Fondée en 1786 à Caudebec, L'Union Cauchoise comptait huit ecclésiastiques parmi ses douze fondateurs : deux ans plus tard le chiffre de ses membres était porté à 29, les trois quarts religieux, tant de Caudebec même que des abbayes de Jumièges et Saint-Wandrille. Nulle part le clergé ne se montra aussi persistant dans les idées Maçonniques ; malgré les persécutions sans nombre dont les prêtres avaient été l'objet et qui les éloignèrent...

Il existe un Extrait des travaux faits à l'installation de la [Loge] de l'Union Cauchoise à l'O. de Caudebec, constituée le quatrième jour du septième mois de l'an 5786 par la R. [Loge] de Raoul à l'O. de Pavilly


Quelques-uns des membres

Dom Pierre Guillaume Bertheaux. — Professeur à Saint-Wandrille en 1790. Membre de la loge maçonnique « L'Union Cauchoise ». de Caudebec (Inventaire Saint-Wandrille, 28 avril 1790. publié par dom Fernand Lohier dans Bull. Soc. Antiq. de Norm., 1.933, pp. 157- 1.78). Curé constitutionnel, vivait en l'an IX à Ouilly-la Ribaude, aujourd'hui Ouilly-du-Houlley (Calvados), n'y exerçant aucune fonction. (Em. Sevestre, L'enquête gouvernementale et l'enquête ecclésiastique sur le clergé de Normandie et du Maine de l'an IX à l'an XIIL Paris, 1.91.3, p. 12). Etait en décembre 1804 professeur de mathématiques au collège secondaire de Lisieux (Dossier Lemoine, Arch. Nat)

Dom Mathurin François Brissier. — Né le 8 avril 1727 à Vitré. Membre de la loge maçonnique « L'Union Cauchoise », de Caudebec (Inventaire Saint-Wandrille 1790). Mort à Rançon (Seine-Maritime), le 6 Thermidor an V (Reg. Etat civil Rançon, aujourd'hui Saint-Wandrille-Rançon).

Dom Louis Marie, Grognier. — Né le 6 avril 1744 à Eu. Prêtre en septembre 1.7.7.1. (Arch. Seine-Maritime G 761, 765, 766), prieur titulaire de N. D. d'Auffay (Seine-Maritime) le 8 mars 1.7.66 (Arch. Seine-Maritime G 194). Sublime Prince Rose Croix de la loge maçonnique « L'Union Cauchoise » en 1.790. Secrétaire de mairie à Saint-Wandrille en l'An II et en IV-V, instituteur et adjoint à Saint-Wandrille de l'An IV à l'An XI (Etat civil Saint-Wandrille). Desservant de Saint-Wandrille en l'an IX : pétition de sa commune (Em. SEVESTRE, op. cit. p. 327). Nommé curé de Louvetot (Seine-Maritime) le 5 septemibre 1802 ; démissionnaire, il est remplacé le 5 septembre 1807. (Archi-ves Archevêché de Rouen).

Dom Louis François Joseph
Lestievetz. — Né 13 mai 1742 à Saint-Omer. Prêtre à Rouen en septembre 1771. (Arch. Seine-Maritime G 7.64, 765). Dépositaire à Saint-Wandrille en 1790. Sublime Prince Rose-Croix de la loge maçonnique « L'Union Cauchoise ». de Caudebec (Invent. 1.790).
Curé constitutionnel de Bois-Himont (Seine-Maritime).

Dom René Guillaume Alexandre Coquil des Longchamps. — Né à Caen le 31 juillet 1752 ; profès a Saint-Evroult le 2 août 1773. Religieux à Saint-Wandrille en 1778, il dévient membre de la loge maçonnique. « L'Ardente Amitié » de Rouen. Résidant au Bec en 1790, il déclare vouloir se retirer à Caen. D'abord curé constitutionnel de Martragny (Calvados) ; mais avec les lois de 1793 « l'état ecclésiastique n'offrant plus aucune perspective rassurante », il entre dans le commerce, et se marie. Devenu par la suite officier de police judiciaire, commissaire du gouvernement près le tribunal correctionnel et directeur du jury d'accusation de l'arrondissement de Caen, il se montre « acharné républicain ». Il est encore à Caen en l'an VIII (Arch. Nat, F 7 7738). En 1817, il réorganise la loge de Caudebec « L'union Cauchoise » ; domicilié à Pont-l'Evèque (Calvados).

Augustin Busquet de Caumont, nommé en 1813 maire de Norville. On lui prête alors des sympathies (ainsi qu'à son cousin Raoul Asselin de Crèvecœur, officier au régiment de cuirassiers d'Angoulême et à M. de Rosny) pour « la loge de l'Union Cauchoise de Caudebec », seul cercle local, intellectuel et philanthropique...


Un livre : Jean-Paul Lefebvre-Filleau Moines Francs-Maçons du Pays de Caux : Les Loges de la Triple Unité de Fécamp et l'Union Cauchoise de Caudebec-en-Caux