Communiqué par Jean-Pierre Hervieux

Les actes de ce genre sont rares en Normandie. Dans le minutier du notaire Varanguien, pour la sergenterie de Saint-Georges, qui avait sa résidence à Jumièges avant la Révolution, figure cet acte d’émancipation.

Nicolas Louis de Cabeuil (*), écuyer et seigneur patron du Vaurouy, demeurant ordinairement à Rouen, rue du Moulinet,  paroisse de Saint-Patrice, à présent en son château, paroisse du Vaurouy, lequel en considération de bons et fidèles services que Casimir, son mulâtre esclave natif de Saint-Domingue, âgé d’environ 23 ans, issu de la négresse petite Marie-Jeanne, appartenant autrefois à Madame Lambart, laquelle négresse est actuellement libre, lui a rendu pendant sa résidence à Saint-Domingue et surtout de grandes attentions que le dit mulâtre Casimir a eu pour lui, tans dans ses maladies au lieudit Saint-Domingue, que dans la traversée de Saint-Domingue en France, et notamment dans l’état de maladie où il se trouvait alors, le dit seigneur de Vaurouy qui reconnaît qu’il doit après Dieu la vie aux soins et attentions de Casimir a, le dit seigneur du Vaurouy, volontairement donné au dit Casimir la jouissance, de ce jour à l’avenir, de sa pleine et entière liberté, voulait et entendant qu’il vague (sic) à ses affaires et voyage dans tous pays comme personne libre sans qu’il soit inquiété ou troublé par qui que ce soit dans la possession de son état, de l’effet des présentes le dit seigneur de Vaurouy a mis et a subrogé le dit Casimir, en tous les droits qu’il avait sur lui, s’en dessaisissant en sa faveur et non d’autres.

Cette donation ainsy faite, partie seigneur du Vaurouy, pour les motifs ci-dessus et tel est mon intention, pour la validité de laquelle il a requis et consenti que tous renseignements en soient faits par tout au besoin sera donnant pouvoir au porteur de la grosse des présentes de le faire et d’en requérir tous actes, car ainsy présentement obligatoirement se nommant.

Fait et passé sur la paroisse de Duclair en la dite seigneurie, comptant s’est transporté l’an 17777 le 23 décembre après-midi en présence de Vincent Le François et Martin Landrin demeurant en la paroisse du Vaurouy, témoins qui ont signé.

L’acte fut contrôlé le même jour à Caudebec et son enregistrement ne coûta que 14 sols.


NOTES

(*) La famille de Cabueil a été apparentée par la suite aux Le Coq de Villeray, faïenciers rouennais et aux Le Pesant de Boiguilbert, descendants de l’économiste ; M. le marquis du Faillet, au château de Montmirail (Sarthe) détient une partie des archives de ses ancêtres.

SOURCES

Article d’A. Dubuc publié dans les Annales de Normandie, n° 1 de janvier 1955.
ADSM RH 19/3