin et au-dessus chambre de St Philibert.
N Chapelle Saint -André.
O Salle du Chapitre.
P Trésor.
Q Sacristie.
R Cloître.
S Salle des gardes
T Chapelle de l'infirmerie.
U Entrée des Souterrains.
V Caves.
X Petite Crypte.
Y Continuation des Souterrains.
Z Grande Crypte

T-A-S Tombeau d'Agnès Sorel
T-S Tombeau des Enervés
T-N-L Tombeau de Nicolas Leroux



Deux coquilles ont été corrigées à la main à l'aide d'une encre violette. On notera par ailleurs que le rédacteur de ces pages ne désigne jamais la Belle des Belles sous le nom d'Agnès Sorel. Mais l'appelle systématiquement "Agnès de Surelle". Autre détail intéressant: "On célébrait à Jumièges, il y a peu de temps encore, la Fête du Loup Vert." Il est vrai qu'en 1862 la fête fut pour beaucoup vidée de ses rites. Mais elle perdura jusqu'aux débuts du XXe siècle.

Ce petit opuscule d'une vingtaine de pages a-t-il servi de guide dans les ruines à la fin du XIXe ? L'auteur site "M. Lepel-Cointet", fameux propriétaire des ruines. Il évoque aussi l'homme fort du village: "La guerre des Calvinistes fit abandonner l'abbaye par les moines qui cachèrent les trésors au bout du dortoir et au bas du courtil (propriété entourée de murs, actuellement appartenant à M. A. Granchamp)." Achille Grandchamp ! En 1881, année où paraît notre document, il est élu conseiller général du canton. Bientôt, il sera maire de Jumièges...

Mais qui est donc ce Monsieur X*** ?
Une note manuscrite sur la page de garde voudrait trahir son identité. "Paul Esdouhard, 1882, Donné par l'auteur."

Mon libraire, M. Chavroche m'explique: "Esdouard d'Anisy, était le fils de Jean Baptiste Edouard, maire de Beaune sous l'Empire, destitué à la première Restauration, rétabli sous les 100 jours, retiré de la politique après Waterloo. Il résida dès lors à Puligny Montrachet où il possédait un domaine. Cette famille (très Républicaine!) est connue à Beaune.

« La particule d'Anisy a été usurpée par ce fils qui fut entre autre président de la Société d'histoire et d'archéologie de Beaune et écrivit quelques ouvrages d'histoire locale et des écrits divers (pièces de théâtre, romans, nouvelles etc...).»

Esdouhard était aussi correspondant de la société des Antiquaires de France. Il a laissé derrière lui une abondante production tant en pièces de théâtre qu'études historiques. La ville de Beaune vient d'acquérir un fonds important de ses ouvrages et manuscrits auprès de la librairie Mille et une feuille, là où précisément j'ai trouvé cette brochure non répertoriée à ma connaissance dans toute la biographie de l'abbaye.

M. Chavroche est formel: cette brochure provient de la bibliothèque d'Esdouhard.

On serait donc tenté de penser que ce fascicule aux allures de guide fut rédigé par Lepel-Cointet et offert à Esdouhard. Au dos du livre figurent encore des initiales stylisées qui ôtent les derniers doutes: LC. Seulement voilà: Aimé Lepel-Cointet est mort en 1872. Dix ans avant la parution du livre. Alors, ouvrage posthume? réédition ? Dans ce cas, pourquoi Esdouhard aurait-il noté en 1882: "Donné par l'auteur". Un détail: la chronologie des événements rapportés dans le livre s'arrête à 1853, année où Lepel-Cointet devient propriétaire des ruines. On ajoute: "Dans l'intérieur des bâtiments qu'habite M. Lepel-Cointet." Curieux... Quelqu'un a-t-il la solution de l'énigme?



Haut de page