R É G A T E S  EN   S E I N E
au début du XXème siècle
Bienvenue dans les archives de Sequan@ Normandie


Dès les beaux jours, ils se retrouvent là...
sur le magnifique plan d'eau que forme la Seine.

Voiliers et rameurs se côtoient.

Sous l'objectif de Louis CHESNEAU,
10 clichés pour admirer ces cathédrales de toiles...

 
 

1- Régates à ROUEN, CROISSET, DUCLAIR, LE HAVRE
 

Depuis l'apparition officielle en 1839 du yachting en France, de nombreuses sociétés voient le jour. C'est ainsi que la ville de Rouen compte 4 sociétés nautiques en ce début du XXème siècle.
Leurs membres pratiquent la voile dans le secteur situé entre Rouen et Saint-Adrien (vers l'amont de Rouen).
Ainsi peut-on lire dans les archives que "MM. Chesneau, Bréviaire et Garnier – membres du Cercle de la Voile de Rouen — évoluent nonchalamment devant les tonnelles des premières guinguettes."

MAIS le développement du port fait émigrer l'activité vers Croisset/ Val de la Haye.

En 1901, le port de Rouen se dote d'infrastructures spécialement conçues pour accueillir des yachts.
C'est un espace de plus de  1 000 mètres carré doté de chalets et estacades qui sont mis à la disposition des yachtmen.
Afin de gérer ces installations, la Société "Rouen port des yachts" est crée le 30 avril 1902.
Le succès est tel que la place vint à manquer. Certains bateaux sont contraints de trouver asile dans le port de Commerce.

Malheureusement, l'existence de ce port des yacht fut brève.
En effet, son emplacement est incompatible avec le développement du trafic commercial et par conséquent les projets d'extension du port de commerce.
En mai 1911, la société Rouen port des yacht est contrainte de libérer le terrain.

Louis Chesneau a immortalisé ce lieu privilégié de rencontres festives sur la Seine.

RÉGATES SUR LE PLAN D'EAU DE CROISSET

Un jour de régate à Croisset 

Les spectateurs sont massés sur les digues pour admirer ces cathédrales de toiles qui cohabitent avec les rameurs

RÉGATES de CROISSET à DUCLAIR

La Mouette, 1904

Flat-Finish, 1904.

RÉGATES AU HAVRE

2- UNE LONGUE ERRANCE....

Après la mort des installations du Port des Yachts de Rouen en 1911, les bateaux de plaisance trouveront provisoirement refuge au Havre.
La guerre 1914/18 mettra un frein à la plaisance.
Après guerre, la reconstruction du Port commercial sera la priorité de la ville de Rouen.

Mort de la Voile  en Seine ???

3- NAISSANCE DU C.V.S.M.
En 1930, deux yachtmen Messieurs Alfred Parent et Emmanuel Hervouet créèrent vingt kilomètres en aval de Rouen le Cercle de Voile de Seine-Maritime – CVSM – qui devint un puissant animateur du SPORT DE LA VOILE en NORMANDIE par ses manifestations sportives et nombres de ses bateaux.
C'est ainsi que Canetons, Stars, Requins et plus tard Belougas, prirent l'habitude de se retrouver pour régater en Seine.
 
  Cliquez sur la photo pour connaître l'histoire du CVSM
Depuis, le CVSM (club-house construit à Saint-Pierre-de-Varengeville en 1931)
continue d'écrire les plus belles pages du yachting en Basse-Seine.

4- NAISSANCE DU S.G.Y.C.
L'exemplaire du CVSM a été suivi.
Son frère cadet est né en 1942 : le "Saint-Georges Yachting-Club" dans le bassin d'Hénouville sous l'impulsion de M. Raymond Maupas.
 

Et les compétitions internationales continuèrent sur la plan d'eau de Duclair :
yachts à voiles, canots automobiles, courses à l'aviron, canoës, perissoirs ou à la nage...
la foule était au rendez-vous au son de la fanfare...



Avec l'aimable autorisation de la famille CHESNEAU
Mes remerciements les plus sincères.
Photos présentées sur le site SEQUANA-NORMANDIE grâce au travail de Didier Mouchel.
Numérisation à partir des plaques négatives de Louis Chesneau.
Pôle Image / rue des Capucins / Rouen


Sources bibliographiques :
"Quand Rouen était le premier port de Yachts français" par Michel Croguennec
"Le bassin d'Hénouville" par Yvon Avenel
Les archives du CVSM


SEQUANA-NORMANDIE
le 28 octobre 2002








LAISSER UN COMMENTAIRE













Haut de page



Retour aux sources




Sequan@ Normandie
© Nathalie Lemière




















Les archives de Sequana Normandie sont hébergées
par le Journal de Duclair, sistership du Pilote de Caudebec


Site  propulsé par

depuis le siècle passé