A la Révolution, outre les dix cloches de l’abbaye, on en décrocha deux à l'église paroissiale et on lui laissa la plus grosse. Dans les années 1950, l'abbé Maurice fit l'inventaire du clocher de Saint-Valentin...

L'abbé Maurice a vainement cherché le bordereau d'envoi des deux cloches de Saint-Valentin descendues par les Révolutionnaires. "Elles furent envoyées à la fonte si tardivement qu'elles ne figurent pas dans les dossiers de 1793. Chaque église paroissiale avait droit de conserver sa plus grosse cloche...

La grosse cloche ...A Jumièges, c’était Barbe qui avait été refondue en 1699. Elle constitue actuellement le bourdon de l’église. En voici l’inscription :

«  1699, Mr Michel Viel, natif de Jumièges, curé du dit lieu. Nommée Barbe par très noble dame Barbe de Becdelièvre d’Hocqueville, veuve de Mr Pierre Le Guerchois, seigneur de La Garenne, Autretot, Sainte-Colombe et conseiller du Roi en ses conseils, son … lieutenant et …. Au parlement de Normandie, par M.  Pierre Hector Le Guerchoys, seigneur de La Garenne , Pelly, Canteleu-le-Bocage, Pope et Connelle, conseiller du roi et…. Ordinaire de son hostel. Refondue par la libéralité des gens de bien, à la gloire de Dieu et de son Eglise. Gloria autem et honor. Pierre Legendre,.. Pierre Giot, Michel de …

N.D.L.R. Barbe Becdelièvre de Quevilly était celle qui, selon Deshayes, finit par se confondre avec Agnès Sorel dans la mémoire populaire qui lui attribuait des mœurs légères...

La moyenne cloche, montée en 1851, porte cette inscription :

« L'an de J.C. 1851, je fus bénite par Mr Jean-Pierre Prévost, bâchelier es ? et curé de cette paroisse. Nommée Antoinette-Amélie par M. Michel Antoine Le Picard, propriétaire et Mme Jules Lefevre, née Caroline Amélie Courbet, de la ville de Rouen. MM Simon Dossier, Germer Poisson, Romain Neuzé, Pierre Amand et J .B. Chrétien, fabriciens.

N.D.L.R. L'abbé Provost, né le 6 juin 1793 à Jumièges. Vicaire de Saint-François d'Assises, au Havre en 1817, curé d'Yville en 1818, de Jumièges en 1824. En 1860, il publie une vie et miracles de saint Valentin, membre de la société française d’archéologie. Il est mort le 13 août 1874.

La petite cloche date de 1854. Elle porte cette inscription :

« L’an du seigneur 1854, j’ai été bénite par M. l’abbé Augé, doyen de duclair, sur l’invitation de M. l’abbé Prévost, curé de la dite paroisse, nommée Louise-Aimée par M. A. Le Pel Cointet, chevalier de la Légion d’honneur, propriétaire de l’abbaye de Jumièges et Mme Louise Esthel Le Pel Cointet, son épouse, MM Poisson, Vauquelin et Anfri Desjardins, fabriciens, M. Chrétien, honoraire, M. Le Picard, maire et Mr Dossier, adjoint.




Le bourdon de l'abbaye A l'abbaye, la tour du sud renfermait le bourdon. Il fut transféré à Rouen dans la tour de Saint-Ouen. Une pompeuse inscription se déroule sur son vase supérieur :

QVID ME NOBILIVS CHRISTI QVE
NOMEN MATRIS GAVDEO
QVAEQUE ALIOS AD PIA VOTA VOCO
ET QVAM GEMMETICI BENEDIXIT
PRAESUL ET ABBAS
HARLEVS QVO NIL CLARIVS ORBIS
HABET
HINC PROCVL O SVPERI TONITRV
FVLMENQVE PROCELLAE
MATRIS DVM INTACTAE FACTA SONO

DIE NOV 1666.

F. CHAUVEL ET SON FILZ
M'ONT FAICTE.

Diamètre, 1,66m ( 5 pieds) ; poids, 5,500 livres. Elle porte les écussons de l'abbaye de Jumiéges et de F, d'Harlay, devenu archevêque de Rouen et de Paris. Le bourdon de Jumiéges se fait entendre aujourd'hui dans la belle tour de St.-Ouen et forme, avec celui de Jean Aubert, un accord agréable.


SOURCES

Manuscrit inédit de l'abbé Maurice numérisé par Jean-Yves et Josiane Marchand. Transcription : Laurent Quevilly.
Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1865.