CARTHAGE - CAUDEBEC
,

hommage à M. Émile BRECHOT
Bienvenue dans les archives de Sequan@ Normandie
L'ASSOCIATION des AMIS du VIEUX CAUDEBEC-EN-CAUX
et
SEQUANA-NORMANDIE

s'associent pour vous présenter sur le WEB les oeuvres

d'Émile BRECHOT,
ancien Président de l'Association des Amis du Vieux Caudebec et conservateur du musée Alaoui au Palais du Bardo à Tunis.

Exposition U N I Q U E d'un artiste
qui refusa de faire commerce de ses toiles et qui a légué sa collection à la Maison des Templiers.

[la Tunisie et ses ports][La Tunisie...la ville et ses murailles][la Tunisie...ses hommes et ses femmes]
[Bréchot ... et la Vallée de la Seine]


Portrait d'ÉMILE BRECHOT (1886 - 1971)

Enfant de Caudebec-en-Caux, Émile Bréchot fréquente dès son âge l’école communale de garçons de la petite ville.  A cette époque, le siècle finissant, au début de la réforme de Jules Ferry, l’école se trouvait encore Route du Havre dans une maison qui existe toujours.  Son emplacement actuel est  1, Place Président Coty.  Sur sa façade, à la hauteur  du premier étage, subsistent encore les ferrures qui servaient à supporter la cloche annonçant les heures d’entrée et de sortie des élèves.

Émile Bréchot manifeste de bonne heure des dons pour le dessin avec une habileté manuelle peu commune.  Après un court passage à l’école des beaux-arts de Rouen, il va à Paris où il suit l’enseignement des beaux-arts en tant qu’élève libre. 
Émile Bréchot travaille pendant plusieurs années dans l’atelier du Sculpteur MERCIE (élève de FALGUIERE et prix de Rome ) pour faire un stage dans celui de RODIN.   Il s’oriente alors vers les travaux de sculpture, mais comme sa santé ne lui permettait pas de persévérer dans cette voie, il se dirige vers l’art du dessin et de la peinture qu’il pratiquait depuis sa jeunesse, ainsi que vers l’art de la médaille.  Quelques années plus tard, son talent de médailleur lui valut d’être récompensé plusieurs fois au Salon.
Nature morte, vers 1915. Photos : F.N. Bocquet (copyright)

 

Paysage du New Forest, 1920
Un séjour en Angleterre initia ultérieurement Émile Bréchot à la production de céramique dans une usine au sud de l’Angleterre.  Sous l’influence des peintres anglais TURNER et CONSTABLE,  il se livra à son plaisir de peindre le ciel et les grands horizons. 
Le Pecq, quartier de Saint-Germain en Laye, 1924. En 1921, il rentra en France pour être admis dans l’atelier de restauration du Louvre, où il eut l’occasion d’étudier l’histoire de l’art dans l’Antiquité.Quelques années plus tard, il fut nommé au Musée de Saint-Germain comme restaurateur près de Salomon REINACH et de son successeur.  En quelques années, Émile Bréchot devint un érudit dans le domaine des civilisations anciennes.
Le 1er janvier 1927, notre Caudebecquais est nommé Conservateur du Musée Alaoui au Palais de Bardo près de Tunis.  Il procéda à la réorganisation de ce musée et à des fouilles pour enrichir les collections d’objets puniques, romains et arabes.  Il prêtait la plus grande attention au respect des vestiges de ces diverses civilisations, en évitant toute intervention d’engins mécaniques entraînant des destructions irréparables ou des mélanges inconsidérés.

Émile Bréchot prit
sa retraite quelques années après la dernière guerre mondiale en se retirant à Caudebec, dans la maison familiale.  Il consacra ses énergies au plaisir de la peinture et  à la conservation de la Maison des Templiers où il augmenta les collections et œuvra pour la sauvegarde du vieux Caudebec-en-Caux.  Il lutta également pour le patrimoine architectural normand, en faisant inscrire les bâtiments à l’inventaire des Monuments historiques et en intervenant maintes fois auprès des ministères et des services compétents.
Photo : Emile BRECHOT à La Maison des Templiers - 1957 -
F.N. Bocquet (copyright)

On pourrait considérer Émile Bréchot comme le dernier des post-impressionnistes de l’école de Rouen.  Ses toiles  prennent une valeur historique en nous montrant notre patrimoine à travers la vue d’un érudit local qui nous transmet son amour pour sa ville natale.



1- LA TUNISIE... et ses ports

"14 juillet sur le port de Tunis"  1930

PHOTOS : F.N. Bocquet (copyright)

"Port de Bizerte" 1930    Port de la Goulette" 1930
"Djerba, navire pêcheur d'éponges", 1930  Port de Bôme ou La Goulette ?
PHOTOS : F.N. Bocquet (copyright)

2- LA TUNISIE... la ville et ses murailles

 "El About, vue sur la ville" 1930    

"Melassile"  1928
MONASTIR, Le Ribet- 1935

Photos : F.N. Bocquet


3- LA TUNISIE... ses hommes et ses femmes

Portraits de Fatima PRADINE  - 1933

PHOTOS : F.N. Bocquet (copyright)

"Jeune homme au Prado"

APPRÉCIATION DES OEUVRES D'Émile BRECHOT
Par Christine ROLLAND

Émile Bréchot est né à Caudebec-en-Caux au moment où l’impressionnisme était en plein essor et le post-impressionnisme prenait son élan.   En 1884, Seurat commença sa grande toile de Dimanche sur la Grande Jatte.   L’année suivante, Van Gogh peignit Les Mangeurs de Pommes de Terre et Cézanne produisit une de ses premières images des Baigneuses.  C’était l’époque où à la côte d’Albâtre se développaient des stations balnéaires à la mode. Les écrivains et les artistes fréquentaient la région pour dépeindre la Vallée de la Seine, le paysage, la mer, et les gens.   Entre 1883 et 1886, par exemple, Monet séjourna régulièrement à Etretat.

"El About, paysan à dos d'âne" - 1930
Cette forte présence artistique a dû avoir une énorme influence sur le jeune Émile Bréchot, qui dès un très jeune âge se mit à dessiner tout ce qu’il voyait.   Il reprenait les thèmes et techniques de ces mouvements pour les appliquer à la modernité qu’il apercevait autour de lui.  Suivant à sa façon le chemin tracé par Pissarro, Monet, Boudin, Seurat, Sisley, Cézanne, Van Gogh, Bréchot observait la nature et la vie quotidienne pour ensuite développer  une vision immédiate, personnelle, et  cohérente de son environnement.

Bréchot ne cessa jamais d’étudier sa ville natale pour saisir ses nuances.  On peut imaginer que Caudebec restait toujours au fond de ses pensées.  En Tunisie, il exposa des vues de cette ville à l’Exposition annuelle de l’Afrique française et au Salon Tunisien.   Les tableaux et dessins de Caudebec, signés et datés des années 1932, 1937 et 1938, nous semblent indiquer des vacances passées en Normandie pendant l’exercice de ses fonctions au Musée du Bardo.
D’abord dessinateur, ensuite sculpteur, médailliste, conservateur des antiquités, et finalement peintre, Emile Bréchot  cherchait dans son art une intégration de ses différentes connaissances. 

"Le Marabout - Tunisie" 1929
Le séjour à Tunis lui fit découvrir des grandes étendues de sable et du ciel, la nudité de la pierre, le rafraîchissement des jardins.  Il explora les possibilités de changements de perspective dans ses dessins et ses tableaux .  Il peignit les vues des toits dans la tradition déjà établie par des artistes comme Corot à Rome un siècle auparavant et  Utrillo avant la Guerre 1914-1918.
 
Il chercha même l’annihilation de perspective dans ses études «pointillistes » des jardins.  L’expérimentation  constante avec les couleurs lui fit découvrir leurs textures et ainsi, au fur et mesure des années, ses tableaux acquirent une maturité d’expression qui s’appuyait sur plusieurs bases. 

        Pradeve's garden, Tunis 1936 Jocorouada,  1927

Revenu en Normandie après la guerre, Émile Bréchot continua à peindre Caudebec-en-Caux.   Le fait d’avoir vécu si longtemps sous le soleil nord africain lui fit apprécier de nouveau la végétation de son pays natal.  Sa palette est devenue plus onctueuse, plus riche, et sur tout plus verte.  Avec des couleurs et des formes beaucoup plus libres qu’auparavant, l’artiste renouvela sa vision de sa ville natale, source constante de ses inspirations.

4- BRECHOT.... et la VALLÉE DE LA SEINE


La Seine à Caudebec, vue des Capucins, 1906



L'estuaire de la Seine, HONFLEUR - 1925
– avant son départ pour la Tunisie –

La Seine... près de Villequier, vers 1930  Le Tournant de Villequier, vers 1935
– pendant ses vacances en Normandie –


La Seine... au banc des Meules, vers 1935 ?  

Photos : F.N. Bocquet (copyright)          

Les autres oeuvres d'Émile BRÉCHOT sont à découvrir
à la Maison des Templiers / CAUDEBEC


"La Seine à Caudebec"
Photo : SEQUANA-NORMANDIE (copyright)

Une vingtaine de tableaux  présentent Caudebec, la Vallée de la Seine et Tunis.



Maison dite des Templiers
1 Rue Thomas Bazin  
76490 Caudebec-en-Caux

Avec tous mes remerciements à M. Michel FREULARD,
Président de l'Association des Amis du Vieux Caudebec-en-Caux,
pour son aimable collaboration. / juin 2000
 associationdesamis@outlook.fr

SEQUANA-NORMANDIE




Biographie et appréciation des oeuvres par Chritine ROLLAND
PHOTOS  : F.N. BOQUET (copyright)
Dossier mis en page par SEQUANA-NORMANDIE
28 juin 2000








LAISSER UN COMMENTAIRE
















Haut de page



Retour aux sources




Sequan@ Normandie
© Nathalie Lemière




















Les archives de Sequana Normandie sont hébergées
par le Journal de Duclair, sistership du Pilote de Caudebec


Site  propulsé par

depuis le siècle passé