Qui furent les passeurs du bac de Jumièges ? Aidez-nous à en faire l'historique.

1407 : Guillaume Hervieu
1694 : Thomas Maire.
1732 : Antoine Fossé, aubergiste, est locataire du passage.
1750, Jacques Lefebvre est passager et cabaretier.
1855 : Jean-Jacques Bocachard, qualifié d'ivrogne, "un brutal qui se fait détester de tout le public par sa mauvaise conduite et son inéxactitude."
1862 : Armand Fortuné Poulain.
1766 : André Quesne est batelier et cabaretier rive gauche.
1766 : Denis Mustel est fermier des trois bacs de Jumièges. Il sous-loue le Gouffre à François Amand et la Roche à Jean Brigaud.
1771 : Toujours Mustel. Les tarifs et leur affichage sont revus par le procureur du roi.
1776 : Marie-Angélique Boutard, veuve Mustel. Le 24 décembre, on déplore deux noyés après une panique d'animaux.

1778 : Adrien Leroy. Impliqué dans une affaire de coups et injures.
1787 : Adrien Leroy. Accident au passage.
1788 ; Jean Lassire. Il fait construire rive gauche une auberge à gallerie de bois.
1789 : la maison du passage est toujours au siège de la vicomté.
1793 : Adrien Leroy avec Jean-Baptiste Sever pour garçon passager.
1811 : Augustin Théodore Lassire.
1825 : Jean Prosper Justin Duquesne, 41 ans, ep. Geneviève Boucachard, passager. Demeure à Heurteauville.
1853 : Félix Mettérie.
1872 :
un bac du port de 12 Tx est construit en à La Mailleraye. Il appartient aux Ponts & Chaussées.
1873  : mort de Jean-Pierre Mauger, passeur du bac.
1879 : Louis Albert Mauger, patron, Louis Legendre, matelot, second patron, Jacques Tabouret, né au Mesnil en 1818.
1881 : Alphonse Riché est signalé pôur laisser "à désirer sous le rapport de la sobriété, fait passer les voyageurs par des enfants, impoli, grossier à l'égard du public et a laissé couler trois fois son bateau."
Septembre 1882 : Louis Albert Mauger, patron, et Louis Legendre, né en 1834 à Guerbaville,
matelot.
Septembre 1883 : Louis Albert Mauger patron et Gustave Alfred Mauger, son frère (on le retrouve en 1900 sur le bac de Duclair).
En septembre 1884, patron Louis Albert Mauger, matelots, Ernest Tranquille et Gustave Alfred Mauger.
En septembre 1885, le patron est Louis Albert Mauger, matelots Ernest Tranquille Mauger, Pierre Onésime Persil, né en 1829 à Caumont, son fils Hippolyte, né en 1858 à Jumièges
.
En septembre 86, 87, 89, le patron est Pierre Onésime Persil avec son fils Hippolyte pour matelot.
1889 : Persil père et fils.
 "  ": Cléophas Tabouret est signalé comme un "marin laborieux, sûr et d'une excellente conduite".
1890 : Persil père.
1892 : Hippolyte persil patron,
Alphonse Lechevalier né en 1864 à Yville, Arsène Deroutot né en 1842 au Trait, Prosper Bénard né en 1867 à Jumièges.

Au 1er novembre 1896, le patron est Prosper Bénard,
le matelot Victor Ernest Mauger, né à Yainville en 1877.
Au 9 novembre 1897, les mêmes avec Auguste Delafenêtre second matelot.
Au 9 novembre 1898, Bénard, Delafenêtre, Deroutot, Joseph Bonté, de Sahurs, Tocqueville et Verjot.
En 1899 et 1900, le patron est Prosper Bénard. Novice : Henri Verjot né à Heurteauville, matelot : Louis Deconihout, né en 1831 à Jumièges et qui ira servir à La Mailleraye. 

Par la suite, Emile Prosper Persil, fils de Pierre Onésime, époux d'une Mauger, fut patron jusqu'en 1925. Son fils Daniel lui succéda jusqu'en 1940.

Michel Guyomard


Michel était le fils d'Augustin Guyomard. Natif de Kergolot, dans les Côtes-du-Nord, ce dernier s'établit en Normandie comme chauffeur sur le bac de Duclair. Il habitait Berville. Sa maison fut détruite par les bombardements de 1944. Il résida ensuite route de Rouen, dans le quartiers des Troglodytes.

Augustin Guyomard était un ancien Terreneuvien. En  pêche à bord d'un doris, il fut victime d'un naufrage. Son collègue et lui eurent les pieds gelés.

Augustin Guyomard fut en effet repêché par un bateau allemand. On lui dégela les membres inférieurs en le descendant régulièrement dans l’eau de mer, attaché avec une corde sous les aisselles. Il s'en est sorti sans mal.

Quant à son collègue, il fut récupéré par un bateau espagnol. Lui, on lui dégela les pieds avec de l’eau tiède. Il eut la gangrène et fut amputé des deux pieds...

Augustin Guyomard ici sur le bac de Duclair




Michel, fils d'Augustin Guyomard a travaillé sur le bac de la mailleraye en 1951 avec Pierre Morvan premier capitaine, lui aussi Breton comme beaucoup d’autres sur ce bac.
Il fut sollicité pour rejoindre le bac de Jumièges en tant  que premier patron.

Michel Guyomard ici en 1951.


Michel Guyomard prit ses fonctions en 1952.

L’équipage du bac de Jumièges se composait alors, de Charles Maire (deuxième patron), Lucien Levasseur (troisième patron).
Les matelots étaient Henri Leblondi, Bernard Caron, Roland Levasseur, Roger Lamy (dit Chouchoun) et Henri Delestre qui figure ici ci-dessous en photo avec Michel Guyomard sur le bac.



Les remplaçants: Alain Guyomard, Donald Egret et Daniel Bernardin dont la mère tenait le café d’Heurteauville, près du bac.

Michel Guyomard quitta Jumièges dans les années 70 pour s’occuper de l’approvisionnement, des phares et balises en gaz et le convoiement de la sonnette "quand ils en avaient besoin pour battre des palplanches, avec son collègue Galier Jacques. Cela se faisait avec deux vedettes. Quand le vent se prenait dans la flèche de la sonnette, la manœuvre était très difficile mais ils se coordonnaient bien. Ils avaient la réputation d’être les meilleurs sur la Seine."

En 1973 il tomba gravement malade et dut arrêter son travail.  Il décéda en 1976 à l'âge de 44 ans.

Source

Alain Guyomar
Jean-Pierre Derouard, Bacs et passages d'eau de la Seine.



Haut de page