Par Laurent QUEVILLY.


30 août 44. Le 46e Royal Marine Commando traverse la Seine à Duclair, accueilli à l'usine Mustad par Sven Evensen. Le fils d'un vétéran britannique raconte...

Disparu en 1995 après avoir laissé ses mémoires, Eric Taylor avait été caporal au 46th Royal Marine Commando, une unité formée l’été 43 et placée sous les ordres du Lieutenant-colonel Campbell Hardy lors du Débarquement en Normandie, à Saint-Aubin-sur-Mer.
Dans le Calvados, le 46e RMC a livré combat le 11 juin 1944
à Rots et au Hamel où vingt deux de ses soldats furent tués.
Par devoir filial, Keith Taylor, le fils d'Eric, a raconté dans un premier livre l'épopée du 46e, de la préparation du D-Day jusqu'à l'affrontement épique avec la 12e
Waffen SS Hitlerjugend. Dans un second ouvrage qui nous mènera jusqu'aux côtes de la Baltique, il évoquera cet épisode qui nous concerne :

"Après cette action, le 46e a pu se déplacer beaucoup plus rapidement vers la Seine dans des véhicules automobiles, la première fois qu'il goûtait un tel luxe depuis le Jour J. Quand il a réussi à gagner la Seine à Duclair, fin août, plusieurs vétérans se souviendront avoir aperçu une grande usine sur l'autre rive. Elle leur servit de repère pour traverser le fleuve sur diverses embarcations. L'usine Mustad & Fils fut leur point de ralliement une fois la Seine franchie.

"Parmi les vétérans, John Harrison s'en souvient d'autant plus qu'après la guerre, employé dans une ferme du Gloucestershire, il découvrit un jour, dans une vieille grange, une boîte de clous portant la mention "Mustad et Fils" sur l'étiquette. Il n'en croyait pas ses yeux. Voilà qui le ramenait directement à ce jour où le 46e poursuivait les Allemands de Troarn à Duclair où il fit cette courte halte après la traversée."


L'usine Mustad fut victime des bombardements de juillet 1943. Un an plus tard, les 11 et 13 juillet 44 puis les 19 et 23 août, la RAF pilonne la ville. Bilan : 1230 sinistrés, 372 maisons touchées, sept morts, de nombreux blessés... (Sources : Jean Senard, Hans Pedersen, Jean-Pierre Oursel / Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair T. 2).

A 8h du matin, ce 30 août 44, un peloton de Highlanders du 51e avait effectué une reconnaissance de Duclair avant de repartir vers Rouen. A midi, ils passaient les commandos du 46e tandis que les 41e, 47 et 48e franchiront la Seine une heure, deux heures plus tard pour filer sur Barentin, Varengeville, Pavilly...

"En 1944, poursuit Keith Taylor, le directeur de l'usine s'appelait Evensen. Son fils Sven allait devenir un membre d'honneur du 46e. Sven était un membre actif de la résistance française et quand le commando est arrivé à l'usine de son père, à Duclair, il a immédiatement offert son aide. Ce qui fut accueilli par la quartier général avec reconnaissance, l'unité ayant alors des difficultés de transport et de communication avec une première ligne mobile. Sven a d'abord fourni un camion pour transporter des provisions vers la première ligne et trouvé des produits alimentaires pour améliorer la ration du 46e. Il a notamment fourni deux moutons entiers qui ont été apportés sur une remorque tractée par une jeep. Très rapidement, Sven démontra son utilité par sa connaissance du terrain et de la langue dans laquell il exprima son souhait d'intégrer le 46e jusqu'à Berlin.
Le quartier général fut tellement impressionné par son attitude et son engagement clair à jouer son rôle dans la défaite des Allemands qu'on lui donna un uniforme et une arme. Il en fut tickled pink" (expression anglaise qui signifie très heureux).


La Libération de Duclair. Avec les Alliés, on reconnaît ici MM Lefèbvre de Saint-Paër, Bonamy de Saint-Pierre et Claude Genet de Duclair (Source : Gilbert Fromager).

En nous contactant, Keith espérait trouver des photos, des anecdotes sur Sven Evensen et l'usine Mustad à cette période. Aussitôt, Nicolas Navarro a répondu à notre appel... L'âme du musée de la Seconde guerre, au château du Taillis, connaissait parfaitement le fils de Sven qui l'a aidé dans ses recherches historiques. Evensen s'était engagé dans la Résistance dès le 1er juin 1943 autour d'Auguste Englehard, horticulteur, qui sera maire de Duclair à la Libération. Un groupe affilié au réseau Libération-Nord et comprenant bientôt une dizaine d'unités de 10 à 12 hommes. A ce titre, Sven Evensen portera secour à des aviateurs alliés tombés dans la région. Il suivra le 46e jusqu'à la fin de la guerre. Tout comme Eric Taylor.



Sven Evensen (Collection Nicolas Navarro).




Vos réactions



CONTACT


Brigitte :
Je suis en cours d'écriture sur les réseaux Hamlet et Libé-Nord de Rouen. J'y évoque notamment la famille Evensen. Svein et son père ont été reconnus comme résistants du réseau Hamlet (appelé réseau Salesman durant la guerre). Je souhaiterais obtenir l'autorisation de publier cette photo. A cette fin, pourriez-vous me mettre en relation avec le propriétaire de cette photo, svp ? Merci par avance de votre attention.


© Le Canard de Duclair Tous droits réservés y compris pour l'URSS