Peut-être aurez-vous la chance de trouver dans la forêt de Roumare, à la limite de Quevillon et de Boscherville, un fragment de la pierre du Bonheur.
 Ce bloc rocheux dormait dans les sous-bois près de Quevillon, au milieu des fougères aigle, des bruyères et de la callune. Selon la légende, ce rocher fut enfin trouvé par un homme qui réquisitionna cinq cents chevaux pour l'emporter, mais ceux-ci ne purent la déplacer. La pierre du Bonheur éclata en sept ou huit morceaux qui se dispersèrent dans la forêt avant d'être engloutis par l'humus.
Ne soyez pas surpris d'entendre à travers bois, pour la seule fois de votre vie, depuis Quevillon tout proche, le chant puissant d'un monstre sans tête au corps couvert d'écailles
.
Un lieu-dit du village se nomme d'ailleurs Val-Phénix...
Il y avait autrefois dans les bois de Quevillon un gros bloc de pierre enfoui sous la mousse. Il se disait qu'au-dessous une vaste grotte renfermait un immense trésor. Quiconque paviendrait à s'en emparer était assuré de devenir riche. Encore fallait-il triompher de l'énorme crapaud qui en était le gardien. Un soir, un pauvre bûcheron voulut tenter sa chance et se glissa à l'intérieur. Hélas, au petit matin, on retrouva son corps affreusement déchiqueté, gisant dans les fougères à quelques pas de l'entrée.

SOURCES

Hubert Finot, bulletin municipal de Boscherville
Bernard Sergent, ‎Société de mythologie française