Ouvriers agricoles, Enguerand et Coignard travaillaient tous deux à la ferme de M. Danet, à Hénouville. Le mercredi 6 décembre 1882, vers la fin de l'après-midi, ils quittent tous deux l'exploitation. Enguerand porte un fusil de chasse qu'il déposera, chemin faisant, chez un ami en lui recommandant d'en prendre bien garde, attendu que l'arme est chargée pour aller à l'affût.

Après quoi les deux ouvriers agricoles s'attablent dans un café pour y boire une demi-tasse arrosée manifestement plus que de raison. Quand ils sortent de là, Enguerand a la crête bien rouge. Alors qu' ils s'en retournaient à la ferme, racontera Coignard, Enguerand s'éloigna un peu en avant de lui pour se porter sur le côté de la route. Comme Coignard le rejoint, l'autre s'élance sur lui, un couteau ouvert à la main :

— Je vais te tuer !

Coignard réussit à parer le coup et maîtriser le furieux Tous deux roulent dans le fossé. A ce moment vient à passer une voiture. Finaud, Enguerant hurle :

— A l'assassin ! A l'assassin !

Mais Coignard a reconnu le conducteur et le prie de venir constater qu'Enguerand n'a reçu aucune blessure. Ce qui ma foi est vrai.
La voiture étant partie, Enguerand se calme et Coignard lui propose de rentrer tranquillement à la ferme.

— Non, laisse-moi, je veux mourir ici !

Voyant qu'il ne tirerait rien de son compagnon aviné, Coignard s'en va. Peu de temps après, il entend quelqu'un s'approcher de lui en courant. Il se retourne et reconnaît aussitôt Enguerand, armé de son fusil qui, sans crier gare tire, à bout portant. Coignard est à terre. Des plombs dans la cuisse, au bras. L'autre s'élance sur lui et le frappe à coups de crosse sur la tête jusqu'à lui faire perdre connaissance.

Revenu à lui Coignard parvint à se traîner jusqu'à l'écurie où il avait l'habitude de dormir. C'est là qu'on le retrouva le lendemain matin. Le Dr Gombert vint de Duclair pour examiner la victime. Mais il jugea Coignard trop faible pour procéder à l'extraction des plombs. En revanche, sa vie ne lui parut pas en danger. Quant au meurtrier, il disparut dans la nature.


Quelques jours plus tard, il fut arrêté à Maromme et déféré au parquet de Rouen.