Par Laurent QUEVILLY.

Comtesse de Sommery, Claude d'Azy, marquise Rolla de Rozycki... Voilà quelques noms d'emprunt de Renée Saffroy, Arsène Lupin en jupons qui, en 1921, vint opérer à La Mailleraye...


Vers la fin de 1921, à La Mailleraye, arrivait une luxueuse auto conduite par un chauffeur stylé. A l'arrière : une femme brune à la peau mate, la tête ceinturée d'un ruban de velours. Renée Saffroy, tel est son vrai nom, était accompagnée d'un as de l'aviation vivant avec elle aux environs de Paris. Durant la guerre, en 1916, ce sergent avait fait des prouesses au dessus de Douaumont face à une escadrille ennemie. Blessé, il avait été soigné par cette infirmière dans une ambulance du front. 
Le couple venait à La Mailleraye dans l'intention affichée d'acquérir une maison. On en visita bien une. Mais non, elle ne faisait pas l'affaire. Le chauffeur de Mme Saffroy reprit la route. C'était un certain 
Jean Libot, de Clichy, qui du reste ne sera jamais payé de ses services. Quant au couple, rentré dans la région parisienne, la discorde allait bientôt s'installer... 

A Epinay-sur-Orge, le tandem louait le rez-de-chaussée de la villa Lucile, rue de La République. Renée Saffroy y fut rejointe par un enfant de quatre ans qu'elle disait tenir d'un premier lit. A tout bout de champ, elle se disait enceinte de son compagnon pour obtenir le mariage. Celui-ci comprit qu'il avait affaire à une aventurière quand il lui découvrit une liaison avec un officier supérieur en garnison à Oigny. Entre deux disputes, l'homme fit part à son logeur, M. Dauvillers, de son intention de quitter sa fiancée. Il revint alors à La Mailleraye pour s'y installer. Seul. Et exploiter une carrière de pierres. Quant à Renée, resté à Epinay, elle vécut quelque temps à l'hôtel de la Gare, avant de disparaître en compagnie d'une cartomancienne, Mme Camille, laissant une ardoise de 500 F.

Seulement, en décembre 1921, à Paris, une affaire de rapt d'enfant fait les choux gras de la presse. On a enlevé le petit Passepont. Alors les journaux mènent leur enquête parallèle et des soupçons se portent sur une certaine Renée Saffroy. Les témoignages de deux sages-femmes laissent entendre que, dès 1920, sous les noms d'emprunt de Mercier puis de Collet, elle avait voulu acheter un enfant à quelque fille mère. Il lui en fallait absolument un, implorait-elle. Pour satisfaire son mari. Enfin, pour obtenir un héritage... Alors, on recherche maintenant celle que l'on juge à demi folle. La PJ pense mener ses investigations à Saint-Mandé. N'avait-elle pas déclaré que son premier enfant lui venait de la pension Parent, chaussée de l'Etang ?

La laiterie des Anges

Saint-Mandé ? Fausse piste ! Car l'année suivante, Renée Saffroy a fini par rejoindre son compagnon à La Mailleraye. Là, elle a alors l'idée de créer une laiterie dans l'ancien camp anglais de la Première guerre mondiale. En effet, dès le début du conflit, les Britanniques avaient fait de Rouen leur base arrière. C'est ainsi que plusieurs camps militaires fleurirent dans la région. Celui de La Mailleraye, au fil des mois, fit l'objet de vols de matériel ou encore de charbon, denrée si précieuse à cette époque. Un soir de mars 1918, cette cohabitation franco-normande prit une autre tournure. Dans les rues du bourg, deux soldats britanniques furent roués de coups par cinq énergumènes du cru. Telle était l'histoire de ce camp dans lequel Renée Saffroy implanta son entreprise, à cent mètres de la carrière de son ami et qu'elle baptisa « La laiterie des anges ».

Dotée d'un important matériel, la laiterie occupait une dizaine d'employés. Le lait était fourni par un grand nombre de cultivateurs de la région. Pasteurisé, il prenait ensuite la direction de Paris par chemin de fer. Sans doute était-il chargé sur la rive droite à la halte de la ligne Barentin-Caudebec. Mme Saffroy avait alors un bébé qu'elle plaçait en nourrice chez M. Cella, artisan peintre d'origine italienne.

Au début, les producteurs de laits furent satisfaits des paiements effectués. Mais au bout de quelques mois, l'entreprise sembla battre de l'aîle et de nombreux fournisseurs virent leurs règlements suspendus. La laiterie fut vendue par décision de justice, l'huissier de Caudebec ne parvint pas à dédommager entièrement les créanciers impayés et la laitière des Anges s'évapora dans la nature. Quant à son ami, il resta manifestement sur place, s'éleva dans la hiérarchie locale et ne suivit plus cette pétroleuse que par la presse...

Mais qui est Renée Saffroy ? 

Le personnage principal de cette aventure va défrayer la chronique durant une quinzaine d'années. Ses exploits donneront lieu, on s'en doute, à foule de versions, souvent brouillonnes. Jamais on ne fit le rapprochement entre la Renée Saffroy tentée par un rapt d'enfant, en 1921 et la Renée Saffroy, aventurière d'envergure des années 30. Aucun article n'a refait la chronologie précise de ses frasques. Ils sont relatés par bribes, souvent avec des dates imprécises. Seul Roger Vaillant tentera une biographie sommaire dans un livre consacré aux années folles.

Renée Fernande Alice Saffroy est née le 21 octobre 1894 à midi dans le 11e arrondissement de Paris. Elle vit le jour au domicile de ses parents, 104, boulevard Richard-Lenoir. Elle était la fille d'Ernest Saffroy, 37 ans, alors banquier, qui reconnut cette enfant née de sa concubine, Léontine Guyot, 23 ans. Par leur mariage l'année suivante, les parents légitimèrent Renée le 11 juillet 1895

Ernest Saffroy, le père de René, allait quitter les guichets bancaires pour devenir "représentant de fabrique". Autrement dit un marchand de fonds. Dès 1898, installé au 60, boulevard Sébastopol, il inonde la presse de petites annonce, cède commerces de luxe, teintureries, pâtisseries... 

Mais Ernest Saffroy avait eu une autre vie avant la naissance de sa fille. Le 8 août 1881, une certaine Amanda Huot, 20 ans, ouvrière en porte-monnaie, mettait au monde un garçon dans son logement du boulevard Voltaire, dans le 11e. Une sage-femme de 63 ans, Gervaise Molitor, l'avait assistée. Cet enfant, "né de père non dénommé", s'appelera d'abord Eugène Ernest Huot. L'un de ses prénoms trahit l'identité de son géniteur. C'est Ernest Saffroy. Quant à sa mère, elle attendra le 1er mars 1886 pour reconnaître enfin cet enfant qui allait bientôt perdre la vue. 
Amanda était employée par le père de son amant. Les deux jeunes gens vécurent manifestement ensemble, car le 6 novembre, 1888, sept ans après la naissance d'Eugène, la jeune femme accoucha d'un second enfant, une fille cette fois, qui fut appelée Germaine. Ernest Saffroy et sa concubine habitaient alors au 10 de la rue Pont-au-Choux, dans le 3e arrondissement. La gamine qui vient de naître aura une incroyable destinée. Après avoir eu foule d'amants, dont un chef d'Etat, elle abattra d'un coup de révolver le préfet des Bouches-du-Rhône comme nous le verrons plus loin.

Curieusement, le 11 février 1893, Ernest Saffroy légitima son fils qui, à 12 ans, changea alors de nom. Mais il n'accorda pas la même faveur à la petite Germaine qui continuera à porter le nom de Huot. On se demande bien pourquoi. Un an plus tard, le même Ernest Saffroy avait Renée de Léontine Guyot.Renée qui plus tard se dira sœur de lait de Germaine Huot. 

Sœur de lait ! A croire qu'il était empoisonné. A 15 ans, vêtue de sa seule innocence, Renée Saffroy aurait été danseuse nue sur la scène du Bataclan, un établissement situé tout près de la maison de ses grands-parents paternels. Ils habitaient 35, boulevard Voltaire. Le grand-père Saffroy avait fait fortune en inventant les fermetures à boules pour porte-monnaies. Ce qui lui permit d'acheter une maison à Joigny, au n° 1 du quai de Paris ainsi qu'un autre immeuble. Renée passa ainsi une partie de son enfance à Joigny où elle laissa le souvenir d'une amazone, d'un garçon manqué. 

Toute jeune, Renée possèdera en indivision avec sa riche aïeule, Olympe-Céline Baré, veuve Saffroy, trois immeubles : un situé place du Château-Rouge, un autre aux Batignolles et celui de Joigny. Elle emprunta 300.000 francs sur ces différentes maisons. Le demi-frère de Renée, Eugène Saffroy, l'accusera d'avoir détourné l'héritage de la grand-mère à son seul profit. Rentière, la vieille dame entra en 1913 au sein des Dames françaises, un organisme assimilé à la Croix Rouge pour porter secours aux militaires blessés. 

Son premier mariage

A 19 ans, Renée Saffroy, épouse le 2 septembre 1913, à la mairie du 3e arrondissement, M. Edmond Victor Moris, un Anglais dira-t-on. Il est né en fait à Villedieu-le-Château, dans le Loir-et-Cher. Il a neuf ans de plus que son épouse. Commerçant, il demeure à Paris, 3, rue Saint-Laurent. Son père est mort mais il a toujours sa mère à Versailles, née Petit de Gatines, une famille à l'arbre généalogique florisant.
Quant à Renée, son père aussi n'est plus de ce monde, et ce depuis le 19 mars 1912. Sans profession, elle demeure alors 60, boulevard Sébastopol avec sa mère qui poursuit les activités de son défunt mari : représentante de fabrique. Les témoins ? Le frère de l'époux. Lieutenant, c'est un pionnier de l'aviation de combat. Le beau-fère du marié est quant à lui négociant en bois à Angoulème. On compte encore un rentier, un administrateur... Bref, voilà pour Renée un beau mariage et son mari lui laissera en mourant une petit fortune mais vite dilapidée. En attendant, à la fin de 1914, Renée Saffroy dispose de plus de 2 millions de francs à la banque de Paris, au Pays-Bas.
La guerre fait rage et si l'on se fie à certains récits, Renée Saffroy part au front pour soigner les blessés en 1916.
Le 23 octobre 1917, dans le 18e arrondissement, nait Roger Fabien Pierre Théophile Moris.
En 1918, les Moris sont condamnés pour escroquerie envers un marchand de draps de la rue des Jeûneurs. Déjà, Renée rêve de diriger un music-hall et tente d'acheter le Théâtre de l'Abri, rue Montmartre. Mais elle ne peut payer le prix convenu et doit régler un dédit. 

Renée Saffroy quitte ensuite son mari pour commencer une vie aventureuse. Elle emmène son fils, assurent certains. D'autres affirment que le père l'aurait repris. Toujours est-il qu'on la retrouve en 1920 à Joigny, tenant l'hôtel des Ducs de Bourgogne, quai de Paris. Un établissment qu'elle entend transformer en maison de jeu. Elle y donne des thés dansants tous les jours à 4h et exhibe un danseur siamois. Avec ce personnage exotique, elle parcourt les bois chaque matin à cherval. Mais elle s'endette en commandant des tapisseries d'Auxerres pour la décoration de sa salle de jeux. Qu'à cela ne tienne. Un comte, paraît-il régla les créanciers. Après son aventure de Joigny, elle aurait acheté le château de la Tuilerie, à Saint-Aubin. Avant de disparaître. 

Puis vient l'épisode de La Mailleraye. Avec un mystère quant à la naissance de son deuxième enfant, ce bébé placé en nourrice chez un artisan du cru. On prétendra que, contre 50.000 F, une sage-femme de l'avenue de Clichy aurait procuré ce garçon à Renée Saffroy. D'autres vous diront que son mari lui ayant repris son premier enfant, elle aurait omis de déclarer le second, né quelque temps après son départ, pour empêcher M. Moris de le lui reprendre aussi. Bref, rien de précis.

Une instance en divorce avait été introduite en tout cas par son époux, mais il mourut accidentellement avant qu'il ait été prononcé. Il serait décédé en 1924 à Cannes. Cannes où, d'un grand hôtel, elle partit un jour sans payer une note de 14.000 francs. «Mais, dira-t-elle plus tard à son dernier procès, je laissais en gage pour 203.000 francs de vêtements et de fourrures ! A la vente, répliquera le Président, on a atteint 1.400 F. Renée Saffroy ne se démontera pas : Vous vous rendez compte, dira-t-elle, de ce que l'on perd dans les ventes publiques... »

Son mari enterré, Renée continua de mener une vie d'expédients. Rentrée de La Mailleraye à Paris, elle fut arrêtée sur plainte d'un bijoutier et conduite à Saint-Lazare. Elle passa en correctionnelle et, le 2 juillet 1922. s'entendit condamner pour abus de confiance à quinze jours de prison et 1.100 francs de restitution.

Le château de la Guette


 Cette condamnation purgée, Renée Saffroy eut la chance d'attacher à ses charmes le vieux Calmann Moser, directeur de la Compagnie des oreillers et couvertures des grands réseaux qui n'hésita pas à rompre une union légitime de plus de vingt années avec une Autrichienne. Il ne divorça pas pour autant

La liquidation de la communauté de M. Calmann lui laissa de nombreux millions. En 1926, alors que le couple réside 17, rue de Madrid, c'est l'achat du château de la Guette, en Seine-et-Marne, à un Anglais de l'île Maurice. Grâce aux libéralités de Calmann, Renée Saffroy monte une ferme modèle. La légende veut qu'elle ait été inaugurée par le ministre de l'Agriculture.

Photo : une réception au château de la Guette. Renée, empatée, est la seconde à partir de la gauche. Le petit garçon est le cadet des Guett's brothers.

Le 6 mars 1928, la grand-mère fortunée de Renée, Olympe-Céline Bare, décéde en son domicile parisien, 35, boulevard Voltaire.Un legs alla à l'Assitance publique avec l'assentiment de la veuve Moris, héritière réservataire.

A la fin de décembre 1928, Calman, Renée, ses deux fils et la gouvernante se rendirent à Montauban. Tout ce monde descendit à l'hôtel du Faisan et Renée entra dans la clinique d'une sage-femme. Quelques jours après, on se réunit autour du berceau d'une fillette. La petite Simone-Huguette-Micheline était née...

Le 3 juillet 1929 eut lieu au château de la Guette un gala de bienfaisance au profit des artistes de l'Aisne et présidé par quatre ministres : ceux de la Guerre, de l'Instruction, du Travail, des Travaux publics et de l'agriculture. La grande fête artistique, animée par "les vedettes de nos principaux théâtres", était complétée par un gala hippique.

Ayant ouvert à Paris, boulevard Malesherbes, un magasin de dégustation pour les produits du domaine, elle y reçut fréquemment des personnalités du monde du théâtre et du music-hall comme Mistinguett, Henri Varna, Oscar Dufrenne, Jacques Charles... 
C'est à ce monent que la marotte du théâtre s'empara d'elle et qu'elle fit monter sur scène ses enfants sous le nom de Guett's brothersdans un numéro qui, s'attire les éloges de la presse. Ils montent à cheval à merveille, pratiquent la boxe, le chant, l'escrime, le lasso, le chant... Un certain Carlos est leur maître de sport, Henri Varna leur mentor et Mlle Jackie, prix de beauté à Deauville, leur partenaire de danse accrobatique. Après des débuts au Palace, les Guett's finissent l'année 1929 au Casino de Paris derrière Mistinguett.

Ayant à sa disposition les millions de Calmann, Renée voulut réaliser plus grandement son rêve de music-hall et prit option pour l'achat du Moulin-Rouge. Mais elle avait encore trop présumé de ses  ressources. Plus tard en association avec Pierre Meyer, elle voulut succéder à Abel Tarride au théâtre de l'Apollo. Enfin, elle pensa présider aux destinées du théâtre Daunou. Les répétitions commencèrent mais  Renée Saffroy n'ayant pas honoré ses engagements financiers dut renoncer une fois de plus. 

Toutes ces fantaisies avaient considérablement diminué la fortune de Calmann. Le couple dut abandonner le somptueux hôtel qu'il habitait depuis le voyage à Montauban, au 93, avenue Henri-Martin. Là auront
défilé nombre de vedettes en quête d'engagement.
Calmann mourut subitement le 20 janvier 1932. A 77 ans. Ce décès intervint au château de Beaugaillard, près de Tours. 

Ses chevaux de selle, son mobilier saisi, Renée Saffroy vit le château de La Guette venu à la barre du tribunal de Meaux. Mais l'aventurière, qui n'avait rien perdu de sa superbe, paraissait encore de temps à autre à l'Empire dans la loge directoriale. Elle anima une boîte de nuit du côté de Montmartre. Qui dura une semaine. Puis elle disparut. Jusqu'en août 1932...

La fausse romancière

Se disant romancière et auteur d'une pièce jouée alors à Paris, une certaine Claude d'Azil couvre en Afrique du Nord la Tournée des Villes, d'Or. D'abord pour la revue Comœdia puis pour le Journal de Paris. Lorsqu'elle est arrêtée à Alger. Deux chauffeurs de taxi ont porté plainte contre elle. Ils l'avaient conduite avec ses enfants, l'un de Bône à Alger, l'autre d'Alger à Oran avec retour. Elle n'avait pas payé. De même avait-elle filé à l'anglaise des hôtels où elle était descendue. Et c'est dans un établissement d'Alger, l'hôtel Valentin, qu'elle fut cueillie par deux inspecteurs le 15 août 1932.

Claude d'Azil se dit âgée de 38 ans, native de Paris, et elle cite les titres de ses romans, de ses pièces qui existent bien. M ais son, ou plutôt ses masques tombent. Elle n'est autre que la veuve Moriss, née Renée Saffroy. Le tribunal correctionnel d'Alger la condamne à trois mois de prison qu'ellev a purger à la maison de Barberousse. Apprenant cela, une femme tombe des nues. C'est la vraie Claude Dazil, sans apostrophe,  pharmacienne au 2 de la rue Pascal, à Paris, et qui découvre cette histoire dans la presse. D'autant qu'elle a fait ses études à Alger...

Photo : la vraie Claude Dazil...

Pour Le Peuple, quotidien du syndicalisme, on a plutôt affaire "à une folle qu'à une aventurière". Un sentiment que partage la vraie Claude Dazil qui ne portera pas plainte. Mais l'affaire rebondit quand le juge d'instruction Mimard s'intéresse aux enfants de "Claude d'Azil". D'abord, elle fournit sur son existence des renseignements paraissant fantaisistes et qui contrôlés, sont reconnus exacts. Amie de très hautes personnalités politiques et littéraires qui l'ont reconnue, Renée Saffroy a bien disposé d'une très grosse fortune. Cest ainsi qu'elle a vendu le château de la Guette au baron Edouard de Rothschild pour 1.800.000 francs. Si l'on remonte plus loin, elle disposait, à la fin de 1914, de deux millions sur un compte de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Il n'en reste pas 1.000 F après des pertes en Bourse et un train de vie trop fastueux... 

Ceci établi, le juge voulut connaître la filiation des deux enfants accompagnant Claude d'Azil. On vérifia que l'aîné, âgé de quatorze ans, était un enfant naturel reconnu par la suite et dont on lui avait confié la garde. En ce qui concerne le second, ce n'est qu'après bien des réticences que Renée Saffroy reconnut l'avoir volé à l'hôpital Lariboisière au lendemain de sa naissance.  On ne sait encore grâce à quelles complicités elle parvint à s'emparer de cet enfant, qui est âgé de huit ans, et lui témoigne un très grande affection.
Mais quelle est sa véritable mère? C'est ce que veut découvrir le juge d'instruction qui a inculpé Renée Saffroy de détournement d'enfant. Les premiers renseignements reçus de France sur Renée Saffroy sont excellents. Riche et très bonne, elle a fait  beaucoup de bien autour d'elle.

Et pourquoi pas quatre enfants !


Paris est un tout petit village où tout le monde connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui a sûrement des choses à dire. Alors, la presse tente de percer le mystère des enfants de Renée. Un travail qui reste très confus. On la dit tantôt accompagnée à Alger de deux enfant, tantôt de trois. Dans son édition du 14 novembre 1932, L'Echo d'Alger va même jusqu'à lui en accorder quatre ! Paris-Soir aussi. Mais leurs versions diffèrent.

La photo de gauche représente les deux fils de Renée Saffroy au château de la Guette. A droite ses deux enfants adoptifs, René Lamanach et Simone Fruitet.

"Le premier serait bien à elle, avance l'Echo d'Alger sans lui donner de prénom. Il est, dit-on, de M. Moriss-Sigault. Ajoutons qu'à la suite de cette naissance, elle subit une opération qui lui ôtait l'espoir d'une maternité nouvelle." De son côté, Paris-Soir prétend que le père de l'aîné est un certain "M. de B..., haute personnalité parisienne" qui refusa d'endosser cette paternité.

"L'origine du deuxième garçon, Roger, reste mystérieuse, poursuit l'Echo. Son père ne voulut pas le reconnaître. Il accusa même Renée Saffroy de chantage et déposa contre elle une plainte. Elle fut condamnée à six mois de prison. Ce deuxième a aujourd'hui quatorze ans. C'est lui l'aîné des Guett's brothers". Là aussi Paris-Soir n'est pas d'accord. Cet enfant aurait fait la joie de son père, un certain M. C. Mais pas de sa famille qui porta plainte. Renée serait allée en prison. Puis l'enfant disparut.

"Le troisième, Guy, cadet des « Guett's », serait né à l'hôpital Lariboisière."
Pour Paris-Soir, c'est invraisemblable. En revanche, avance le quotidien vespéral, un trafic avec une sage-femme de Montmartre, Mme F., de la rue Pigalle, est fort probable.

"Le quatrième enfant de l'aventurière serait enfin une fillette, Simone, née il y a trois ou quatre ans. Renée Saffroy, avec la complicité d'une sage-femme de la rue de Clignancourt, aurait dérobé cette fillette à Montauban.
" Et là, Paris-Soir valide cette piste.

Mais, on le voit la presse patauge et s'égare en confondant les prénoms. Et surtout, il y a un enfant de trop !

L'enquête progresse...


Trois jours plus tard, l'Echo d'Alger revoit sa copie car il est parvenu a interviewer l'aîné des enfants, Roger Fabien Moris, 15 ans, qui confirme être le seul enfant véritable de Renée. Le second s'appelle René Guy Lamanach. "Je sais qu'il n'est pas mon frère, mais lui l'ignore..." Quant à la petite Simone Huguette Michelin, révèle le gamin, elle est née le 30 décembre 1928 à la clinique de Montauban d'une demoiselle Fruitet. Les raisons de cet abandon lui échappent. Mais il sait qu'elle vit à présent dans un village du Tarn-et-Garonne. 

Les "enfants" de Renée Saffroy furent placés à l'Assistance d'Alger en attendant un dénouement. 

Le 21 novembre, le demi-frère de Renée Saffroy, aveugle depuis ses 7 ans, mais brosseur de profession, adresse une lettre au juge d'instuction. En 1921, accuse-t-il, sa sœur était bien enceinte. Elle était alors l'amie du fils d'un fabriquant de baraques foraines, une entreprise fondée en 1863 et qui, de Madeleine à Bastille, louait chaque fin d'année ses cabanons au commerçants.
Qu'est devenu cet enfant ? Eugène Saffroy ne le sait. Mais il affirme que la même année 1921, durant l'été, sa sœur acheta le petit Guy à l'hôpital Lariboisière à une femme nommée Jeanne Lamanach, décédée depuis. Un sage-femme, assure-t-il, reçut au passage 60.000F. Le petit Guy ayant été présenté par Renée à sa riche grand-mère, cette dernière modifia les clauses de son testament en sa faveur. Reste qu'à l'hôpital Lariboisière, archives à l'appui, on jugea cette histoire totalement fantaisiste. Le demi-frère ajoute encore que pour séduire Calmann, Renée usa du même stratagème en allant simuler un accouchement à Montauban. Depuis onze ans maintenant, Eugène Saffroy était en procès avec sa demi-sœur à propos de la succession familiale...

A Alger, Renée Saffroy fit appel de sa condamnation pour filouterie. Les chauffeurs ayant été réglés, ils retirèrent leur plainte. Mais elle fut poursuivie pour enlèvement d'enfants. Le 30 novembre 1932, l'enquête progresse. On sait maintenant que René Lamanach est né, non pas à Lariboisière, mais au domicile de sa mère, Françoise Lamanach, le 24 septembre 1921, 268 de la rue Marcadet, dans le 18e arrondissement. La mère est une Bretonne de 19 ans, née le 18 décembre 1903 à Lorient. La piste de l'hôpital Lariboisière, lancée par Renée elle-même, est donc purement fantaisiste. Il se situe dans le 10e arrondissement. Pas de Lamanach dans les tables décennales. Mais curieusement, pas de Lamanach non plus dans le 18e.

En avril 1922, deux plaintes pour disparition d'enfants avaient été portées à Paris. Au cours de l'enquête, une lettre anonyme était parvenue à la police, l'informant que Renée Saffroy cherchait à se procurer un enfant moyennant 60.000F. L'enquête menée alors avait confirmé les agissements de Renée, aidée en cela par une sage-femme nommée Constant, née Sarbezole. Soiz Lamanach avait donné son nouveau né avec ce mot : "J'abandonne volontairement mon enfant." Pour mystifier son compagnon d'alors, Renée serait aller "accoucher" chez Mme Constant. Celle-ci proteste de son innocence et indique qu'elle habitait simplement le même immeuble que Renée. Cette dernière lui avait par ailleurs emprunté de l'argent qui lui fut normalement restitué.

L'affaire, conclura l'Echo d'Alger, fut donc éclaircie après trois mois d'enquête. Un non-lieu intervint le 30 novembre 1932. Dès le lendemain, Renée Saffroy quittait l'Algérie.

Sa demie-sœur devient meurtrière


Le 8 mars 1933, Renée apprend la nouvelle. Sa demi-sœur, Germaine Huot, celle qui collectionnait les amants et parmi eux le duc de Bavière, venait d'abattre d'un coup de révolver le préfet des Bouches-du-Rhône, son amant venu la visiter.

Son riche compagnon étant mort, attirée par les châteaux et les titres à particule, Renée Saffroy ne désespérait pas d'épouser un noble, fut-il sénile. Pour parvenir à ses fins, elle se fit aider d'un complice.En juillet 1933. Se disant toujours propriétaire du château de la Guette, la veuve Moris s'attache les services d'un chauffeur de taxi, M. Bourdeau. Direction la Dordogne où dit-elle, elle a l'intention d'acheter le château de Neuvic-sur-l'Isle. La randonnée dura un mois. Un mois durant lequel, très souvent, la châtelaine prétextait avoir oublié son sac et demandait à son chauffeur de régler les notes. 

Et elle devient marquise !

Cet homme avait pour ascendant un héros de la Pologne qui s'était illustré en traversant le pays pour aller sus au Russes. Il s'était réfugié à Paris dans les années 1830 avec ses cinq enfants. Le marquis Henri-Louis Rola de Rozycki finissait ses jours à l'hospice d'Ivry, recevant des visites, sortant librement.
Un beau jour, un de ses amis lui parle d'une femme encore jeune, Mme Moriss, fort riche et mère de deux enfants. Elle cherchait, dit-il, à se marier, à condition que son mari fut titré et voulut bien reconnaître ses fils. L'aventurière — c'était Renée Saffroy — déploya tous ses talents de séduction, expliquant qu'elle était d'une excellente famille, mais n'oubliant pas surtout d'ajouter qu'elle reconnaîtrait à son époux une somme de 400.000 francs.
Quant au marquis, il fit sonner ses titres de noblesse, montra d'authentiques parchemins et se montra fort aimable envers les enfants qui lui furent présentés :
— Je les considère déjà comme mes propres fils, dit-il.
 Un ami de Renée Saffroy, se disant comte Etienne de Grosclaude de Posen, rédigea sur-le-champ un acte sous seing privé constatant les apports des deux partis.
Rendez-vous fut pris pour la chapelle du château de Dijon, que l'aventurière affirmait être sa propriété et qu'elle allait sur-le-champ mettre en état pour la cérémonie matrimoniale.
En réalité, elle habitait plus modestement l'hôtel Nollet, rue Nollet, et le marquis n'entendit plus parler de rien jusqu'au jour où — c'était au mois d'août — elle écrivit à ses représentants parisiens de hâter l'affaire.
— Je suis à Neuvic, disait-elle. Envoyez le marquis. Tout est prêt pour le mariage.
Et quelques jours plus tard, une somptueuse automobile emmenait le marquis dans le château de sa fiancée. Il y avait son entrée en trompant la confiance d'une Ecossaise qui en avait la garde. Neuvic appartenait à un Américain qui avait regagné son pays.
Réception, dîners, visites au notaire et aux fermiers, etc... Une brillante assistance applaudit le 16 septembre 1933, à Neuvic-sur-l'Isle, au mariage de Mme veuve Moris et du marquis
de Rozycki.

Bien entendu, nantie du titre de marquise, l'ex-Mme Moriss ne manqua pas de se lancer dans de somptueuses dépenses... dont elle ne paya pas le premier sou. Le tribunal de Ribérac fut saisi qui ordonna l'expulsion de la marquise. Celle-ci fit appel à Bordeaux. Et jeta son dévolu sur le château de Parenchère, à Ligueux, appartenant à M. Rapinol. Arguant d'une immense fortune, elle entra en possession de cette nouvelle acquisition le 1er octobre 1933. Elle y commanda un cheptel qui ne fut jamais payé. 

"La marquise et ses enfants sur la Côte-d'Azur..." légende le Petit-Parisien. 

A cette époque, la marquise ne cachait pas ses liens familiaux avec Germaine d'Anglemont. L'assassinat du préfet, confiait-elle, avait des raisons politiques. Elle rappelait aussi avoir connu Oscar Dufrenne, le directeur du Palace, qui venait d'être lui aussi assassiné. On avait découvert son corps à demi-nu, le crâne fracassé, enroulé dans le tapis de son bureau. L'enquête, menée dans la communauté homosexuelle, ne donna rien. Enfin la marquise se disait en relation d'affaires avec Varna, l'associé de Dufrenne. 

Et puis un beau jour, elle disparut, portant sur une autre région de la France, sa redoutable activité. Quant au pauvre marquis, i1 fut abandonné sans argent ni papiers devant un bock impayé au buffet de la gare d'Orsay. Après avoir vendu son alliance à un bijoutier de la rue de la Gaîté, il réussit à gagner la Flèche...

Le 17 février 1934, route de Sévigné, à La Flèche, Félix Rola de Rozycki découvre couché dans un fossé, à proximité de son château, son propre frère. Le malheureux, dans un état de dénuement complet, peut raconter son odyssée. Malade, sans ressources, âgé de 62 ans, le pauvre marquis sera interné à l'asile de Stéphansfeld, dans le Bas-Rhin. Et son frère entend obtenir réparation :

— On a, dit-il, enlevé Henri-Louis par force. On lui a volé tous ses papiers : livret militaire, carte d'électeur, titres nobiliaires. On lui a fait signer une reconnaissance de dette de 250.000 francs. On a enfin obtenu sa signature au bas d'un contrat de mariage avec une aventurière. On a abusé de son état de faiblesse mentale. 

Telle ne sera pas la version du fils aîné de la marquise. Pour lui, un jour de janvier 1934, Rosycki s'était subitement absenté, prétextant une course urgente. Il avait donné rendez-vous à sa femme à Orsay. On ne le revit jamais. Roger Moris a sa version : il aura  été enlevé par la famille... de Calmann-Moser.

En attendant, on inculpe un comparse qui servit d'intermédiaire pour la « pêche » au marquis. Le cinéaste Guldo Pedroli, bien entendu, proteste de sa  bonne foi et de la pureté de ses intentions, arguant qu'il n'a retiré de son intervention aucun avantage pécuniaire. En revanche, le prétendu comte  de Grosclaude a bien reçu du marquis une reconnaissance de dette de 40.000 francs pour rémunération de ses bons offices et de la marquise une traite de la même somme.
Un peu plus tard, Grosclaude fit la connaissance d'une jeune fille d'excellente famille, Mlle D..., à qui il se présenta comme homme de lettres, nanti d'une honnête aisance, et qu'il demanda en mariage. Mais il en profita pour faire étalage de sa traite et de sa reconnaissance et réussit à se faire remettre par la jeune fille, à titre d'avances, une somme de 12.000 francs environ. Bientôt. Mlle D... dut reconnaître qu'elle avait été bernée. Elle se décida enfin à porter plainte, se rencontrant ainsi avec un homme d'affaire qui. chargé de recouvrer,1a fausse traite, avait, lui aussi, avancé au comte 4.000 francs.

Et tandis que la marquise fond vers d'autres horizons, on juge enfin sa demi-sœur aux assises de la Seine. Là, Germaine Huot confirme. Née le 6 novembre 1888, elle est une enfant naturelle non reconnue par son père, M. Saffroy, mais protégée par lui. "Il vous prend chez lui quand il le peut, rappelle le président, vous êtes placée quand il ne le peut". Ainsi fut-elle accueillie par des religieuses. Puis débuta la carrière galante avec la première auto à 15 ans, un hôtel particulier... La liste de ses amants est impressionnante. Jules Berny, directeur du théâtre des Mathurins, l'initie aux coulisses, Hirni  Lillaz aux amitiés mondaines. Un riche Hollandais, Van Hoochout lui succède, puis Jose del Carril, des avocats, le duc François-Joseph de Bavière, frère de la reine des Belges, qui l'emmène un temps en son pays, tout comme l'Argentin qui suit, puis c'est le comte polonais Medzienski, un prince persan, l'aga Khan, un millionnaire chilien, un prince indien, un diplomate serbe, le comte Wielzyuski, sans oublier Gabriel Astruc à la tête duquel elle lança une statuette de la vierge, enfin un député des Vosges, Camille Picard, qui se disputa la galante avec Jean Causeret, alors chef de cabinet du Ministère de l'Agriculture. Il y eut enfin dix ans de liaison avec un Yougoslave, Markouwich. Et Germaine renoua avec Causeret devenu préfet. On le voit, les filles Saffroy ont des tendances au collectionnisme. La mort de son amant ? Germaine Huot plaidera un geste involontaire en manipulant son arme au cours d'une dispute. Elle en sera quitte pour deux ans avec sursis.

Du Pays basque à la Normandie

Le 7 mai 1934, la marquise est arrêtée pour escroquerie à Biarritz. Puis relachée faute de preuves. Le 7 juin, elle est appréhendée cette fois à Bayonne, dans un hôtel de la rue Thiers. Le 3 août, le tribunal correctionnel la condamne à séjourner deux mois à la villa Chagrin. Ainsi se nomme la prison, un lieu fréquenté par les complices de Stavisky. D'ailleurs, on pense que la marquise est mêlée à l'affaire du même nom. De plus, on a trouvé dans son sac une carte de visite de Kelemen, l'assassin du roi de Yougoslavie. Alors les imaginations suintent. Ayant déjà purgé sa peine, la marquise quitte le Pays basque pour la Normandie...

En août 1934, une somptueuse Hispano stoppe devant un hôtel d'Orbec, dans le Calvados. Toison rousse, béret de voyage, une élégante voyageuse en descend, suivie de deux jeunes gens. Elle déclare à l'hôtelier arriver de Meulles où elle va acquérir pour deux millions et demi le château de Montfort.
Les meilleures chambres sont mises à la disposition de ces riches voyageurs. A l'office, le chauffeur convié à prendre l'apéritif confie que sa maîtresse est la comtesse de Sommery, accompagnée de ses deux enfants. Il est à leur service depuis deux jours... Seul un client, étonné de l'absence de bijoux chez cette fameuse comtesse, établit dans son coin un parallèle avec certaine aventurière aperçue dans la presse. Mais qui écoutera cet affabulateur...
Le lendemain, la marquise annonce ses fiançailles prochaines avec le duc de Montmorency, retenu à Deauville. Bien entend, on fêtera cela à l'auberge. De même que le permis de chasse de son fils aîné. En attendant, un notaire est invité à une table copieuse. Puis, la comtesse se présente comme la nouvelle propriétaire au personnel du château de Montfort. Ayant emprunté des draps à l'auberge, nos néo-châtelains passent la nuit sur place.

Quelques jours plus tard, le notaire devait annoncer à Orbec que la châtelaine était inconnue aux différentes adresses parisiennes qu'elle avait données. Après avoir lancé diverses invitations en vue de pendre la crémaillère, la comtesse de Sommery s'était enfuie avec chauffeur et enfants. Et l'on apprit qu'elle n'était autre que la marquise Rola de Rozycki, alias Renée Saffroy. Celle qui, on ne sait quand, fit inaugurer venir un ministre à Deauville pour inaugurer le salon de thé qu'elle avait financé. Des salons de thé, elle en aurait ouvert partout... 

Aux frais de la princesse


Soit par crainte du ridicule, soit par pitié, nombre de victimes de Renée Saffroy ne porteront pas plainte. C'est le cas de Mme Douard. Dans la région de Guéméné-Penfao et de Messac, on la surnomme la bonne hôtesse. Jamais titre ne fut mieux justifié. Douce, modeste, charitable, Mme Douard a conservé à l'Hôtellerie de l'Union les bonnes traditions de l'hospitalité française de jadis...
Un soir d'été 1934, une superbe Talbot s'arrêtait devant l'Hôtel de l'Union. Une dame altière, d'une souveraine majesté, descendit de la voiture. Elle était accompagnée de deux messieurs, dont l'un jouait le rôle du mari, atteint de surdité, et l'autre, celui de régisseur. Sur le registre de l'établissement Douard, la voyageuse signa du nom de Mme Harmant. Elle devait rester seulement deux jours. Trouvant la cuisine bonne, le pays joli, les gens affables, Mme Harmant demeura pendant six mois à Beslé. Elle poussa le sans-gêne jusqu'à faire venir à l'Hôtel de l'Union deux autres personnes de sa famille.

A Beslé, on suivait avec une curiosité respectueuse le va-et-vient de l'étrangère. ̃« C'est une comtesse », murmurait-on. Mme Harmant allait deux fois par semaine à Nantes. Du moins, elle le déclarait. Le reste de son temps était occupé par de joyeuses parties au bord de la Vilaine, dans les délicieuses cités des alentours, et surtout en forêt du Gâvre. Elle stationnait souvent, et longuement devant le pavillon de chasse qui s'élève à la jonction de plusieurs magnifiques allées forestières, à 6 kilomètres de Blain.
Mme Harmant, qui aimait beaucoup les chevaux, rêvait d'être invitée à une de ces chasses à courre, organisées de temps à autre au Gâvre. Quelle belle amazône elle eût fait dans le fracas des sonneries de cor, au milieu des hurlements de la meute déchaînée, elle aurait, à la suite des châtelaines des environs, poursuivi le cerf, et assisté, telle une Diane de légende, à l'hallali.

Quand l'hôtelière, inquiète, réclamait son dû, Mme Harmant lui montrait des lettres de notaire, alourdies d'impressionnants cachets, et dans lesquelles on parlait d'un fabuleux héritage.
Mais, cet héritage était discuté par des « chicaniers ». Il fallait, pour le toucher, attendre la fin des procès en cours. Mme Douard. à demi-rassurée, n'insistait pas trop, et consentait même des avances à sa cliente. C'était toujours Mme Harmant qui s'occupait des finances et des affaires. Le soi-disant mari avait beau improviser avec sa main un cornet acoustique devant son oreille lorsqu'on lui adressait la parole, il ne parvenait point à saisir un seul mot de tout ce qu'on lui disait. Surdité plus simulée que réelle, bien entendu. Si la « comtesse » et son entourage savaient apprécier les spécialités de l'Hôtel de l'Union, ils ne faisaient point d'orgies de boissons. Mme Harmant avait une conversation distinguée.

La tribu disparut après la réception d'un message qui devait contenir de bien mauvaises. nouvelles. Depuis ce départ précipité, Mme Douard attend le règlement des dépenses faites à l'hôtellerie par la « comtesse » et le remboursement des avances consenties. La note atteint 35.000 francs Inutile d'ajouter que la propriétaire de l'Union ne garde plus beaucoup d'espoir d'être remboursée.   

Dans le Nord, dans l'Est...

Difficile à suivre, Renée Saffroy, tant elle écume la France en tous sens avec ses fils. Après la Normandie, un chemisier parisien dit avoir refusé une grosse commande de sa part. 18. 000F Puis on la localise deux mois dans un hôtel de La Panne. En ville, elle tente d'acheter le cabaret de Mme Orloff. En vain. De Belgique, elle excursionne au Touquet, à Boulogne où elle marchande un calice et un chapelet de grande valeur pour obtenir d'un marchand un prêt. Elle louche aussi sur l'hôtel Princesse, fermé depuis trois ans. Puis elle fuit à Calais, à Malo-les-Bains où elle essaye de réunir des fonds pour monter un café montmatrois, à Dunkerque. Retour à La Panne avec pour projet le rachat d'une pension de famille. Le 16 septembre, venant d'Ostende, la voilà à la foire de Lille. La voilà à Beudry-lès-Orchies, près de Douai, où elle escroque le titre de propriété du cottage du Hennoy, château de M. Delecroix-Montaigne. Les fournisseurs, les vendeurs d'auto se pressent auprès d'elle. De là, elle revient à Lille où elle tente d'acheter la brasserie Faidherve. Qui n'est pas à vendre. Puis le bar du Raxy, qui lui l'est. Alors elle entame l'acquisition. Sans bourse délier, bien entendu. Quand elle est reconnue grâce à un article de presse, on la convoque au commissariat de Lille. Mais aucune plainte n'est encore déposée. Aussitôt, la marquise quitte le Nord avec ses deux fils dans un compartiment de troisième classe...

La voilà dans un hôtel de Woerth sous le nom de Mme Maurice de Rolla. On la voit à Strasbourg où elle négocie l'achat du café de France, place Kléber. On la voit à Hagueneau, où elle engage l'acquiisition du chàteau de Frœschwiller, ancienne propriété des comtes de Durckheim-Montmartin. Elle effectue ses déplacements grâce à la voiture de l'hotellier de Woerth. Mais voilà qu'il lui présente la note. "Demain", assure-t-elle. Puis elle se fait conduire à Hagueneau avec ses fils et, chemin faisant, s'arrête à Reischoffen. Le chauffeur l'attend toujours...

Nous sommes fin septembre 1934. On la voit encore, affublée d'un œil au beurre noir, dans les agences de Belfort. De là, elle visite à Giromagny le château de Mont-Jean avec l'intention d'y faire soigner son cadet malade. Elle disparaît encore quand le notaire réclame une avance, déclarant à qui veut bien l'entendre que, puisque c'est comme ça, elle mettra dix millions dans le château de Villersexel, en Haute-Saône...

Au château de Chamblay

1er octobre 1934. Un notaire de Dijon est approché par la marquise. Elle est intéressée par le château de Clervans, à Chamblay, ayant appartenu à un banquier égyptien, Émine Karam, dit Karam Pacha. Le domaine est à présent propriété du tabelion. La marquise est flanquée comme à son habitude de ses deux fils. En grignotant un sandwich, elle visite le domaine en connaisseuse. Elle voudrait refaire ici comme à la Guette, cette ferme-modèle dont était si jaloux le baron de Roschild. Pour l'acheter, elle dispose des six millions de francs laissés par son ancien compagnon et qui restent enfermés dans un coffre en Egypte...

Le lendemain, l'affaire était conclue pour trois millions et demi de francs. Sans attendre le versement, elle se rendit au château, annonça au régisseur qu'elle venait d'acquérir le domaine et que le notaire viendrait prochainement régulariser la situation. Renée porte toujours au visage des traces de contusion. Elle explique qu'elle a eu un accident en Alsace et, que si elle n'a pas d'effets avec elle, c'est qu'elle a dû laisser ses malles sur place en attendant les expertises des agents d'assurance...
Nourrie et habillée par son régisseur, la marquise fait procéder aussitôt à des travaux d'envergure. Des entrepreneurs sont mandés et commencent à transformer la cinquantaine de pièces. Des meubles de prix sont livrés par les commerçants de la région, le tout à crédit. La marquise prend à son service un tailleur d'Arbois qui lui confectionne des costumes de sport masculins et habille de bleu-roi la douzaine d'employés qui viennent d'être recrutés. Ainsi voit-on la marquise déambuler en homme et fumer du tabac à crédit. A crédit aussi est la belle auto qu'elle conduit souvent elle-même pour parcourir la région. Et c'est sur le même mode de paiement qu'elle commande douze salles de bain, cinquante vaches, des flacons de parfum à gogo. "Quand on est pas belle, faut bien s'arranger..." Elle loue aussi des locaux à Dijon. Notamment pour y créer un salon de couture voué à l'exportation vers l'Egypte. 

Des invitations furent lancées, la meilleure société de la région accourut. On donna des diners, des fêtes pour lesquelles des camions de victuailles, de vaisselle furent apportées par les fournisseurs, trop heureux d'être agréables à une aussi grande dame. Il avait été spécifié que les factures seraient réglées deux fois par an. Mais on avait confiance.

Dès la fin du mois d'octobre, des rumeurs commencèrent à courir dans la contrée sur les antécédents fâcheux de la noble dame. Les fournisseurs s'inquiétèrent à leur tour. A tel point que, le 31 octobre, la marquise de Rolla déclarait avec la meilleure grâce du monde aux créanciers qui l'assiégeaient nous allons nous rendre a Genève où je possède un compte en banque.
La marquise, les deux jeunes gens, l'amie de Mme de Rolla, le garagiste vendeur de la voiture de luxe, un autre garagiste vendeur éventuel d'une autre voiture s'en furent à Grenève. Conciliabules multiples dans le voisinage du pont du Mont-Blanc avec un soi-disant banquier, promesses de celui-ci, négociations, autre visite, celle-là dans un établissement de crédit en vue d'un prêt. Résultat : point d'argent, A. défaut d'espèces sonnantes, le vendeur de la première voiture reprit son véhicule. Les gens du Jura rentrèrent à Chamblay. Cependant, la marquise, qui s'était d'abord refusée a les suivre, les rejoignit un peu plus tard en taxi à la frontière. Ben enfant, le garagiste lui offrit une place, mais la châtelaine se fit descendre à Champagnol où elle disparut.

Puis on retrouva sa trace à la gare d'Andelot à 22 heures, elle arriva en automobile avec les deux jeunes gens au tout dernier moment et s'engouffra dans le rapide Vallorbe-Paris, sans passer au guichet, hien entendu. 

Cependant, a Chamblay, ce fut la stupéfaction. Les vendeurs vinrent rechercher les objets vendus le marchand de meubles. le parfumeur, le marchand de confections reprirent leurs biens. Les autres, M. Gros, directeur de l'exploitation, le marchand de tabac et quelques braves gens, pleurent aujourd'hui la perte de leurs économies, la perte du fruit de leur labeur. Dès que la fuite fut connue les commerçants volés déposèrent des plaintes qui affluèrent au parquet de Dôle. Un mandat d'arrêt fut lancé

Son arrestation à Chalamont


9 novembre 1934. La marquise débarque avec ses deux enfants à Morestel, dans l'Isère. Là, elle descend à l'hôtel de France. Dès le lendemain, la voilà dans l'étude de Me Lautrey. Sur ordre de la baronne d'Allard, propriétaire du château de Marestrey, le notaire lui remet les clefs du domaine. Il est convenu qu'elle prendra possession du domaine en janvier prochain contre 950.000 F. Mais une semaine plus tard, la voilà qui prend la fuite, ne pouvant régler son hôtel.
Toujours dans l'Isère, la marquise laisse le souvenir d'une note impayée dans une auberge de Saint-Laurent-de-Mûre. Chaque jour, elle rendait visite aux notaires de Lyon, en quête de châteaux à vendre. Elle fut ainsi en pourparlers pour deux domaines, l'un à Meximieux, dans l'Ain. L'autre, appelé la Barolière, à Limonest, dans le Rhône. Elle les visita. Et signa d'eux gros chèques. Mais, ajouta-t-elle, il ne faudra pas les encaisser immédiatement, car je n'ai pas de provision en ce moment. Toute ma fortune est dans mon coffre-fort à Alexandrie. C'est moi qui en ait la seule clé car il n'existe aucun double. Je dois retourner en Egypte pour dégager cet argent. Après, tout sera payé.
La région lyonnaise n'oubliera pas de si tôt la marquise. Les plaintes affluent. C'est une commerçante qui lui a prêté en plusieurs versements quelque 8.000 F sous divers prétextes, un grand hôtel de la place Bellecour victime de 1.000 F d'impayé.

19 novembre 1934. Renée Saffroy est dans un hôtel de Chalamont, dans l'Ain. Au moment de son arrestation, elle revient de Lyon, en taxi, où elle a tenté d'acheter le château de Richemont, près de Priay. Elle n'a que 30 centimes en poche. Le chauffeur réclame son dû, l'hôtellier en fait de même. C'est ainsi que les gendarmes arrivent et conduisent l'aventurière à Trévoux. 
Là, les deux fils de la marquise sont confiés à la mairie qui réquisitionne pour eux une chambre d'hôtel. Quand les gendarmes s'y rendent pour les interroger, ceux-ci se sont enfuis, sans sous ni maille. A pied, ils se rendent à Bourg où ils sollicitent l'hospitalité d'un marchand de volailles,  ancien  fournisseur de la  châtelaine, au temps où, dans la capitale de la France, elle  tenait  elle-même un  commerce où se vendaient des poulardes de Bresse. Il y a cinq ou six ans, la châtelaine venait très souvent à Bourg dans une splendide autot pilotée par un chauffeur en livrée. La voiture avait dans son sillage une deuxième voiture aussi luxueuse où prenaient place ses deux fils et leurs domestiques. 
Elle était, nous assure-t-on, en relations d'affaires très suivies avec le coquetier précédemment cité. Et celui-ci eut la chance d'être toujours réglé séance tenante par la riche châtelaine qui posséda, dit-on, à une époque lointaine une fortune de 10 millions qui s'envolèrent on ne sait trop comment. On nous assure même qu'à cette époque de sa venue à Bourg, la châtelaine avait engagé des pouparlers avec le marchand de volailles en question pour l'achat de son fonds de commerce. On ne seait trop pour quel motif la conversation à cet effet n'eut point de suite.  

Après s'être restaurés chez le coquetier, les deux fugitifs continuèrent leur route grâce à la complaisance d'un automobiliste de passage et c'est alors qu'ils se réfugièrent au pays de la moutarde. Quant à la marquise, elle fut conduite à la prison de Lyon. C'est alors que le Journal de Rouen sort les aventures de la marquise à La Mailleraye. Le premier voyage pour acheter une maison. "Une chaumière dans un champ qui, pour la beauté de la chose, devait être planté de pommiers", estime le grand quotidien normand qui raconte la brouille dans le ménage, l'installation du jeune homme à La Mailleraye, l'arrivée de Renée en 1922 et la laiterie des Anges.

Mais alors que la marquise défraye la chronique, incarcée à Lyon, et qu'un célèbre homme de lettres, un autre de théâtre sont cités parmi ses anciens amants, voilà qu'un vieux duc affirme avoir été approché par l'aventurière sans en préciser la date. Célibataire, bientôt octogénaire, celui-ci avait songé à se marier. C'est alors qu'un ami lui parla de la veuve Moris. "Je ne fis pas d'objection, d'autant que les Saffroy, parents de mes amis de Gatines, étaient d'excellente famille." Renée fit part au duc d'un héritage de 14 millions de francs qui devait bientôt lui revenir. Puis elle invita l'aristrocrate dans une maison de Toulon. Mais là, le duc ne tarda pas à apprendre que M. Moris était mort après guerre, miné de chagrin par les frasques de son épouse. Il renonça. Renée s'entêta, fit témoigner un avocat sur sa prétendue fortune léguée par un industriel dont elle avait été la maîtresse. Hélas, pour elle, la couronne ducale lui échappa. Elle dut se contenter d'un marquisat. 

Le témoignage des enfants

Leur mère arrêtée, la question de placer les enfants de Renée à l'Assistance fut de nouveau posée. Ils gardaient un mauvais souvenir de leur expérience algérienne. En novembre 1934, le cadet était pris en charge par l'ancienne gouvernante de Chamblay, à devenue serveuse dans un restaurant de Dijon. L'aîné, lui, travaillait dans un cinéma de la même ville. Pour lui, les projets de sa mère à Chamblay étaient en passe de réussir car elle attendait un concours financier. Sur place, on semble presque regretter que cette femme, qui manifestement avait la bosse de l'agriculture, ait échoué dans ses entreprises. Un journaliste du Petit-Parisien parvient à rencontrer les deux fils de la marquise. Simone, la petite fille, n'est plus à leur côté. On ne sait trop ce qu'elle devient au fil des pérégrinations de la marquise. L'aîné crie au complot et accuse une personnalité d'avoir mis sa mère sur la paille pour la contraindre à vendre la Guette. Roger aurait aimé porter les armes et ne désespère pas d'entrer dans la cavalerie. "Mon grand-père maternel était le général de Boisdeffre, ancien chef d'état-major général de l'armée. Le nom d'un de mes aïeux, le baron Pouget, est inscrit sur l'Arc de Triomphe. Plusieurs de mes oncles ont été colonels..." Roger Moris divague ? A priori, son grand-père maternel était l'inventeur du porte-monnaie à boules, Pierre Ernest Saffroy et non pas le général Raoul Le Mouton de Boisdeffre, cité dans l'affaire Dreyfus et mort en 1919.
En revanche, Roger Moris à raison de citer le baron Pouget. Il figure bien du côté de ses ascendants paternels. François René Cailloux, dit Pouget, fils du chirurgien ordinaire du roi de Pologne, né en 1767 à Haroué, Meurthe-et-Moselle, fit ses premières armes sous la Révolution puis termina les campagnes napoléoniennes avec le grade de général. Les Moris sont ses descendants directs.

Le 9 janvier 1935, Roger Moris était toujours contrôleur au cinéma, soutenant à la presse que la progéniture de la marquise est bien sienne. Elle avait choisi Rozyncski pour donner un même nom à ses trois enfants. Le contrat passé devant notaire spécifiait que le marquis adoptait Roger Fabien, légitimait René Guy et reconnaissait Simone. Pourquoi un aristocrate ? "Elle a voulu effacer le caractère roturier mais récent de la famille. Elle était en effet la petite-fille du marquis de Tencin, membre de la haute société de l'Isère." Encore une vue de l'esprit. La généalogie de Renée Saffroy s'établit comme suit. Père et mère : Pierre Ernest Saffroy et Louise Léontine Guyot. Grands-parents paternels : Pierre Ernest Saffroy et Olympe Céline Baré. Grands-parents maternels : Louis Hippolyte Guyot et Louis Félicie Taillat. Pas de général, pas de marquis...

Le temps des procès

"L'étonnante marquise de Rolla de Rozynscki a fait toilette, ce matin, pour comparaître devant les juges correctionnels. Elle a réussi une remarquable symphonie brune. Seuls ses cheveux, jadis dorés, sont hélas ! passés, très passés." 
Nous sommes en juin 1935 à Dôle et c'est Me Paul Fayaud qui assume la tache redoutable de défendre Renée Saffray, veuve Moriss et authentique marquise. Son adversaire est M. Mougne, procureur de la République et l'arbitre est de M. de Faget de Casteljau, président, assisté de MM. Prost et Sourdy, juges. Echos...

— J'ai eu trois enfants, clâmera Renée Saffroy au sujet de sa mystérieuse progéniture. Et malgré tout ce qu'on a prétendu, ce sont bien les miens !

Et c'est ensuite une incursion difficile au passé de la tendre marquise qui ne se souvient plus de l'année exacte de la mort de son mari. A propos de Calmann Moser, le président lui dit :

— Votre amant d'alors était très riche, n'est-ce pas ? Vous lui avez mangé trente millions.

— Oui, mais on m'en a offert beaucoup plus : cent millions. Et on m'en offre encore actuellement.

D'ailleurs, Renée jure qu'elle paiera tout ce qu'on lui demandera de payer. Avec l'héritage de sa grand-mère, de son père, de son mari. Avec son compte en Suisse qui n'a pourtant que 10F. Avec son trésor en Egypte dont elle refuse de dire l'emplacement. "Des gens guettent ces millions pour s'en emparer..."

Il y eut d'étranges réparties au cours du procès :

— Ma cliente sait faire vêler les vaches ! lance un moment l'avocat.
— Elle sait surtout traire les hommes, réplique madroitement M. Mougne, procureur de la République...

Il y eut d'autres saillies cocasses. "Mon vieux, pardon, Monsieur, je ne peux pas vous laisser dire ça", lance-t-elle un moment au président du tribunal. En revanche, quand ce dernier l'interroge sur un quelconque attrait pour les titres nobiliaires, elle répond tout à trac à Monsieur de Faget de Casteljau : "les particules n'exercent plus aucun prestige !" 

Il y eut aussi des phrases énigmatiques de Renée Saffroy qui promet de révéler pour quelles raisons politiques elles s'achetait, sans les payer, tant de costumes d'amazone et pourquoi il lui fallait tant de laiteries, tant de châteaux, souvent près des frontières  : "Tous les châteaux que j'ai achetés sont à moins de 30 kilomètres d'une agglomération et disposés sur la carte de France suivant une certaine ligne. Je vous expliquerai..." 

— Cette ligne, sourit le procureur, ce soit être la voie lactée...

Et là, on est obligé de penser à la Comtesse de Cagliostro, quand Arsène Lupin affirme que la disposition des abbayes normandes épouse les points de la grande ourse...

Me Fayaud aura beau minimiser les ravages de sa cliente et solliciter un complément d'informations, la marquise de Rolla sera condamnée à 18 mois de prison. 

Maintenant, plusieurs plaintes attendaient encore la marquise à Paris...

Le 17 octobre 1935, Renée Saffroy est cette fois devant le tribunal correctionnel de Paris. Sa randonnée en Dordogne avec le chauffeur Bourdeau lui coûte trois mois de prison et mille francs d'amende.

Le 4 février 1936, le mariage Rola de Rozycki-Saffroy est enfin annulé par le tribunal civil de La Flèche.

Le 10 mars 1936, redevenue roturière, Renée Saffroy est poursuivie en correctionnelle par son ancien beau-frère, Félix de Rozycki, châtelain de la Rosière à La Flèche. Dans le box des accusés, elle est aux côtés de Grosclaude. Le frère du marquis obtient le franc symbolique. Quant aux deux prévenus, ils écopent de six mois de prison. Renée accueillit sa condamnation par cette exclamation : "Aïe donc !"

Epilogue


Notre histoire avait commencé au bord de la Seine et nous aimerions la terminer ici. Que devint le premier compagnon de Renée Saffroy, une fois libéré de ses maléfices ? Un industriel entreprenant et un élu de poids dans notre région. Autant il avait résisté aux Allemands durant la première guerre, autant il en fit de même durant seconde, ce qui lui valut d'être arrêté par la Gestapo et justifia les nombreuses distinctions dont il était gratifié.
Quant à Renée, curieusement, on n'entendit plus jamais parler d'elle après son procès de 1936. Elle qui fut si active, si imaginative. Quid aussi de ses enfants. Finit-elle ses jours, internée d'office dans quelque hôpital psychiatrique ? Réussit-elle une nouvelle escroquerie qui la mit à jamais à l'abri du besoin ? Oui, qu'est devenue la laitière des anges ! La réponse est encore dans la voie lactée ? Eh bien non, nous avons retrouvé sa trace. A 73 ans, Renée Saffroy rendit son dernier soupir le 20 février 1967 à Neuilly. Si elle avait refait fortune, je vous aurais dit Neuilly-sur-Seine. Mais c'est Neuilly-sur-Marne.

Et cette ville-là est connue pour son asile de femmes.
..

Laurent QUEVILLY.


Sources

La Presse, 3 mai 1898.
Le Monde illustré, 20 mai 1916.
Le Petit Journal, 10 décembre 1921.
L'Echo d'Alger des 17 août, 8, 14, 17 et 30 novembre 1932. 
Détective. 17 novembre 1932.
Le Peuple, 9 novembre 1932.
Le Petit Parisien, 21, 22, 23, 24 novembre 1934, 18 juin 1935.
Le Matin, 9, 20 et 22 novembre 1932, 20 novembre 1934. 
Le Petit Dauphinois, 24 novembre 1934.
Journal de Rouen, 24 novembre 1934.
Le Journal, 10 janvier 1935.