Sous la commune, Paris brûle. En juin 1871, les pompiers de Duclair furent réquisitionnés. On les retrouve rue Royale...

Hier, vers deux heures du soir une formidable explosion a mis en émoi tout le quartier de la Madeleine et des Champs-Elysées. On croyait que le grand égoùt collecteur du boulevard Malesherbes venait de sauter; mais, informations prises, on a bientôt appris qu'il s'agissait tout simplement d'une expérience de dynamite exécutée par le génie militaire pour abattre ce qui restait de la maison qui forme l'encoignure de la rue Royale et de la rue Saint-Honoré, jadis occupée par le coiffeur Leroy.

Pendant la. nuit précédente, la façade .de cette maison, dont tout l'intérieur avait été incendié, s'était effondrée et avait failli engloutir sous ses décombres le détachement des pompiers de Duclair (Seine-Inférieure), qui était de service en cet endroit, et, avec sa forte pompe, s'occupait de préserver les maisons voisines contre les flammes qui jaillissaient à chaque instant de ce vaste foyer.

L'encoignure seule de la maison était restée debout, soutenant, par un prodige d'équilibre, l'entablement du sixième étage, et, pour éviter les accidents, on avait dû interdire toute circulation dans la rue Royale et dans la rue Saint-Honoré. Comme il était impossible de laisser indéfiniment barrée une des principales voies de communication de ce quartier on envoya chercher une compagnie du génie militaire, qui entoura d'un boyau de dynamite le pilier qui soutenait encore ce qui restait de la maison incendiée. Le feu fut mis à la mèche, et, vingt secondes après, se produisait la formidable explosion qui avait tant ému le quartier.

Tout ce qui restait de carreaux dans le voisinage fut cassé, mais les derniers débris de la construction, qui menaçaient ruine, s'étaient effondrés, et la sécurité publique étant désormais assurée, la circulation put reprendre son cours.








SOURCES

Journal des Débats, 2 juin 1871.