Les BLONDEL, une famille de maîtres de poste

Par Jean-Pierre Hervieux

Louis XI créa la poste aux lettres en France afin de recevoir des informations de tout le royaume et d'acheminer les missives royales. Afin d'améliorer la rapidité de ces transmissions il créa la poste aux chevaux en s'inspirant des relais romains. Louis XI divisa le corps des chevaucheurs des écuries du Roi en deux groupes : le premier, composé des ''courriers du cabinet'', chargé de porter les missives, le second, ''les postes assises'' chargé de fournir les chevaux. Cette organisation sera développée par les successeurs de Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François 1er.



Les ''postes assises'' se transformeront au fil du temps et deviendront les ''maîtres de postes'' jusqu'à la disparition des relais postaux en 1873 avec le développement de la poste ferroviaire.

Les relais furent installés tout les sept lieues soit 28 km, distance qu'un cheval peut parcourir au galop ; un cavalier pouvait ainsi parcourir près de 90 km par jour. Des employés des relais, les postillons, ramenaient les chevaux.

Le titre de maître de poste s'obtenait par l'achat de cette charge qui donnait lieu à un brevet. Les maîtres de poste étaient très souvent, également aubergistes et cultivateurs. Ils employaient un important personnel, bénéficiaient d'une certaine aisance financière et étaient considérés comme notables.

Il existait un relais de poste aux chevaux dans la paroisse des Vieux, situé à proximité de l'Austreberthe, en bordure de l'ancienne voie romaine menant de Rouen à Lillebonne.

L'auberge des Vieux est citée dans les registres paroissiaux dès les dernières années du 17ème siècle : : '' Louis JULIENNE marchand chapelier de Rouen âgé d'environ 50 ans lequel mourut hier 6 dudit mois (novembre 1699) dans l'hostellerie des Vieux de mort subite allant de Rouen à Caudebec''.

Il est probable que Louis JULIENNE se rendait à Caudebec pour y chercher les fameux chapeaux ''Caudebec'' qu'il revendait ensuite à Rouen.

Le 28 juillet 1727 Jean Estienne SANAVIA y trouve la mort :
''ce jourd'hui 28 juillet 1727 par moy prêtre curé de la paroisse des Vuifs a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Jean Estienne SANAVIA âgé de 21 ans ou viron fils de Mathurin SANAVIA advocat au Grand Conseil et de Catherine DINETAIN bourgeois de la ville de Rouen ledit Jean Estienne SANAVIA ayant été tué d'un coup de pied de cheval dans l'écurie de l'auberge de ce lieu''

Le 4 mai 1747, Marie Anne MARTIN, femme de Pierre Henry FAUCON de la paroisse du Havre, décède à l'auberge des Vieux. Cette auberge relais de poste fut tenue par Louis-François BLONDEL pendant plusieurs décennies au XVIIIème siècle.
La famille BLONDEL présente une lignée de maîtres de poste :

A la fin du XVIIème siècle Charles BLONDEL père, est maître de poste au hameau des Forges, situé en limite des communes de Saint Nicolas de la Taille et de Saint Antoine la Forêt. Il est marié à Marie LE PRIEUR et décède avant 1728.

L'un de ses fils, prénommé également Charles, lui succède comme maitre de poste à Saint Nicolas de la Taille.

Un autre de ses fils prénommé Louis, est cité en 1711 dans la paroisse de Launay où sa femme Marguerite BISSON décède le 15 septembre.


L'ancien relais de poste des Vieux (Photo : Alain Guyomard)

Louis-François BLONDEL

C'est dans cette paroisse de Launay que Louis-François BLONDEL, fils de Louis BLONDEL et de Marguerite BISSON, épouse Madeleine, Catherine DECAUX le 24 octobre 1731 et que naissent leurs enfants :
-Louis-Jacques
-Pierre
-François, Guillaume
-Marie Madeleine

Dès le début de l'année 1758 Louis-François BLONDEL apparaît dans les registres de la paroisse des Vieux où il est cité en qualité de maître de poste :
-9 mars 1758 : baptême de Guillaume, François SEHET
marraine : Madeleine DECAUX femme de Louis BLONDEL,
''maître de la poste de cette paroisse''

Cette fonction lui donne une certaine notabilité Louis-François BLONDEL est présent régulièrement lors des inhumations ou choisi comme parrain.

-2 avril 1758 : baptême de François, Guillaume, Onufre BAUQUIER parrain : Louis-François BLONDEL ''maître de la poste''
Le 10 mai 1758, François LEBOURGOIS, voiturier de la paroisse du Boisguillaume lès Rouen, décède aux Vieux, probablement à l'auberge car l'acte porte la signature de Louis-François BLONDEL.

Le 19 février 1759, Marie-Anne VATINEL, domestique de Jean LEVASSEUR, charpentier à Yvetot, y accouche d'un garçon, enfant naturel dont le père n'est autre que le fils de son patron ; il sera nommé Louis-Jacques par Louis-François BLONDEL ''maître de la poste''

Le 18 avril 1761 lors de l'inhumation de Jean-Baptiste PRIEUR, curé de la paroisse des Vieux, oncle maternel de Louis-François BLONDEL ''maître de la poste des Vieux'' qui est présent et signe.

Louis-François BLONDEL est inhumé le 18 juin 1785 dans le cimetière des Vieux en présence de ses trois fils, Pierre, Louis-Jacques et François Guillaume ; il avait 76 ans et était nommé : ancien maître des postes''.


Les descendants de Louis-François BLONDEL

Pierre BLONDEL

fils de Louis-François BLONDEL et de Marie Madeleine DECAUX, Pierre est né le 19 décembre 1740 à Launay ; il a pour parrain Messire Pierre Robert LE CORNIER seigneur de Launay, Cideville et autres lieux, conseiller au Parlement de Rouen et pour marraine Demoiselle Marie Thérèse de BONGARDS.

Le 14 octobre 1762 Anne HEDEQUESTRE accouche d'une fille à l'auberge des Vieux :
Thérèse, Victoire est la fille de Jean-Baptiste DESVIANES, cavalier dans le Régiment de Royal Pologne en quartier à Goderville près Fécamp, et d'Anne HEDEQUESTRE son épouse, comme l'attestent Dominique PAJOT, cavalier audit régiment et Catherine ROUSSEL son épouse qui l'accompagnent dans son voyage de semestre. Le parrain est Pierre BLONDEL ''acolyte de la paroisse des Vieux'' et la
marraine sa soeur Marie Magdeleine BLONDEL.

Le 30 juillet 1764 il est à nouveau parrain de Pierre Augustin CAPELLE il est alors diacre. En 1765 il est prêtre.

Pierre BLONDEL est nommé curé de la paroisse de Pôville de mai 1766 à mai 1791, puis curé de la commune de Launay où il décède le 24 décembre 1815.

Nous le retrouverons régulièrement lors des baptêmes, mariages ou inhumations des différents membres de la famille.

Louis-Jacques BLONDEL


Louis-Jacques est le fils aîné de Louis-François et Madeleine DECAUX.

Louis-Jacques BLONDEL est d'abord laboureur dans la paroisse des Vieux.

Le 16 avril 1765 à Epinay sur Duclair il épouse Marguerite ROULLEAU fille de Pierre ROULLEAU, laboureur de Villequier. Le mariage est célébré par Pierre BLONDEL

Le couple s'installe à Epinay où naissent :
-Marguerite Félicité le 26 janvier 1766
parrain : J. ROULLEAU prêtre
marraine : Madeleine, Catherine DECAUX des Vieux

-Madeleine Adélaïde le 7 avril 1767
parrain : Pierre BLONDEL curé de Pôville
marraine : Madeleine ROULLEAU de Villequier
décédée début janvier 1768

-Louis Pierre le 11 février 1769
parrain : Pierre, Nicolas ROULLEAU, laboureur de Villequier
marraine : Madeleine BLONDEL, femme de François LEVILLAIN de Longpaon de Darnétal
-Nicolas Prosper le 10 juillet 1770
parrain : Nicolas LEGRAS, laboureur d'Anquetierville
marraine : Reine LEROY femme de Jean Louis PLANQUETTE

Louis-Jacques BLONDEL quitte Epinay sur Duclair et sa condition de laboureur pour Barentin où il apparaît comme maître des postes en août 1771.

C'est à Barentin que nait un nouvel enfant du couple, François, Aimable le 9 janvier 1773.

En 1783 à Barentin il y a deux '' poste'' , l'une pour les chevaux, l'autre pour les lettres, tous deux occupés par des membres de la famille BLONDEL, comme l'indique l'acte de baptême de Pierre, Charles LE CAUF, fils de Nicolas LE CAUF postillon, qui eut pour parrain Charles Albert BLONDEL ''directeur de la poste aux lettres'' et pour marraine Marguerite ROULLEAU femme de Louis-Jacques BLONDEL ''maître de la poste aux chevaux''.

En 1789, Louis-Jacques BLONDEL est toujours maître de la poste aux chevaux de Barentin.

François Guillaume BLONDEL


fils de Louis-François BLONDEL et de Madeleine DECAUX

Le 30 mai 1773 à Pôville il épouse Clotilde, Marguerite LE BRET fille de Louis, Adrien LE BRET et de Clotilde DUBOS de la paroisse de Saint Saëns de droit et de fait de celle de Buchy ; le mariage est célébré par Pierre BLONDEL curé de la paroisse. François Guillaume est noté de la paroisse de Saint Maurice de fait.
François Guillaume et son épouse s'installent dans cette paroisse, aujourd'hui hameau de Malaunay où ils apparaissent comme aubergistes dès février 1776.
Le couple déménage pour la paroisse Notre Dame des Champs, autre hameau de Malaunay où François Guillaume est cité comme laboureur en 1785 puis marchand, laboureur, aubergiste en 1787.

Le 2 mai 1787, Louis Adrien LEBRET, visiteur de haras de la paroisse de Buchy, décède à l'auberge de sa fille et son gendre paroisse Notre Dame des Champs. Pierre BLONDEL assure l'inhumation le lendemain.

Marie Madeleine BLONDEL


née le 9 janvier 1737 à Launay

Le 9 août 1763, paroisse Notre Dame de Varengeville, François POULAIN, papetier, fils de François POULAIN, marchand et fabricant de papier, épouse Madeleine BLONDEL fille de Louis-François BLONDEL, maître de la poste, de la paroisse des Vieux, et de Madeleine DECAUX.

Madeleine BLONDEL, fabricante de papier, décède à Notre Dame de Varengeville le 4 germinal an XI
Les déclarants sont François POULAIN, 64 ans, son mari, et François Louis Robert POULAIN, 24 ans, son fils.


Charles Albert BLONDEL


Charles Albert BLONDEL n'est pas un descendant de Louis-François mais le fils d'Anthoine BLONDEL et de Marie Catherine VERET et petit-fils de Charles BLONDEL père, maître de poste à Saint Nicolas de la Taille, évoqué plus haut.
Il est né à St Antoine la Forêt
Le 22 avril 1779, à Barentin, il est parrain de Charles, Augustin CARPENTIER ; il est alors postillon.
Il travaillait pour Louis-Jacques dont l'une des filles est marraine de Charles Augustin.

Le 11 février 1782 à Barentin il épouse une veuve Marie Marguerite CANIVET d'où :

-Charles Placide né le 14 juin 1782, fils de Charles Albert BLONDEL ''directeur de la poste aux lettres'' et de Marie Marguerite CANIVET
marraine : Marguerite ROULLEAU femme de Louis-Jacques BLONDEL ''maître de poste''

Le 3 octobre 1788 lors du baptême de Louis, Alexandre LE CAUF le parrain est Louis-Jacques BLONDEL ''maître de la poste aux chevaux'' et la marraine Marie CANIVET femme de Charles Albert BLONDEL ''maître de la poste aux lettres'' tous deux de cette paroisse. Louis, Alexandre est le neveu de Charles, Albert BLONDEL.



Sur une autre branche de cette famille on trouve un Charles BLONDEL, laboureur et marchand à Crosville sur Scie entre 1730 et 1750 ; l'une des filles, Marie Marguerite, épouse le 3 août 1772 à Eslettes Pierre RIVIERE dont le père, laboureur et aubergiste, est récemment décédé .
Le couple reprend l'auberge familiale et l'exploite toujours à l'époque de la Révolution.

Jean-Pierre HERVIEUX.
14 mai 2014




Sources

-ADSM registres paroissiaux : Launay, Les Vieux; Notre Dame de Varengeville, Notre Dame des Champs, Eslettes, Saint Antoine la Forêt, Crosville sur Scie, Hermanville,Saint Nicolas de la Taille, Barentin

- ADSM 1 F 9 Abbé MAURICE