Maurice Quemin est né en 1923 à Petit-Couronne et est arrivé au Trait avec ses parents en 1934,  ils furent alors logés au Pavillon Jacques-Cartier. Il finira ses études primaires à l’école Gustave-Flaubert puis entra comme apprenti aux chantiers du Trait où il apprit le traçage de coques et le dessin industriel et travailla au bureau d’études « coques » jusqu’en 1972, date de la fermeture des ACSM.

Licencié économique il terminera sa carrière aux établissements Burroughs de Villers-Ecalles toujours en tant que dessinateur.
Ses qualités de dessinateur lui permirent de croquer ses camarades footballeurs et de contribuer à la rédaction du Calfat,  journal du CE des ACSM.

C’est certainement cette expérience qui le poussera à devenir le correspondant local de Paris-Normandie et du Courrier Cauchois dans les décennies 60-70.

Dans le même domaine il rédigera le livre intitulé Le Trait berceau de 200 navires ; que sont-ils devenus ?  qui relate l’historique des ACSM (Ateliers et chantiers de la Seine-Maritime ). Cet ouvrage préfacé par M. Henri Nitot, premier directeur de l’entreprise, fut tiré à 800 exemplaires et parut en 1988. il fut suivi d’un additif et d’une réédition en 1993. Ce livre est le fruit d’un travail d’une vingtaine d’années de recherches patientes et difficiles,  il sera aidé entre autres par « Vonette » sa femme.

Marié à Yvonne Arnaud au Trait le 3 Août 1946, ils eurent deux enfants : Philippe, né en 1948 et Brigitte, née en 1955 qui leur donnèrent sept petits enfants et huit arrières-petits-enfants.

Il entra au conseil municipal le 27 Mars 1965 sous la mandature de Raymond Brétéché et y siègera jusqu’en 1977, il s’occupera principalement de la politique sportive de la ville.

Venons-en à ce qui fut sa passion : le sport. Entré à l’Union sportive du Trait, (UST), en 1942 après avoir profité des cours de gymnastique dispensés aux apprentis par M. Lecuyer, il pratiqua l’athlétisme, le basket-ball et le volley-ball et ce jusqu’en 1952 et en même temps officia en tant que secrétaire de la section football et secrétaire général de l’UST de 1948 à 1973.

C’est également lui qui a ouvert la voie du jumelage entre Le Trait et Godshorn, sollicité par Raymond Brétéché le « père du jumelage », il organisa les premiers échanges dès 1965. Il accompagna en Mai 1966 les footballeurs de l’UST pour le premier échange officiel de sportifs lors du 40e anniversaire du TSV Godshorn et fut le premier président du Comité de jumelage à sa création en 1974 .Il transmit le témoin à Roger Bruneau en 1977 .

Pour l’ensemble de sa carrière ses pairs lui attribueront la médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports, récompense amplement méritée.

Nous signalerons aussi son investissement dans la vie artistique du pays lorsqu’il fit venir au Trait en 1952 la tournée « 36 Chandelles » de Jean Nohain, dit « Jaboune », en 1954 il fit venir un « jeune plein de talent » : Fernand Raynaud. Ensuite ce fut le tour de Marcel Fort et sa compagnie avec à l’affiche Bourvil , Mathé Altéry, Zappi Max , Roger Lanzac etc.
 
Qui se souviendra également de « Quemson » ? Maurice avait aussi des dons de prestidigitation et a pratiqué la magie. Philippe son fils vient de retrouver la malle d’accessoires dans son grenier.

Maurice nous a quittés le 28 décembre 2011 à l’âge de 88 Ans et a été enterré aux côtés d’Yvonne le 3 janvier. Un hommage lui a été rendu lors de l’assemblée générale du Comité de jumelage le 26 janvier 2012.

SOURCE

Jean-Pierre Mardoc président du comité de Jumelage Le Trait-Godshorn. Jumelage dont Maurice Quemin a été un fervent artisan et premier président en 1974 à sa création, la signature officielle de la charte remontant au 14 Mai 1967.