La commune d'Hénouville eut un curé célèbre : Antoine Legendre.

Antoine Legendre naquit dans la paroisse Notre-Dame-du-Vaudreuil en 1590. Il fut aumônier de Louis XIII et contrôleur des jardins fruitiers du roi situés à Fontainebleau.

L'abbé Legendre eut à soutenir un procès qui fut terminé grâce à l'intervention de Louis XIII. C'est ce procès qui l'aurait contraint à se retirer à Hénouville où il fut curé de 1622 jusqu'à son décès en 1665.

A l'issue de ce procès, il fonda dans l'église d'Hénouville, une messe du Saint Esprit à perpétuité et une aumône aux pauvres de 40 sous en pain ou en argent.

Le roi lui ayant donné 12 arpents de bois en bordure de la forêt de Roumare il y planta une vigne dont on pouvait encore voir les traces en 1879.

Avec philosophie, en horticulteur averti, il cultivait avec amour le jardin entourant le presbytère ; c'est là qu'il fit pousser les premiers arbres en espalier.
Il écrivit à Hénouville un ''Traité sur la culture des arbres fruitiers'' imprimé à Paris en 1652, ouvrage de référence dans lequel il préconisait la culture en espalier et la greffe du poirier sur cognassier. Ce livre fut réimprimé à plusieurs reprises tant à Rouen, qu'à Lyon et Paris et traduit en anglais (la troisième édition fut éditée en 1701 à Rouen par Jacques du Mesnil dans la cour du Palais).

Dans cet ouvrage il écrit :

'' Les hommes ne sont plus dans le Paradis terrestre où ils pouvaient manger des fruits admirables sans aucun travail... la nature ne donne plus rien d'elle-même. Il faut la caresser et la flater pour en obtenir quelque chose: il faut l'aimer si l'on veut être aimé.''

L'abbé Legendre entretenait de bonnes relations avec Pierre Corneille qui serait venu passer plusieurs étés à Hénouville.

Certains attribuent à Pierre Corneille une pièce de 244 vers intitulée ''le presbytère d'Hénouville'' d'autres, dont l'abbé Tougard, pensent qu'il faut l'attribuer à son frère Antoine Corneille.




Antoine Corneille était ami et voisin d'Antoine Legendre : il fut curé de Fréville de 1642 à 1657. Les deux prêtres s'appréciaient et se recevaient régulièrement. Antoine Corneille était également poète et publia des poésies tel ce recueil :

''Poésies chrétiennes et paraphrases sur les cantiques et hymnes de l'église en l'honneur de la Sainte Vierge mère de Dieu'' publié à Rouen en 1647 chez Jean Le Boulenger près les Pères jésuites.

La poésie ''Le presbytère d'Hénouville'' fut publiée en 1642 à Rouen dans une brochure in-4° de 12 pages sous le titre : ''Poésies diverses''.

En voici ci dessous un extrait :

'' Vois à loisir ce lieu champêtre;
les jours y coulent sans ennuis:
Tâche si tu peux, de connaître
tant d'herbes, de fleurs et de fruits

Ces animaux que tu poursuis,
ces oiseaux que tu vois paraître,
dans ce bel enclos sont réduits
par les soins et l'art de son maître

Jette après la vue au dehors
et, voyant avec quels efforts
la nature à l'envi le pare

Demande à tes yeux enchantés
s'il pouvait, en un lieu plus rare
assembler tant de raretés ''

L'abbé Legendre est décédé à Hénouville le 16 avril 1665. Il est inhumé dans l'église au clocher anglo-saxon ; sur sa dalle funéraire est gravé :

'' Ci gist le corps de
discrete personne Antoine Le Gendre
… prêtre aumonier
conseiller ordinaire du Roi
contrôleur des jardins fruitiers
de M le curé d'Hénouville
natif de la paroisse N D du Vaudreuil
diocèse d'Evreux décédé en 1665
âgé de 75 ans ''



Jean-Pierre HERVIEUX .




Sources

Abbés Bunel et Tougard, Géographie du département de la Seine inférieure arrondissement de Rouen
Paris Normandie 2 juin 1952
ADSM F 331