En 1857, Napoléon III a l’idée de décorer les 405 000 soldats des campagnes napoléoniennes encore en vie. Autrement dit ceux qui ont porté les armes de 1792 à 1815. Un décret fut donc promulgué le 12 août. Avec une petite pension à la clef. Dans l'actuel canton de Duclair, plus de 120 hommes vont se manifester. 120 anciens grognards de l’Empire ! C’est sans compter ceux qui sont morts sur les champs de bataille où depuis la chute de l’Aigle, 42 ans plus tôt. La distribution générale des médailles eut lieu le  dimanche 15 novembre, jour de la fête de l'impératrice Eugénie et anniversaire d'Arcole. Revue des troupes…


Anneville-Ambourville


VINDEL Tranquille Maxime 1er tirailleurs de la Jeune Garde en 1814, blessé à Brienne le 02-02-1814. Sans ressources.

LEFEBVRE François Elie, né en 1789, 75e et 81e de Ligne de janvier 1811 à 1815. A fait la campagne de Courtrai. était à Marque, Tournai et Mont St Jean.


Bardouville


SOURMONT Pierre, Canonnier: 4e Rgt d'Artillerie à pied, 1812 à 1815

SUIRE Jean Baptiste Jérôme, 1788, Marin, 2e Rgt de Marine à Boulogne, 1807 à 1815, Prisonnier en Angleterre

GUILBERT, Jean Baptiste 1791, 14e Rgt de Voltigeurs de la Garde, 1812 à ?


Berville sur Seine


BARRE Laurent Désiré, 1792, Voltigeur au: 37e de Ligne,: 1813 au 16-09-1814, campagne de Saxe.


COLLAS François, 1776, Grenadier 2e Rgt de Cherbourg, ne se souvient pas des dates.

COLLAS Mathieu Sénateur, 1782, Caporal, 22e de Ligne 02-1803 à 1815

DUROZE Isidore, 1792, Soldat,2 6e Dragons et 4e Chasseurs à cheval, 11-02-1812 au 16-08-1815. A combattu à Leipzig et Waterloo

FATRAS Jean Baptiste Philippe, 1791 Caporal, 17e de Ligne, 22-11-1811 au 12-07-1815. Campagne de la Mer du Nord, Retraite de Russie et campagne de Waterloo.

GILLE Michel Théodore, 1790, Fusilier, 57e de ligne, 24-04-1809 au 25-01-1810.Blessé en Allemagne.

JOUENNE, Antoine, 1782, Soldat, 22e de Ligne, An 13 à 1809, fait prisonnier en mars 1800. Libèré en avril 1814. Blessé à Friedland.

LOUIS Amand Placide, 1788, Soldat, 15e de Ligne et à la Martinique au 26e de Ligne, 15-07-1807 au 24-06-1814. Réformé pour coup de feu.

PETITON Pierre, 1789, Soldat, 26e Dragons et 4e Chasseurs à cheval, 11-02-1812 au 16-08-1815. A combattu à Leipzig et Waterloo.


Duclair


ANQUETIL Jean Baptiste, 1793, soldat, 66e de Ligne 01-1813 au 08-04-1815, blessé d'un coup de lance à Soissons.

BAILLIF Stanislas, 1795, soldat, 37e d'Infanterie. Blessé à Lutzen. 1812 à 04-1815.

BOCQUET Martin Boniface, 1790, soldat, 22e Dragons, 1811 à 1814, indigent

BOUTEILLER Jean Baptiste, 1774, marin, embarqué sur l'Indomptable et la Gentille, ne peut donner dates. fait prisonnier au 1er combat naval et dirigé sur Plymouth.

BOUTEILLER Jean Baptiste, 1793, Sergent Major, 3e Bataillon d'Elite de la Garde Nationale de la Somme, 04-06-1815 au 10-08-1815.

CARON Pierre, 1790, soldat, 108e de Ligne 02-1813 à 1815.

CHERON Jacques, 1787, Sous Lieutenant, 1er Corps d'Armée de Réserve du Centre, 20-08-1809 au 25-03-1810, a servi dans la garde nationale au camp de Boulogne du 20 août 1809 au 25 mars 1810 comme sous- lieutenant (3e compagnie du Centre du 2e bataillon).
 
DORBEAUX Jacques, 1792, soldat, 29e de Ligne, 1813 à 1814.

HERAMBERT, 1778, soldat, 1er Rgt de Gardes Côtes, 1802 à 1810.

LECOEUR Jean, 1793, soldat, 44e Equipage du Train, 26-03-1813 au 25-11-1816. Indigent.

LEMARCHAND Jean Baptiste Philippe, 1792, soldat, 26e Dragons, 1813 à 1814, a fait la bataille de Montmirail. Indigent.

LONGE Charles François, 1791, soldat, 13e Equipage de Marine et 19e de Ligne, 1811 à 1814. Indigent.

MICHEL Jacques, 1791, soldat, 3e Rgt de Pontonniers, 1810 à 1814, blessé à Dresde et fait prisonnier.

MOUCHEL Jacques Marie, 1775, Sous Chef ? 3e Bataillon de la Manche et 38e 1/2 Brigade d'Infanterie, 12-09-1792 à 08-1815.

OUIN Jean Baptiste Thomas, 1793, soldat, 38e Equipage de Marine et 15e de Ligne, 31-08-1813 à 1815.

PLAQUEVENT Jean Baptiste, 1792, soldat dans les Dragons. 1812 à 1815, blessé à la jambe droite. Indigent.

PUPIN Laurent, 1784, soldat, 57e de Ligne, 1806 à 1812, amputé de la jambe gauche.

ROUSSEAU Jacques Aimé, 1796, soldat aux Pupilles de la Garde et 13e Voltigeurs et 29e de Ligne, 06-09-1811 à 1815, fait prisonnier en 1815.

VALLET Pierre René, 1792, soldat, 1er Rgt de Tirailleurs 1814 à 1815.

VINCENT Nicolas Jean Baptiste, 1781, soldat, 1er Rgt de Tirailleurs de la Garde, 1812 à 1813, blessé à la tête, fait prisonnier à Bar-sur-Aube. Indigent.

VIRVAUX Jean Baptiste, 1788, soldat, 15e de Ligne, 1813 à 1815, fait prisonnier en Prusse.


Epinay-sur-Duclair


HUE, Pierre Charles, né le 1er Prairial An 3 à St-Thomas-la-Chaussée, résidant à Epinay sur Duclair soldat, 02-1814 à ?, est allé à Coubevoie et Rueil et entra au Rgt des Fusiliers Chasseurs. Blessé à la main gauche, il passa 3 semaines à Coulonges et reçu l'ordre de se rendre à l'hôpital de Chateau-Thierry et ensuite à Paris. Fils de Pierre et de Marie Aimée PHILIPPE.


Hénouville

CARPENTIER Pierre, 1784, soldat, 57e et 115e de Ligne, ne se rappellepas les dates, a fait Austerlitz, les campagnes de Prusse et d'Espagne, blessé à la jambe droite et à la main droite.

MARTIN Delphin Nicolas, 1789, soldat, 20e Dragons et 4e Chasseurs, 13-06-1809 au 07-07-1815. De 1810 à 1812 : 4 campagnes en Espagne, 1813 et 14, campagne d'Allemagne, bataille de Dresde et Grosheim, en 1815 bataille de France.

PIGACHE Jean Pierre, 1783, Hénouville, soldat, 1er Tirailleurs de la Garde Impériale, 25-01-1814 au 20-12-1815, a participé à la bataille de Fleurus, blessé, index coupé.

VALLE Louis Jacques, 1792, soldat, 3e Bataillon de Pontonniers et 35e Equipage de Haut Bord, 16-05-1813 au 15-10-1814, campagnes de 1813 et 1814.

Jumièges


 

CAUCHOIS Jean, né en 1775, soldat, à la 70e demi-brigade de 1793 à 1799.

 DESHAYS Pierre, 1771, soldat, au 95e et 25e de Ligne de 1793 à 1830

GENET Pierre François, 1786, soldat, au 22e de Ligne de 1806 à 1815.

GRULEY Augustin Valentin, 1795, soldat, au 22e Chasseurs et 4e Cuirassiers de 1813 à 1815

 HARANG Noël François,  soldat, à la Garde Départementale à Rouen, de 1810 à 1812, année où il fut réformé.
 
LAMBERT Valentin, 1789,  grenadier au  3e de ligne de 1808 à 1813. Perçoit une pension de 100F.

 LEPAGNOL Joseph, 1787, chasseur au 2e régiment de Chasseurs de 1812 à 1814, année où il fut libéré le 23 juillet.

MINOTTE  Pierre Jacques, 1787,  sergent aux 57e, 105e et 79e de Ligne du  28 septembre 1807 au 20 août 1815.

 OUIN François, 1791, grenadier au 108e de Ligne de 1813 à 1815

  POULAIN Thomas, 1784, soldat, à l’Artillerie à Boulogne, 27e de Ligne et 12e Léger de 1808 à 1811

 QUESNE Charles, 1792, chasseur au 2e régiment de Chasseurs de la Garde du 30 mars 1813 à 1815

 RENAUD Edouard, 1794,  soldat, au 36e de Ligne de 1814 au 20 novembre 1815.

 ROYER François, 1792, matelot sur l'Anversois devenu l'Eole, du 20 octobre 1811 au 31 avril 1815.

 SIMION Pierre, né en 1775, soldat, au 25e de Ligne et 70e demi-brigade, du 1er Ventôse de l’An 2 au 21 septembre 1815.

 TULOUP Pierre Alexandre, soldat, au 3e régiment de Grenadiers à pied à Cherbourg, de 1808 à 1815

 VETU Nicolas, 1784, fusilier, 2e Cohorte à Boulogne, de 1803 à 1809

  VOYE Jean Baptiste, soldat, au 66e de Ligne de 1809 à 1811, année où il fut congédié au dépôt de Bordeaux.


Mauny

 DECONIHOUT Martin, 1792, soldat, 1er Rgt des Tirailleurs de la Garde, 12-01-1812 au 27-07-1814, a perdu deux doigts par congélation.

DELAMARE François, 1792, soldat, 2e Rgt de la Jeune Garde, 1813 à 1814, paralysé du côté droit. Indigent.

LEFRANCOIS Pierre, 1792, soldat, 55e de Ligne. Des 100 jours au 05-04-1817. Blessé à la main gauche. Indigent.

MORAND Etienne Jean Baptiste, 1773, Quartier Maître sur le Languedoc, le Nestor, le Galatée, puis dans la Marine Impériale, 1790 au 30-06-1814, pensionné, indigent.

Le Mesnil-sous-Jumièges


 

BOULEUX Jean François, 1793, tirailleur au 9e de Tirailleurs de la Garde Impériale du 3 février au 12 mai 1814.

 BRIGAUX Jean Martin, matelot sur Le Batave de 1810 à 1815

DECONIHOUT Pierre Michel, 1788,  matelot sur la corvette Le Papillon, la Frégate L'Amphitrite du 23 septembre 1807 au 19 juillet 1815. Prisonnier à Porthmouth.

  HENRY dit BERTRAND Jean Philibert, 1777,  aux Gardes Côtes de 1814 à 1815.

 TESTU Jean Pierre Pascal, 1791, matelot au 15e Equipage de Flotille sur la canonnière La Brûlante du  6 octobre 1809 au 30 janvier 1815.

 THUILLIER Michel Jérôme, 1792, soldat,, marin au 5e Equipage de Flotille à Hambourg du 6 mai 1811 au 22 juin 1814.

 TROPINEL Pierre François, 1793, fusilier au 36e de Ligne du 1er novembre 1813 au 28 mai 1814.

Quevillon


VALLEE Jean Jacques Eucher, 1780, Lieutenant, 72e de Ligne, de l'An 9 à 1815.

BERANGER Boniface Vincent, 1774, Fusilier, 2e Bataillon de Fusiliers, du 6 Germ. An 2 au 25 Frim. An 6.

LALANDE Jean Baptiste, né en 1795 à Quevillon, résidant à Déville-les-Rouen, soldat, 9e Tirailleurs de la Jeune Garde, 06-02-1814 à 1814


Saint-Martin-de-Boscherville

BAILLEMONT Noël Bruno, 1792, canonnier à bord du Vaisseau L'Anversois, et à la 3e Cie d'Artillerie à Anvers, 10-11-1811 à 08-1814, a passé deux ans à Flessingue, blessé de deux balles à la cuisse et à la jambe à Berg-op- Zoom  le 28-03-1814.

BERANGER Jean Alexandre, 1793, soldat, 51e de Ligne, 30-08-1813 au 01-08-1814

CHANDELIER Jean François, 1786, soldat, 5e Chasseurs à cheval, 16-03-1807 au 31-07-1814.

CHEVALIER Jean Baptiste Eléonore,  1791, soldat, 3e Voltigeurs de la Garde Impériale, 1811 à 1814.

FAYEL Nicolas François, 1781, Cuirassier, 5e Cuirassiers, 29 Niv. An 12 au 12 Vend. An 14.

FOUTRET Jean Baptiste, 1786, Marin Voilier à bord du Vaisseau L'Anversois en 1809.

FREULARD Félix, 1792, soldat, Rgt de Flanqueurs de la Garde Impériale, 1811 à 1814.

HARLET Jean Jacques, 1793, Caporal, 48e de Ligne, 02-02-1812 au 08-09-1815.

JOUEN Pierre François Toussaint, 1783, Marin embarqué, 10-01-1803 à 1814.

LEROUX Pierre Charles Prosper, 1790, soldat, 72e de Ligne, 02-02-1809 à 09-1814.

LEROUX Pierre Paul, 1792, soldat, 36e et 72e de Ligne, 1811 à 1816.

PONTUS Laurent Antoine Amand, 1782, 09-06-1803 au 31-08-1833, Trésorier des Invalides de la Marine.

QUIBEL Jean Baptiste, 1789, soldat, 15e Léger, 1808 au 18-06-1816.

RABAIN Jean Louis, 1791, soldat, 15e Léger, 23-08-1811 au 07-09-1815.

THIEL Laurent, 1778, soldat, 15e de Ligne, 1807 à 10-1810
.


VETU Nicolas Patrice,  1778, soldat, 15e de Ligne, 1807 à 1809.

Saint-Pierre-de-Varengeville


 BOIVIN Jacques Philippe, 1790, soldat, 5e Léger 06-1812 à 03-1814.

DELAUNAY Pierre Nicolas, 1794, soldat, au 3e d'Artillerie de Marine, 12-1814 à 09-1815

DROUET Charles, 1788, soldat, au 15e Equipage de Flotille, 18-04-1810 au 25-07-1814

GODEFROYGermain, 1789, soldat, à la 1ere Légion de réserve, 08-08-1809 au 27-05-1814.

GODEMENT Toussaint, 177, soldat, de la Garde Nationale au camp gauche de Boulogne, 15-04-1809 au 05-11-1809

LEMONNIER Adrien, 1793, soldat, au 5e Equipage de Flotille, 20-02-1813 au 15-06-1815

MAHIEU Pierre Tranquille, 1787, soldat, au 1er Rgt d'Infanterie et 2e d'Artillerie, 15-08-1809 au 01-10-1815

MAUDUIT Philippe, 1794, soldat, au 4e Rgt des Pupilles, 01-01-1814 au 07-04-1814

NICOLLE Isidore, 1789, soldat,, 54e Equipage de Flotille, 10-05-1810 au 14-05-1814

PERREE Pierre, 1790, soldat,, 6e Equipage de Haut Bord sur la Frégate l'Issel, 15-05-1811 au 01-05-1815

PETIT Amédée, 1793, soldat,, 44e Equipage sur Le Conquérant, 10-04-1813 au 01-10-1815

QUIBEL Pierre Thomas, 1792, soldat,, 70e de Ligne, 06-02-1814 au 16-06-1815

TOURAND André Jacques, 1788, soldat, Infanterie légère de la Reine, 12-04-1808 au 08-09-1814.

Sainte-Marguerite-sur-Duclair

DUPERRON Louis Nicolas, 1788, soldat,, 36e de Ligne, 01-11-1813 à 06-1814,a fait les campagnes du Nord.

FILLEUL, Martin, 1791, soldat,, 31e Rgt des Chasseurs à cheval, 1811 au 30-09-1814, campagne d'Italie

LEBOURGEOIS Pascal Frédéric, 1793, soldat,, 4e Rgt d'Artillerie de Marine, 1812 au 04-04-1814, a participé aux batailles de Lutzen et de Leipzig.

LEFEBVRE Jacques, 1790, soldat,, embarqué à bord du Conquérant, 1811 à 12-1814.

LIEURYCharles Eusèbe, 1791, soldat, 80e Equipage de Haut Bord embarqué sur le Dugay-Trouin, 1811 à 07-1814.

LUBIN Augustin, 1793, soldat, 36e de Ligne, 01-11-1813 à 07-1814, a fait les campagnes du Nord.

MAUROUARD Georges Aimé, 1795, soldat, 32e de Ligne, 02-02-1814 à 06-1815

ROBART Pierre, 1786, soldat, 4e Rgt de la Garde Impériale, 10-1813 à1814 campagne du Nord, a assisté à la prise d'Anvers. 

TELLIER Marin, 1790, soldat,, 4e Rgt d'Artillerie 1811 au 04-11-1814. Blessé d'une balle à la jambe droite. Fait prisonnier à Dresde.

Le Trait


BENARD Pierre,  1779, Brigadier des Douanes, a fait fonction de Caporal au Havre en état de siège en 1815


BOUTARD Jean, 1783, soldat, 72e de Ligne, 1er Flor An 11 au 5 Pluv An 14.

GUERAULT François Hippolyte, soldat, 2e Rgt du Train d'Artillerie de la Garde Impériale, 14-05-1813 au 20-06-1814

LAMBERT Nicolas Toussaint, 1779, Le Trait, Lieutenant des Douanes, 02-01-1814 à 06-1814, envoyé en Hollande en 1810, incorporé dans l'infanterie de ligne en 1813 (ne se rappelle pas le Régiment) et envoyé à Strasbourg le 02-01-1814.

LEBOUCHER Louis, 1787, Caporal, 105e et 6e Batailons du Train d'Artillerie, 06-1807 à 08-1814, a fait 7 campagnes : de 1807 à 1813, Espagne et Portugal, de 1813 à 1814 à la Grande Armée.

Yainville


 FERET Jacques, 1795, matelot sur le Transport n° 639 qui a fait naufrage à la pointe de Gatteville le 4 mai 1814. En 1815 a fait partie d'un régiement de Marine à Cherbourg. A souffert de la fracture de son bras droit pendant la durée de son service (1812-1815).

GOUA François Philippe, 1787, novice et matelot embarqué sur les Corvettes L'Etna et La Diane et la Frégate L'Iphigénie de 1808 à 1815. Fait prisonnier par les Anglais le 20 janvier 1815 sur L'Iphigénie.

Yville


SECARD Charles 1790 soldat, 94e de ligne 29-07-1809 au 10-11-1815 Indigent

THUILIER Jacques Thomas 1785 Matelot à bord de La Cayenne et Le Portefaix, 1802 à 1814

AGASSE Antoine 1792 Marin sur le Vaisseau L'Anversois, 1811 à 1813.

COULON Amand, 1799, Marin, 1813 à avril 1814, a servi comme marin à l'age de 13 ans.

LEBOURGEOIS Augustin, 1791, soldat, au 149e de Ligne, 14-04-1812 à 1814

LEFEBVRE Félix, 1794, Marin, 1814 au 23-12-1814

LEQUESNE Denis, 1793, soldat, au 25e de Ligne du 1er mars 1811 à septembre 1814

MARINIER Laurent Noël, 1782, soldat, au 57e de Ligne 1803 au 21-11-1807, indigent


Alphonse Darcel, conseiller général du canton, mérite ici une large évocation. 

Ayant terminé ses études au collége SainteBarbe, M. Darcel, atteint par la conscription, fut incorporé au 48 régiment de ligne d'où il sortit pour entrer à l'Ecole polytechnique, le 1er octobre 1807. Admis, deux ans après, à l'Ecole d'application de Metz, comme élève sous-lieutenant d'artillerie, il fut nommé lieutenant en second à la 4e compagnie du 6e régiment d'artillerie à cheval, le 1er mai 1811, et passa premier lieutenant.  le 28 septembre suivant, à la 6e compagnie du même régiment, qui se rendait en Russie.  

Cette compagnie fut seule attachée au premier corps de cavalerie qui formait l'avant-garde de la grande-armé , sous les ordres du général Bruyère; le lieutenant Darcel eut souvent le bonheur de se distinguer dans cette rude campagne, où le personnel de la batterie fut renouvelé plusieurs fois, à cause des pertes successives qu'il éprouva, particulièrement aux combats d'Ostrowno, Witepsk, Wiazma, Smolensk, Valentudina Gora, etc.

A la prise de la grande redoute de Borodino, qui précéda la bataille de la Moskovva, cette batterie, la première engagée, combattit seule l'artillerie russe, aussi formidable par le nombre que par le calibre de ses pièces ; elle ne rendit pas moins de services à la Moskowa, ainsi qu'à Mojaisk, traversa Moscou en tête de l'armée française et prit la plus glorieuse part à cette série de combats interminables qu'eut à soutenir, à la poursuite de l'hetman Platow, le corps auquel elle appartenait, et notamment à l'affaire des cinq Clochers.

A Maloïaroslawetz, la 68 batterie reçut l'ordre de rester à l'a rri ère-garde, et après avoir fait une reconnaissance sur Toula et Kalouga, avec les débris du corps d'armée, son état d'épuisement était tel qu'elle dut déposer ses pièces au grand parc de Smolensk.

Napoléon remarqua M. Darcel à Wilna, et le grand capitaine qui jugeait si vite et si bien les hommes à première vue, après s'être entretenu quelques instants avec lui, chargea le jeune lieutenant de plusieurs missions délicates, qu'il remplit avec un zèle et une habileté dont l'Empereur se montra satisfait.

La compagnie a laquelle appartenait M. Darcel fut reformée à Magdebourg, à l'issue de cette terrible et désastreuse campagne. Le personnel et le matériel de la batterie furent remontés à Hanovre, et on l'attacha à la cavalerie du corps du maréchal Ney, avec laquelle elle fit toute la campagne de Saxe.

Nommé adjudant-major, le 18 mars 1813, avec mission de continuer son service actif à l'armée, M. Darcel fut ensuite appelé au commandement de l'artillerie de Cassel (Westphalie), où le roi Jérôme-Napoléon voulut lui confier le commandement de l'artillerie à cheval de sa garde, qui venait d'être organisée. La prise de cette place força M. Darcel à passer dans le corps d'armée du maréchal Macdonald, qui soutenait la retraite.

Promu capitaine le 1er juin de la même année, M. Darcel rentra en France avec son corps, et, commandant en second la 5e compagnie de la jeune garde impériale, il fit avec elle la campagne de France et prit part à tous les combats qui signalèrent cette période, et particulièrement à ceux de Brienne, de Troyes, où il reçut la croix de la Légion-d'Honneur, de Montmirail, de Montereau, Provins, Nogent-sur-Seine, etc.

Lors de la réorganisation de l'armée, le capitaine Darcel accompagna sa batterie à Vendôme, entra momentanément dans le 1er régiment d'artillerie à pied, et prit la sous-direction des forges du Doubs.

Réintégré dans l'artillerie légère le 25 avril 1815, M. Darcel allait rejoindre la batterie du 2 à cheval au commandement de laquelle il était appelé, lorsqu'il reçut l'ordre de partir immédiatement pour Laon, où se réunissait le grand quartier-général impérial, dont il faisait partie.

Le capitaine Darcel fut attaché à l'artillerie et rendit de grands services dans toutes les affaires de cette campagne désastreuse. Tl eut le bonheur d'approcher souvent de la personne de l'Empereur, qui se souvenait de lui, et qui lui donna de nouveaux et précieux témoignages de bienveillance, dont M. Darcel ne se souvient encore aujourd'hui qu'avec la plus vive émotion. 11 accompagna ensuite jusqu'à Bourges les débris de l'armée. Lors de sa dissolution, il s'empressa d'envoyer la démission de son grade au ministre de la Guerre du nouveau Gouvernement.

Depuis on proposa, à diverses reprises, à M. le capitaine Darcel de reprendre du service, car on appréciait les talents de cet officier distingué; mais, malgré les propositions les plns avantageuses qui lui furent faites, il préféra le calme de la vie de famille, à Houen, où il vécut pendant quinze années dans une obscurité volontaire.

Après la révolution de Juillet 1830, M. Darcel, cédant au vœu libre et spontané de ses concitoyens qui lui avaient, presque unanimement, accordé leurs suffrages, ne crut pas devoir refuser les honorables fonctions de commandant de la garde nationale de Rouen, qu'il a exercées, sauf quelques interruptions, jusqu'à la révolution de Février 1848.



A vous de compléter ces informations