Il est tombé sous les coups de toute une famille. En 1750, Michel Renault porta plainte pour vol, coups et blessures. Un procès qui, à Jumièges, illustre la défense de la propriété privée...


Michel Renault est bien mal en point. Ce vendredi 23 octobre 1750, Jean Berries, chirurgien du bourg de Jumièges, est requis pour se rendre à son domicile, au Sablon. En pénétrant chez lui, vers 9h du matin, le médecin trouve le laboureur dans sa cuisine, assis sur une chaise. Il lui demande de se dévêtir pour l'examiner sous toutes les coutures. Avec le vocabulaire médical de l'époque, Berries note sur l'omoplate gauche une contusion de la grosseur d'un œuf de poule avec une excoriation de la longueur de quatre doigts et la largeur de deux "lingnes". Au bras droit, le paysan présente une plaie sanglante de la largeur d'un liard et de la profondeur d'une lingne. Elle est manifestement due à une pierre ou un coup de sabot. Renault se plaint encore d'avoir reçu plusieurs autres coups. Surtout sur la poitrine. Le docteur Berries se sent dans l'obligation de saigner le blessé sur le champ et lui ordonne de garder le lit. Il ne répond pas de sa vie...

Les faits

Que s'est-il passé? Michel Renault loue à Valentin Gruley une petite masure, rue Mainberte. Autrement dit un terrain planté d'arbres fruitiers. Des haies le séparent des habitations voisines. Celles de Jean Deshayes et de la farouche famille de Pierre Gruley.

 Renault ne réside pas sur place. Il a beau tenir clos son verger, venir ici plusieurs fois par jour surveiller son bien, il y trouve à chaque fois les Gruley qui en ont forcé l'entrée pour se servir abondamment en fruits.
Ce vendredi matin, jour de la Saint-Romain, il tombe encore sur l'aînée des Gruley, âgée de 18 ans, le tablier plein de pommes. Il court après elle pour lui faire mettre bas sa cueillette. Mais de l'autre côté de la haie, Pierre Gruley a tout prévu. Sa femme est armée d'une fourche. Ses enfants de pierres. Bref, c'est un véritable guet-apens notera le greffier. Les projectiles, les insultes fusent. Renault crie, s'effondre, gémit...

Le lendemain, samedi 24 octobre, Renault va porter plainte auprès de la Haute justice pour vol, coups et blessures...

L'enquête


Le 26 octobre, aux aurores, Thomas Lebourgeois, sergent royal, se rend au domicile de plusieurs paroissiens pour leur tendre une convocation au palais abbatial. Parmi les dix témoins qui seront entendus, la plupart ont des liens familiaux avec la victime. Et ils auront tous la même version...



A 8h, les auditions commencent pour Delamarre, bailli de la Haute justice. Il a pour greffier Jean Boullard, praticien, demeurant à Duclair.

Claude Buquet, est entendu en premier. Il a 32 ans, habite le Mesnil où il est domestique chez Jean Fleury.
Vendredi dernier, raconte-t-il, jour de la Saint-Romain, il descendait la rue Mainberte pour aller à la messe de Jumièges. Il était environ 9h du matin. Lorsqu'il entend Michel Renault crier. Il se dispute avec Pierre Gruley. Ce dernier hausse le ton. Dit à Renault qu'il "mériterait bien qu'il lui en donne une suée..."

Pierre Thierry, fils de Jean, sera-t-il neutre? Sa sœur est en effet mariée avec le fils de la victime. Mais on l'entend tout de même.
Pierre Thierry sortait de chez lui ce vendredi-là pour aller lui aussi à la messe. Il a vu Michel Renault qui ramassait ses fruits et, alors qu'il était courbé, les trois enfants Gruley postés le long de la haie de séparation l'accablaient à coups de pierres. Ce qui fit crier Renault. Pendant quoi, Pierre Gruley et sa femme étaient à environ dix pas de leurs enfants et riaient de ce qu'ils faisaient au lieu de les réprimander et de les contenir.

"Vieux sacré diable !..."

Marie Anne Grippois, 52 ans, femme de Jean Thierry, laboureur au Sablon, est, elle aussi, de la famille du plaignant. Sa fille a épousé un fils à Renault et elle a été avec lui marraine d'un enfant. Elle raconte que vendredi, ver 9h, elle a vu Renault étant à ramasser ses fruits reprocher à la femme Gruley, qui était derrière la haie, dans sa propre masure, de venir toujours dans la sienne Ce à quoi elle répondit qu'elle irait encore malgré lui en traitant Renault de "vieux sacré diable... "
Marie Anne Grippois ajoute qu'il y a environ quinze jours, un dimanche, pendant les vêpres, elle vit la fille aînée de Pierre Gruley qui fit une brèche pour sortir de la petite masure que Michel Renault tient de Valentin Gruley, laquelle emportait dans son tablier environ deux douzaines de pommes

Anne Thierry, fille de Jean, 17 ans, c'est encore la famille. Elle a vu entrer vendredi dernier, vers 9h,  la fille aînée des Gruley dans la masure de Renault. Elle ne sait à quel dessin. Peu de temps après, alors que Renault venait ramasser ses fruits, il lui demanda ce qu'elle venait faire dans sa masure et pourquoi elle déclosait toujours les haies d'icelle. Ce à quoi elle répondit qu'elle venait chercher... une dinde! Et le dit Renault voulant la faire sortir, elle fit un trou et "brocha" à travers la haie pour sortir dans la masure de son père. Là se tenait la femme de Pierre Gruley, laquelle se munit de pierres et de cailloux qu'elle jeta par-dessus la haie "au dit Michel afin de le maltraiter". Anne Thierry ajoute qu'elle entendit la femme Gruley dire à Renault qu'elle irait dans sa masure malgré lui en le traitant de "viel sacré diable" et en lui disant "qu'il n'eut pas à repasser dans la rue qu'elle l'assommerait..."

Geneviève Thierry, la sœur de la précédente, a 22 ans. Encore la famille... Michel Renault, a-t-elle vu, était dans sa petite masure. Et Pierre Gruley et sa femme étant dans la leur qui n'en est séparée que par une haie, ils eurent alors dispute ensemble, mais ensuite, elle entendit la femme Gruley traiter Renault de "vieux sacré diable de pendu" et le menacer que, "s'il passait seul dans la rue, elle l'assommerait." Et ce, sans que Pierre Gruley, qui était présent, ne réprime les emportements de sa femme.

Jean Thierry, le frère aîné, a 32 ans. Toujours la famille. Lui, c'est vers 8 h et demie qu'il a aperçu Renault aller chercher ses fruits avec un petit panier. Là, il tombe sur l'aînée des Gruley qui paraissait avoir quelque chose dans son tablier. Il s'avèrera que c'était des fruits. Renault se mit à crier et la fille "brocha" au travers de la haie pour se réfugier dans la masure de son père. Là, les Gruley  commencèrent  à injurier Renault en disant qu'ils iraient malgré lui dans sa masure, la femme Gruley le traitant de "vieux sacré diable". La dispute cessa pendant environ un quart d'heure. Mais après quoi, Michel Renault s'étant approché de la haie de séparation et ayant le dos tourné pour cueillir des fruits, arrivèrent les trois enfants de Pierre Gruley qui, munis de pierres et de blocs, en accablèrent le dit Renault sans que Pierre Gruley et sa femme, qui n'étaient qu'à dix pas, ne les en empêchent ou ne les réprimandent. Au contraire, la femme Gruley menaça Renault qui gémissait des coups qu'il venait de recevoir que s'il venait à passer seul dans la rue, elle l'assommerait.

Jean Beauvet, fils de Pierre, 17 ans, est un taiseux et ne dira rien. Il n'a, assure-t-il, aucune connaissance des faits.




Clothile Legendre, la benjamine des témoins, 10 ans, a en revanche la langue bien pendue. La fille de Valentin Legendre, journalier au Sablon, raconte qu'elle a vu les trois enfants aînés de Gruley jeter de gros blocs de pierre sur Michel Renault en présence de leur père et mère. Et même la femme de Pierre Gruley brandir une fourche. Les blocs étaient aussi gros que son sabot. Dès le premier coup, Renault est tombé par terre.

Madeleine Decaux, 50 ans, femme de Pierre Mauger, ferme le défilé des témoins. En passant par la rue Mainberte pour aller à la messe, elle a simplement vu des personnes qui se disputaient par-dessus la haie. Elle "sent" que c'étaient Pierre Gruley et sa femme et Michel Renault. Son témoignage n'apportera rien de plus.

Épilogue

Le 27 octobre 1750, le bailli de la Haute justice décida d'octroyer une provision alimentaire de 150 livres à Michel Renault, vu les mauvais traitements qu'il a subit et qui l'empêchent de subvenir à ses besoins. Les Gruley furent assignés à compararaître et l'on ne sait quelle fut leur sanction. Défense leur fut faite en tout cas de pénétrer chez Renault. Ni eux. Ni même leurs bestiaux...

Michel Renault semble s'être plutôt bien remis de cette mésaventure. Le 5 mars 1754, il fut condamné pour vol de bois dans la forêt de Jumièges...

Notes généalogiques

Michel Renault était l'époux de Marie Godalier. Le 4 septembre 1749, son fils Valentin avait épousé Marie Anne Elisabeth Thierry, fille de Jean et Marie Anne Grippois, ce qui explique tous ces témoins ayant un lien de parenté avec lui.
Il avait aussi une fille, Marie Magdeleine, qui s'était mariée à Jumièges, le 15 février 1746 avec Michel Levillain.

Le chirurgien Berries était originaire de la paroisse de Saint-Germain de Caumont avant de s'intaller au bourg de Jumièges. Là, en 1735, il avait épousé Catherine Vastey, la jeune veuve de Jean Chérel qui lui donna des filles...  L'un d'elle, Rosalie, épousera en 1779 Louis Romain Dépouville, le fils du notaire royal de Jumièges. Joli parti. Mais les parents de la mariée n'était déjà plus de ce monde.

Jean Beauvet, le témoin muet, s'est marié l'année suivante à Françoise Beauquet. Laboureur, il était fils de feu Pierre Beauvet et Marguerite Neveu.

 Clothilde Legendre est vraisemblablement liée elle aussi à la victime.
 Elle est dite fille de Valentin Legendre. Or, un homme de ce nom, veuf de Marie-Anne Savalle, épousa Marie Anne Thierry le 18 juillet 1740. Ces derniers sont peut-être les parents de notre petite Clothilde.


Madeleine Decaux, la dernière déposante peu locace est une Horsain. Elle s'était mariée à Anneville en 1730 à Jean Mauger.

Enfin venons-en au Gruley.

Il est dit que Michel Renault louait une masure à un certain Valentin Gruley. Sans doute le frère du principal accusé. Les frères Gruley avaient hérité de leur père Michel et de Anne Cottard.

Pierre était l'époux de Marie Barbe Adelain, la femme à la fourche.

Parmi leurs enfants impliqués dans l'affaire, Pierre Louis est certainement du nombre. Il est né en 1737 et a donc 13 ans au moment des faits. Il se mariera à Jumièges le 13 novembre 1769 avec Anne-Catherine Lemaître et aura la condition aisée de laboureur. 
François Gruley est sans doute aussi parmi les agresseurs. Il est né en 1740 et a 10 ans au moment des faits. Il épousera au Mesnil Marie Anne Foloppe le 14 octobre 1770 et aura aussi la condition de laboureur. Veuf, il se remaria à Yainville le 9 novembre 1790 à Marie-Anne Bérenger.


Voici pour finir l'une de ses descendances directes. Je n'en suis par particulièrement fier.

Pierre Gruley, époux de Marie Barbe Adelain
|
Nicolas Gruley 1748-?, époux de Marie-Anne Ponty
|
Pierre Richard Gruley 1779-1832, époux de Anne Marie Deslogé
|
Clarisse Françoise Gruley 1809, épouse Louis Levreux
|
Louise Augustine Levreux 1840-1898, épouse Charles Mainberte
|
Henri Emile Mainberte 1872-1917, époux Julia Chéron
|
Andréa Eva Mainberte 1912-1958, épouse Raphaël Quevilly
|
Laurent Raphaël André Quevilly


Sources

Recherche aux archives départementales et numérisation: Jean-Yves et Josiane Marchand.
Mise en forme: Laurent Quevilly.







Haut de page