Durant 120 ans, la commune de Jumièges fut dotée d'une compagnie de sapeurs pompiers. En voici l'histoire mouvementée...


A Jumièges, comme ailleurs, de nombreux incendies ont marqué l'histoire du village. Nous n'évoquerons pas ici ceux dont l'abbaye fut l'objet. Mais vers, vers 1438, on signale à titre d'exemple que des malfaiteurs mirent le feu à la forêt de Jumièges. 48 arpents furent détruits. 

L'abbé pyromane

Dans les années 1720, l'abbé de Saint-Simon passe pour avoir faite détruire par le feu plusieurs maisons dont il convoitait le terrain afin d'agrandir son domaine propre. On se souvenait d'un pauvre hère qui, rentré tard le soir chez lui, erra toute la nuit à la recherche de sa chaumière, refusant l'idée qu'elle ait disparu. 

Le tyrannique abbé, craignant une révolte des Jumiégois, finit par lui accorder une maison en bord de Seine où vécurent longtemps ses descendants.

Drame à Yainville...
Le 23 mars 1717, à  9h du soir, une maison prend feu à Yainville. On retrouvera les restes calcinés de Barbe Vivien, veuve Dubois, 60 ans, Antoine Marette, 16 ans, Jeanne, 8 ans, Jean, 6 ans, Magdeleine, 3 ans. Ils furent inhumés le 25 mars.
Sous la Révolution, le presbytère de Jumièges fut la proie des flammes. Le 5 août 1808, la vingtaine de chaumières du bourg furent détruites. Hauriolle, grand dénonciateur sous la Terreur, pénétra dans une cave. On l'en retira asphyxié. Les pierres de l'abbaye servirent à la reconstruction. On interdit l’usage du chaume. Ce qui ne fut pas strictement appliqué....

C'est une circulaire du 6 février 1815 qui organisa le service incendie en France. Les préfets, qui nommaient officiers et sous-officiers, furent chargés d'établir la liste des communes où ce service était nécessaire. Les compagnies dépendaient de l'autorité municipale.
De 1831, à 1871, les sapeurs pompiers seront intégrés à la Garde nationale... 

Incendies criminels chez Dossier

Le 15 juin 1853, sept mystérieux incendies se déclarent à Jumièges. Dès le lendemain, le capitaine commandant provisoirement la compagnie de la Seine-Inférieure alerte le préfet :

« J'ai l'honneur de vous informer qu'hier, 15 juin, un incendie dont la cause est demeurée inconnue, s'est déclaré vers 5h du matin dans la commune de Jumièges et qu'un bâtiment appartenant au sieur Casimir Dossier, cultivateur au dit lieu, a été la proie des flammes.
Plus tard, dans la même journée, la brigade de Duclair venait de prendre des renseignements sur cet incendie, elle fut prévenue de nouveau qu'une grange attenante au bâtiment incendié qui avait été préservé le matin était en feu. A son arrivée sur les lieux, la grange était détruite. La perte évaluée de ces deux bâtiments est environ de 2020 francs (assuré).
Dans la soirée du même jour et dans la même commune, le feu a éclaté de nouveau et a réduit en cendres cinq bâtiments. Les détails manquent sur ces nouveaux incendies.
La justice est sur les lieux et procède à une enquête. La clameur publique attribue ces sinistres à la malveillance.

L'affaire remonte jusqu'au ministre de la police générale. De Rouen, le 18 juin, le 3e bureau de police évoque le dernier incendie intervenu dans la soirée et qui a détruit des bâtiments ainsi que le mobilier qu'ils renfermaient. Les dégâts sont estimés à 40 000 F. « Les bâtiments étaient assurés à la compagnie Le Normandie. On ignore si le mobilier était également assuré. Ce triple sinistre est attribué à la malveillance. La Justice informe.

La création du corps

C'est à Michel Lepicard, maire de Jumièges de 1852 à 1856, que l'on doit la création du corps. Le 20 juin 1853, il demande au préfet l'acquisition d'une pompe à incendie.
« Vous avez probablement appris le triste et douloureux événement qui vient de frapper la commune de Jumièges. Trois incendies se sont succédé en moins de trente six heures dans la même propriété.
Dans cette triste situation, les habitants réclament une pompe dont la commune est dépourvue et je croirais manquer à mon devoir si je ne m'empressais de provoquer le vote du conseil municipal à ce sujet. Je viens donc vous prier, Monsieur le Préfet, de bien vouloir m'autoriser à convoquer le conseil municipal pour délibérer :

1) Sur l'acquisition d'une pompe à incendie.
2) Sur les bases à adopter pour la formation d'un règlement interdisant les couvertures en paille à moins de 200 mètres de l'enceinte du bourg.

Le corps est donc créé le 12 juillet 1853 avec un effectif de 26 hommes. Valentin Poisson en est le chef de corps et sera nommé sous lieutenant le 11 mars 1854. 
 La liste des chefs de corps

Valentin POISSON, nommé sous lieutenant le 11 mars 1854.
Hippolyte SENARD, nommé le 4 avril 1860, révoqué par décret en août 1882
Eugène YBERT,
nommé le 29 septembre 1882
Eléonor LAMBERT,
nommé en 1888
Léon Lambert,
nommé en 1921.
René Deuil, nommé le 1er avril 1935.
Claude Deuil, nommé en 1954 jusqu'à la dissolution, le 1er mars 1972.
Chahuté, le maire démissionne

On doit à Michel Picard le corps des pompiers, la mairie, l'école. Il avança de l'argent à la commune mais, malmené par ses concitoyens, fut contraint à la démission...

L'an mil huit cent cinquante six, le jeudi quinze mai, à 9h du matin, les membres composant la commission municipale instituée par arrêté préfectoral du 24 avril dernier, dûment convoqués, se sont réunis au local de la mairie.
Monsieur Grandchamp, maire, présidant l'assemblée en ouvrant la séance prend la parole et dit. « Messieurs, Monsieur le préfet vient de m'élever aux fonctions honorables de maire de votre commune en remplacement de M. Lepicard, démissionnaire.
Je regrette vivement d'avoir vu cet honorable magistrat dans l'obligation de résigner ses fonctions par suite des entraves que lui suscitaient chaque jour des hommes excités par de mauvais instincts, par de mauvaises passions.
Je le regrette d'autant plus qu'il a plus fait, dans sa trop courte administration, que tous ceux qui l'ont précédé. Il a doté la commune d'un mairie et d'une école. La commune était pauvre, dénuée de toute ressource et sans les fonds qu'il a avancés à des conditions extrêmement douces, elle en serait encore privée. 

Vous n'aviez pas de pompe à incendie, chose si utile dans vos campagnes où la plupart des bâtiments sont couverts de chaume, il vous en a procuré une et a organisé une compagnie de pompiers qui, déjà par son activité et son zèle, mérite nos éloges. Enfin, il a rendu beaucoup d'autres services dont l'énumération serait ici trop longue. C'est pourquoi je lui vote des remerciements et lui manifeste ici tout mes regrets de le voir se retirer si vite d'une administration où il a laissé des souvenirs aussi mémorables. 

Plusieurs membres de l'ancienne administration font partie aujourd'hui de la nouvelle commission et ont vu, ils ont été témoins, des scènes bruyantes et scandaleuses qui avaient lieu dans presque toutes les séances. Plusieurs d'entre vous qui étaient restés purs et honnêtes en étaient indignés, mais comment y remédier ! Il fallait suspendre tous les membres de ce conseil, c'est le sage parti que l'honorable magistrat qui administre notre département avec autant de zèle que d'habileté a dû prendre.

Dispensés de corvées de chemin

Achille Grandchamp, oncle de l'auteur d'Arsène Lupin habite "le château" de Jumièges., Le 12 mars 1860, il demande un traitement de faveur pour les sapeurs. Poisson vient de démissionner. 

La propriété Grandchamp

« La plupart des hommes de cette compagnie sont recrutés parmi les artisans, ouvriers, maçons, charpentiers, couvreurs et comme plus aptes à remplir leurs fonctions, mais c'est assez vrai de dire que ces honnêtes citoyens ne sont pas riches et cependant souvent appelés à la manœuvre de la pompe et pendant un temps qui leur est précieux. D'un autre côté, l'administration à tout intérêt à conserver cette compagnie qui d'un moment à l'autre peut être appelée à rendre de si grands services. Que faire alors ? Accorder une gratification à chacun des ces hommes, cela deviendrait trop onéreux pour la commune. J'ai donc pensé, en attendant qu'un loi vienne fixer le sort de ces honnêtes citoyens, qu'il y a lieu de les exonérer de la prestation (en nature) et j'ai été convaincu que cette légère indemnité les satisferait. Il est à observer que cette réduction sur le contingent à fournir pour la réparation des chemins serait insignifiante, surtout actuellement où la journée se trouvant considérablement augmentée, doit produire un quart de prestations, au moins, plus que les années précédentes.

Si donc, cette proposition est susceptible d'être accordée, je vous serai infiniment obligé, Monsieur le sénateur préfet, de bien vouloir m'en informer. Dans le cas contraire, je vous prierai de m'indiquer quelqu'autre moyen pour attacher ces hommes à leur service et réparer, en partie du moins, la perte de temps qu'ils éprouvent, sinon l'administration s'exposerait à voir cette petite compagnie dissoute prochainement par la démission de chacun de ses membres.

Le préfet répond à Grandchamp le 13 mars 1860. « Personne, plus que moi, Monsieur le maire, ne rend justice aux excellentes intentions qui vous portent à vouloir accorder un léger dédommagement aux braves artisans qui se consacrent avec le plus louable désintéressement au service de sapeur pompier. Malheureusement, la loi ne permet pas cette exonération, je ne verrais d'autre moyen possible que celui d'une allocation spéciale votée par le conseil municipal."

Le 4 avril 1860, Hippolyte Senard remplace Poisson et est nommé sous lieutenant. 

La fronde des pompiers

A partir de 1875, on supprima le service militaire chez les pompiers. Mais un décret du 29 décembre 1875 ordonne que les sapeurs pompiers signent un engagement de cinq ans dans un premier temps. A Jumièges, ils refusent ! 

L'an mil huit cent soixante seize, le septième jour du mois d'août, à neuf heures du matin, le conseil municipal de la commune de Jumièges, convoqué en session ordinaire, s'est réuni dans la salle de la mairie, lieu ordinaire de ses délibérations. Étaient présents : Monsieur Chrétien Eugène, présidant la réunion, M. Poisson Valentin, adjoint et MM Bicheray, Cabut, Desjardins, Boutard, Philippe, Lafosse, Vauquelin, Gruley et Chandchamp. Absent : M. Délogé.

La séance étant ouverte, M. Bicheray est élu secrétaire et prend place au bureau. Le maire donne connaissance à l'assemblée des dispositions du décret du 29 décembre 1875 sur l'organisation des corps des sapeurs pompiers, il fait observer qu'aux termes des dispositions transitoires de ce décret, les corps actuellement existant doivent être réorganisés dans le délai d'un an et que tout sapeur pompier doit prendre, au moment de son admission, l'engagement par écrit de servir pensant cinq ans et se soumettre à toutes les obligations du service. Il informe le conseil que le décret précité a été communiqué à la mairie aux sapeurs pompiers, que tous ont répondu ne vouloir souscrire aucun engagement, tous ont déclaré et redit être disposés à continuer leur service si l'administration supérieure consentait à les maintenir dans leur position actuelle. A cet cette fin, il invite le conseil de bien vouloir faire connaître par une délibération l'avis qu'il désire émettre à ce sujet.
Le conseil municipal, considérant que l'organisation régulière et permanence d'un service de secours en cas d'incendie répond nécessairement aux besoins et aux vœux du pays, considérant que les sapeurs pompiers, malgré le matériel suffisant que possède la commune pour leur service, refusent de souscrire l'engagement prévu par l'article 11 du décret sus visé demandent à être maintenus dans leur situation actuelle,
Regrette les résolutions prises par le corps des sapeurs pompiers, prie M. le préfet dans l'intérêt de la sécurité publique, de vouloir bien faire une concession en leur faveur et leur accorder la demande qu'ils sollicitent....

Le 20 août 1876, dans le cadre de la réorganisation du corps, trois hommes sont désignés pour procéder aux admissions : Hippolyte Senard, sous-lieutenant, Sever Mazot, sergent et Fulgence Minotte, caporal. C'est Poisson, adjoint qui signe le tableau.

Le 26 août 1876, le conseil se réunit à nouveau. Boutard et Philippe sont absents. Bicheray est encore secrétaire.
« La séance étant ouverte, le maire donne lecture de la lettre préfectorale sus visée et impose que les dispositions du décret du 29 décembre 1875 relatif au service et à la réorganisation des corps des sapeurs pompiers ont été mal comprises et interprétées, que le conseil municipal n'a nullement à intervenir dans le choix des hommes qui doivent en faire partie, que les admissions doivent être prononcées par une commission nommée à cet effet par lui et le conseil municipal et que le vote du conseil doit porter seulement sur l'utilité de la réorganisation du corps de sapeurs pompiers existant dans la commune et sur l'engagement de cinq ans prescrit par l'article 6 du décret précité en ce qui concerne les dépenses que l'organisation d'un corps de sapeurs pompiers dans la commune est d'une utilité incontestable en cas d'incendie.
Considérant que la commune possède une pompe à incendie avec un matériel de secours suffisant ainsi qu'une grande partie des habillements et autres objets nécessaires pour le service, délibère qu'il y a lieu de réorganiser la subdivision de sapeurs pompiers de la commune de Jumièges et d'en fixer les cadres à 25 hommes dont un sous-lieutenant, un sergent deux caporaux et un tambour.
Oblige la commune à prélever sur ses revenus ordinaires pendant cinq ans, à partir de 1877, indépendamment des crédits ouvert au budget pour cet objet une somme annuelle de 100F pour subvenir aux dépenses énumérées dans l'article 29 du décret précité, notamment en ce qui concerne les secours ou pensions à accorder aux sapeurs pompiers victimes de leur dévouement.
Accorde aux sapeurs pompiers l'exonération de la prestation en nature à laquelle ils sont soumis pour leur propre personne relativement aux chemins vicinaux et nomme MM Bicheray Armand et Poisson Valentin, conseillers municipaux, pour faire partie de la commission chargée d'examiner les demandes d'admission et d'arrêter définitivement les contrôles de la subdivision.

Nouvelle réunion en mairie le 1er octobre 1876. On se prononce sur les admissions des hommes qui devront bien s'engager pour cinq ans. Les sapeurs, convoqués par leur chef, sont présents à la réunion. On lit le décret de 1875. «La commission s'est occupée de l'admission des hommes devant former le nouveau corps, ayant trouvé après examen que tous les pompiers en exercice remplissaient les conditions réglementaires, elle les a invité, chacun en particulier, a bien vouloir souscrire l'engagement... Tous ont refusé, seulement, ils ont déclaré qu'ils étaient disposés à continuer leur service si l'administration supérieure consentait à les maintenir dans leur position actuelle, c'est-à-dire sans engagement, autrement, ils préféraient se retirer. La commission a employé tous les moyens possibles pour les faire revenir sur leur détermination, elle a appelé leur attention sur l'utilité de leur institution et sur les services qu'elle peut rendre au pays dans le cas d'incendie; elle s'est efforcée de leur faire comprendre qu'il serait désirable pour la sécurité de la commune que leur compagnie continuât de subsister. Malgré ces exhortations, rien n'a pu ébranler leur résolution. En conséquence, la commission a dressé le présent procès-verbal pour être transmis à qui de droit et recevoir telle suite qu'il appartient.... »

Les pompiers de 1876

Le 1er octobre 1876, le maire, Chrétien, certifie exact la composition de la subdivision de Jumièges. Elle s'établit comme suit :

Hippolyte Senard, entrepreneur, sous-lieutenant;  Jacques Herpin, rentier, porte-drapeau ; Sever Mazot, cultivateur, sergent ; Fulgence Minotte, journalier, sergent ; Victor Ponty, cultivateur, caporal, Alfred Herpin, cultivateur, caporal ; Frédéric Ybert, cultivateur, charron, caporal ; Louis Duparc, cultivateur, caporal ; Delphin Cabut, cultivateur, pompier ; Désiré Lesueur, cafetier, pompier ; Édouard Lefebvre, cultivateur, pompier ; Hippolyte Douville, journalier, pompier ; Adolphe Simion, cultivateur, pompier, Casimir Dossier, cultivateur, pompier ; Eléonor Guéroult, charpentier, pompier ; Stanislas Dossier, cultivateur, pompier ; Cléophas Mazot, cultivateur, pompier ; Henri Sarcelet, journalier, pompier ; Deshays Tranquille, cultivateur, pompier ; Alexandre Decaux fils, cultivateur, pompier ; Alphonse Simion, cultivateur, pompier ; Médéric Salmon, serrurier, tambour.

L'administration semble s'être inclinée et Hippolyte Senard est reconduit chef de corps le 29 novembre 1876.

12 mars 1879, c'est la mise en place d'un règlement.

Article 1er. Il est réorganisé dans la commune de Jumièges une subdivision de compagnie de sapeurs pompiers pour le service des secours en cas d'incendie, cette subdivision pourra être exceptionnellement appelée en cas de sinistre autre que l'incendie à concourir à un service d'ordre ou de sauvetage et fournir, avec l'assentiment de l'autorité militaire, des escortes dans les cérémonies publiques.

Article 2. La subdivision de compagnie dont il s'agit se composera de 26 hommes, savoir un sous-lieutenant, deux sergents, quatre caporaux, un tambour et 18 sapeurs pompiers.

Article 3. Elle se recrutera au moyen d'engagements volontaires parmi les hommes qui auront satisfait à la loi du recrutement ou qui n'appartiendront qu'à la réserve ou à l'armée territoriale, dans ce cas, les hommes resteront soumis à toutes les obligations que leur impose la loi militaire.

Article 4. Les sapeurs pompiers seront choisis de préférence parmi les anciens officiers, sous officiers et soldats du génie et d'artillerie et parmi les habitants de la commune exerçant les professions de maçons, charpentiers, couvreurs, menuisiers, charrons, serruriers et autres professions relatives à la construction du bâtiment.

Article 5. Seront exclus de cette compagnie les individus privés en tout ou en partie de leurs droits civils. 

Article 6. L'admission des candidats sera prononcée par une commission composée du maire ou de son adjoint, président, de deux membres du conseil municipal désignés à cet effet par le conseil et de trois délégués choisis par le préfet.

Article 7. Nul ne sera admis s'il ne prend l'engagement par écrit de faire partie de la compagnie pendant cinq ans et s'il ne se soumet à toutes les obligations du présent règlement.

Article 8. Tout sapeur pompier qui se retirera avant l'expiration de son engagement ou qui sera rayé des contrôles perdra ses droits aux avantages pécuniaires ou autres auxquels ils pourrait prétendre.

Article 9. Le conseil d'administration se composera pour la subdivision 1° de l'officier commandant président. 2° du plus ancien sous officier et 3° d'un sapeur pompier désigné par ses collègues.

Article 10. L'officier commandant prendra toutes les mesures et donnera tous les ordres relatifs au service ordinaire, aux revues, manœuvres et exercices, il devra au préalable nous en aviser.

Article 11. Les revues auront lieu le 1er dimanche d'avril et 1er décembre d'octobre de chaque année, jours de la sortie et rentrée de la pompe.

Article 12. Les manœuvres et autres exercices seront suspendus dans la saison rigoureuse de l'hiver, pour le reste de l'année, ils auront lieu le 1er dimanche de chaque mois à 5 heures du matin.

Article 13. La subdivision de compagnie escortera le Saint-Sacrement le jour de la Fête-Dieu. Elle sera obligée d'assister aux funérailles des autorités locales et autres notabilités de la commune.
« La subdivision de compagnie escortera le Saint-Sacrement le jour de la Fête-Dieu...

Article 14. Hors le cas d'incendie, revues, manœuvres, escortes et autres exercices prévus au présent règlement, aucun rassemblement ne pourra avoir lieu sans notre autorisation ou l'autorité supérieure suivant le cas. 

Article 15. Le chef du corps devra obtempérer à notre réquisition, celle du préfet ou de l'autorité militaire, soit qu'il s'agisse d'organiser un service d'ordre ou d'honneur, soit de porter secours en cas d'incendie ou autre sinistre dans les limites ou hors les limites de la commune.

Article 16. En cas d'incendie, la direction et l'organisation des secours appartiendront à l'officier commandant ou sapeur pompier le plus élevé en grade, l'autorité locale conservera ses droits pour le maintien de l'ordre.

Article 17. Les peines disciplinaires seront pour les sous-officiers, caporaux et sapeur pompiers 1° la réprimande 2° la mise à l'ordre 3° un service hors tour 4° la privation totale ou partielle des avantages accordés aux sapeurs pompiers. 5° l'amende 6° la privation de grade 7° l'exclusion temporaire 8° la radiation définitive des contrôles.

Article 18 Les trois premières peines seront infligées par l'officier commandant, les autres le seront par le conseil d'administration.

Article 19. Tout sapeur pompier qui manquera sans excuse légitime, soit aux manœuvres du dimanche, soit aux exercices, escortes, revues et autres sera passible des amendes suivantes. Sapeurs pompiers : 0,50, caporaux : 0,75 ; sergents : 1. En cas d'incendie, l'amende ci-dessus sera augmentée de 0,50. 

Article 20. Les amendes seront recouvrées par les soins du commandant de la subdivision ou par le plus ancien sous officier, elles seront versées dans la caisse municipale sous le titre de secours aux sapeurs pompiers. Le refus d'acquitter une amende imposée entraînera l'exclusion. 

Article 21. Les sapeurs pompiers de tous grades seront exonérés de la prestation en nature pour leur personne seulement. Un crédit annuel spécial sera porté au budget suivant les modifications apportées par l'autorité préfectorale à la délibération du conseil municipal en date du 20 août 1876.

Article 22. L'uniforme sera obligatoire pour l'officier commandant et sera entièrement à sa charge, pour les sergents, caporaux et sapeurs pompiers, l'uniforme sera également obligatoire et sera fourni par la commune. Cet uniforme devra être conforme à l'habillement coiffure et équipement déterminé par le décret du 14 juin 1852.

Article 23. L'entretien de l'armement fourni par l'État sera à la charge des sapeurs pompiers, les réparations en cas d'accidents causé par le service incomberont à la commune seulement.

Article 24. Des secours pourront être accordés aux sapeurs pompiers de tous grades qui, dans le service, auront reçu des blessures ou contracté une maladie entraînant une incapacité de travail, en cas de mort, ces secours pourront être employés à venir en aide aux veuves et à leurs enfants. Ils seront prélevés sur les amendes créées par l'article 19 de ce règlement et, à leur défaut, sur les ressources communales affectées à cet effet par la délibération sus-visées.

Article 25. L'entretien, le chauffage et l'éclairage de l'appartement tenant lieu de corps de garde, l'entretien de la pompe et accessoires, les réparations et l'entretien des armes, sauf recours contre les sa peurs pompiers dans le cas prévue par le règlement, les frais de registres papiers et autres frais de bureau seront à la charge de la commune. Fait à Jumièges le 12 mars 1879. Le maire de Jumièges. Chrétien.

Après le secrétaire général de préfecture, le général approuva ce règlement le 22 avril 1879.

Le 6 août 1882 Hippolyte Senard est révoqué par décret. Le 20, le garde champêtre alla lui porter copie. Le maire, M. Philippe, ne nous dit pas quelles en sont les raisons. Il est remplacé par Eugène Ybert par le décret du 29 septembre 1882 

Sans tenue avec des tuyaux crevés

Le 8 août 1886, à 9h du matin, le conseil se réunit en mairie, convoqué par l'adjoint, Sever Boutard.   Sont présents : Cabut Vauquelin, Saunier, Gruley, Délogé et Vestu. Excusés : MM Granchamp, maire, Delamettérie, Renault. Absents : M. Lambert et Philippe, décédé. Vauquelin est secrétaire. M. le président expose au conseil :
1° que les tuyaux de la pompe sont crevés partout et incapables de servir et qu'il n'est pas prudent de ne pas les remplacer promptement.
2° que les pompiers n'ont pas de petite tenue ni aucun signe distinctif dans un incendie, ce qui les fait confondre avec le fil, il est d'avis qu'il y a lieu de leur donner à chacun une veste en treillis et une ceinture de manœuvre. M. Granchamp à offert de participer à la dépense pour une somme de 100F. Le conseil à l'unanimité adopte la proposition de M. le président et vote pour faire face à la dépense afférente à l'achat des tuyaux et de la petite tenue la somme de deux cent quatre vingt francs qui sera prise sur les fonds libres du budget communal.

C'est à cette époque que l'on entreprit la construction d'un abri pour la pompe à incendie. Ce qui suscita une belle polémique. LIRE :

 
En 1888, Eléonor Lambert est nommé chef de corps et la construction. Un local est construit pour la pompe à incendie.

Les effectifs augmentent

Le 21 décembre 1890, on se réunit à 11 heures et demi du matin. Autour de Boutard : Paumier, Lambert, Jeanne, Vauquelin, Lafosse et Renault. Excusé : Delametterie. Absents Délogé, Cabut, Vestu et Gruley. Vauquelin est secrétaire M. le président donne lecture au conseil d'une lettre de M. le préfet en date du 2 décembre dernier relative à l'effectif de la compagnie des sapeurs pompiers, lequel est supérieur à celui fixé par arrêté préfectoral du 28 août 1876. Le conseil sur la proposition de M. le maire fixe l'effectif de la compagnie des sapeurs pompiers à 35 et prie M. le préfet de bien vouloir adopter ce chiffre. Ces 35 hommes comprennent un sous-lieutenant, deux sergents, quatre caporaux et un tambour ou clairon.

le 8 novembre 1891 Le conseil se réunit sous la présidence de Sever Boutard. Sont présents : Delametterie, adjoint, Paumier, Cabut , Lambert, Vauquelin, Jeanne, Lafosse et Renault. Absent : Vestu. Ce fut Vauquelin qui fit office de secrétaire. M. le président donne lecture au conseil d'une lettre des anciens pompiers par laquelle ils demandent un crédit de 50F pour leur banquet de la rentrée. Le conseil vote cette somme à prélever sur les fonds libres.

Boutard va présider le centenaire de la République en organisant une fête conséquente. Le 22 septembre 1892, l’affiche est copieuse : salves d’artillerie, sonnerie de cloches, revue de la compagnie des sapeurs pompiers, promenade militaire, banquet public, bal gratuit sur la place…

Le 16 octobre 1896, le conseil de Jumièges refusa de voter une délibération de celui de Sotteville qui voulait que les compagnies d'assurances contre l'incendie subviennent à l'entretien des compagnies de sapeurs pompiers.

La fête des pompiers

Le Journal de Rouen du 20 octobre 1897 relate ainsi la fête des pompiers de Jumièges.
Jumièges. – La fête annuelle de la Compagnie des sapeurs pompiers a eu lieu dimanche dernier. Après une réunion à la mairie en vue de l'organisation d'un tir gratuit en faveur des membres honoraires, les sapeurs-pompiers ont pris rang sur la place publique et sont partis en colonne, clairons et drapeau en tête, à la rencontre de M. Maurice Lebon, député de la circonscription, qui avait été invité à présider le banquet.
La revue passée par le sympathique député, entouré du maire, M. Boutard et des membres du Conseil municipal, a suivi cette promenade militaire.
A midi et demi, pompiers et invités se sont réunis dans la salle de classe des garçons pour prendre part au banquet servi par M. Littré, restaurateur. Toutes les notabilités de la commune et des délégués des communes environnantes y assistaient.
Au champagne, M. Lebon s'est levé et a porté la santé du chef de l'État, M. Félix Faure, qui, l'année dernière, visita Jumièges où il fut reçu avec un patriotique et enthousiaste élan. Il a rappelé ensuite les derniers événements passés en Russie et l'alliance entre les deux grands peuples. Se tournant ensuite vers M. Boutard, M. Lebon a exprimé au dévoué maire tout le plaisir qu'il éprouvait de le voir sauvé d'une longue maladie, puis il a porté la santé de M. Delametterie, l'honorable adjoint et de M. Lefrançois.
En termes émus, M. Boutard a remercié M. Lebon, il a félicité ensuite M. Lambert et la Compagnie des sapeurs-pompiers pour leur dévouement dans les nombreux incendies qui ont éclaté à Jumièges depuis deux ans et à levé son verre en l'honneur de M. le préfet de la Seine-Inférieure.
Le lieutenant Lambert a remercié tous les invités de leur présence à cette réunion fraternelle et, en terminant, il a avec beaucoup d'humour rappelé que l'équipement de sa Compagnie se recommandait aux bons soins et à la sollicitude de la municipalité.
Le sous-lieutenant Hamelin, au nom de la Compagnie de Duclair, a remercié M. Lambert de son aimable invitation et a été heureux de constater l'union qui existe entre les deux Compagnie : « C'est de la vraie fraternité républicaine. »
Les chanteurs se sont fait entendre ensuite. Tous les invités se sont séparés, enchantés de cette fête.

On lit dans le Gaulois du 13 septembre 1898. "Une chapelle très ancienne, appelée la Mère-Dieu, située à 4 kilomètres de Duclair, dans la forêt de Jumièges, appartenant à M. Prat, a été la proie des flammes. Les pertes sont évaluées a 500 francs. La cause est accidentelle, elle est attribuée à plusieurs cierges allumés qui avaient été placés par plusieurs personnes venues le matin en pèlerinage, et qui auraient communiqué le feu aux objets déposés près de la statue de la Vierge."

pour suivre  : le XXe siècle

SOURCES

Archives départementales, documents numérisés par Jean-Yves et Josiane Marchand, transcription : Laurent Quevilly.
 
Vous avez des anecdotes, des objets, des photos sur les pompiers de Jumièges, adressez-nous un scan !