C'est maintenant à vous de nous signaler les dates importantes qui, à vos yeux, on marqué l'histoire de votre commune...


39-40. A nouveau la guerre. A nouveau les hommes qui partent. Comme l’abbé Coupel, rappelé sous les drapeaux. 

Janvier 40. — L'abbé Lenouvel, du Trait, officier de la Légion d'Honneur. Il recevra sa croix des mains du général Etcheberrygaray, quelque part en France...
Le groupe artistique de l'usine de La Mailleraye, au Trait, poursuit ses galas au profit des soldats mobilisés pour l'envoi de colis.
Hilaire Terttre, maire de La Mailleraye szoyuq 1924, se noie à la cale du bac en auto.

Mars 40. — Sur le bac d'Yainville, un habitant d'Heurteauville tient des propos défaitistes. Il fait l'objet d'une enquête de la gendarmerie. Il ne fait pas bon tenir des propos antinationaux. Justin Lambert, journalier de Pavilly se dit dans un café l'ami d'Hitler. Six mois de prison.
Le 14, l'ancien percepteur de Duclair, Joseph Grasset, passe en correctionnelle. A 80 ans, il a différentes affaires au cul. Ayant monté un banque à Duclair sur le lieu de sa perception, il s'était vu confier 79.000 F par le pharmacien Victor Hernault pour acheter des bons du Trésor. Qui tardèrent à exhiber leurs titres. Grasset finit par rembourser à l'investisseur 69.000 F. Point barre. Il fut condamné pour le reliquat a de la prison et une amende.

Avril 40. — Le 25, au Trait, on retrouve le corps de M. Charles Christophe, d'Heurteauville, 77 ans. Natif d'Angerville-la-Martel, marié au Landin et père d'un enfant, il s'était noyé le 13 décembre. Au Trait, le commis d'Yves Poullennec, Roland Marchand, est poursuivi pour vol d'automobile, d'essence et de charbon. La veuve Blanchet est poursuivie pour recel.
Au carrefour des ACSM, un camion et une voiture militaires se percutent. Des blessés.

Mai 40. — Le commandant de vaisseau Roger Bouan, beau-frère de Henri Nitot, directeur général des ACSM, mort dans le naufrage du contre-torpilleur Bison en mission d'escorte. Une rue porte aujourd'hui son nom.

Juin 40. — L’abbé Coupel  est de passage avec d’autres soldats dans la ville d’Evreux qui, une semaine durant, va être la proie des flammes. Le curé de Jumièges est remarqué dans sa bravoure à combattre le sinistre.

En juin, un journalier de Duclair et sa fille pillent les maisons abandonnées. On retrouve chez eux un fût d'eau de vie, une machine à coudre, des vêtements. Ils écopent en août de deux ans de prison.

La mort mystérieuse de Georges Jamet

Il travaillait aux chantiers du Trait et avait 33 ans. Le 3 août 1940, en fin de journée, il sort du café de l'Eglise, à Yainville. Parvenu à hauteur du portail des Zoaques, il est renversé par une voiture qui ne s'arrête pas. Et décéda le lendemain à l'Hôtel-Dieu de Rouen. Les Allemands certifièrent qu'aucun de leurs véhicules n'était en cause. Alors qui avait bien pu renverser Georges Jamet ? Les voitures étaient peu nombreuses à l'époque. L'avis de décès parut dans le Journal de Rouen du 6 août. Le décès avait été déclaré la veille au nom de "Georges-Louis Marin Jamet, 33 ans, au Mesnil-sous-Jumièges." La veuve de la victime dut faire mille métiers pour élever ses cinq enfants : des ménages, des lessives, le ramassage des haricots. Longtemps après, quelqu'un voulut faire des révélations sur cette affaire. La mort ne lui en laissa pas le temps.

1940, c'est aussi l'année où, au Mesnil, un projet de drainage du marais évalué à 37.000 F est rejeté, c'est aussi dernière traversée du passeur de Jumièges, Claude Persil..

Durant la guerre, les Allemands occuperont notamment l'abbaye et l'ancien manoir de Sacha  Guitry, à Yainville.


1941, 26 août : M. Rage est nommé cantonnier au Mesnil.


1942. 14 mars : le ravitaillement est difficile. Au Mesnil, on demande à la Kommandantur un permis de circuler sur la commune.

Juillet. Délivrance dea Autorisations de transport des fruis et légumes dans le canton de Dacluir
Des inconvénients ayant été relevés pour l'enlèvement des autorisations de transport». Messieurs les grossistes et porteurs d'autorisation d'achat en culture sont informés de l'adresse des bureaux fonctionnant actuellement : Jumièges, llôtel des Ruines ; La Bouille, Hôtel dee la Poste ; Duclair Café Central, Place du marché.


1943. 9 août : face aux bombardements sur la ville du Havre, on recense les logements au Mesnil pour accueillir 480 réfugiés au cas où la cité portuaire venait à être évacuée...


1944. Avril : toute bête réquisitionnée au marais du Mesnil pourra être remplacée sans taxe.

Juillet 1944: deux maquisards parviennent à désarmer quatre Allemands. Quatorze prisonniers seront remis aux Alliés. Des embuscades sont tendues, des battues organisées en forêt avec les gendarmes du Trait. Une femme sera tondue à la mairie après un sommaire procès devant une vingtaine de personnes.

Novembre 44: Lionel Lemoine est nommé maire du Mesnil où l'on loue pour 15 ans aux carrières Drouard cinq hectares à raison de 3F le m3.

1er décembre 1944: Charles Guillemot-Treffainguy est nommé officiellement maire.


1945. 19 janvier : Lionel Lemoine est élu maire du Mesnil.

Mars  verra la nomination de Nicolas Pruvost comme instituteur du Mesnil en remplacement de M. Hequet.

13 mars : Estor Cadinot élu maire de Jumièges. Mandat record car, le 19 mai, Georges Boutard lui succède. Entre temps, le 13, Louis Duparc a été élu maire du Mesnil.

Juin. Bagarre à Jumièges. (BNF Cote : 19870802/20/2 Dossier n°15205/4798)

Septembre. Meurtre au Mesnil. Cote : (BNF : 19870802/22/1 Dossier n°15205/5183)

Le canton aura un conseiller général SFIO : Raymond Brétéché, le maire du Trait.


1946: Conservation des hautes murailles de Notre-Dame et certaines parties de Saint-Pierre.

Gisèle Vestu se souvient de ces années qui suivirent la Libération.  Avec ses animations à l'hôtel Grèverie, l'ancien hôtel Littré. "Cinéma le jeudi soir. Une dame Léon Grain, de Yainville, était assistante. Théâtre: un certain Alex Lenoir animait un groupe de jeunes qui se produisaient le dimanche. Une revue connut un cetain succès: "Oui, c'est à l'hôtel des ruines, où l'on s'enva, ça s'devine..." 

"Il y avait des bals réguliers animés par Claude Deuil, Claude Lemire, actuellement accordéoniste dans la compagnie Nicollet. La salle de l'auberge servait de salle des fêtes pour certaines occasions. Elle servit même de salle de classe..." On y donnera des spectacles jusque dans les années 60.


1947: l'Etat devient propriétaire des ruines. 1er mai: on donne une revue intitulée Jumièges en Chine.  Y participent Mlles Yvette Couroyer, Janine Lafosse, Hélène Chambry, Jacqueline Plichon, Lucienne Lamy, Etiennette Martin, Madeleine Grain, Odette Chambry, Mme Gilberte Goule (la comère), Robert Chouard (le compère), Jean Dorival, Alex Lenoir, Jacques Coupez, Claude Houssais, Claude Deuil, Michel Blondel, Jacques Canu, Jean Havard...

Juillet : au Trait, les vols de pneus et d'outils reprennent.
Camp scout des jeunesses salutistes : "Autocar pour Yainville, marche jusqu’à la forêt de Jumièges, notre lieu de camp. Nous y passons trois semaines merveilleuses. Nous faisons beaucoup d’astuces de camp : « cuisine moderne, salle à manger, coins de patrouille », pour rendre le camp le plus confortable possible. Des grands jeux de nuit et de jour sont organisés, tous les lieux historiques sont explorés... Jumièges est la région des légendes et des mystères... Les Eclaireurs s’en donnent à cœur joie et jouissent beaucoup de l’aventure. Voici l’heure du départ pour l’Angleterre. Nous avons rejoint Rouen. "

31 octobre : réélection de Georges Boutard à la mairie de Jumièges.

Crime dans la plaine de Yainville !

Un jour, Monsieur Chambry découvrit un cadavre dans les sablières du Mesnil, l'actuel parking du golf. L'endroit tenait lieu de décharge publique et était très fréquenté. Les soldats américains y jetaient des trésors aux yeux des enfants. Que faisait là ce corps? Sombre histoire. L'épouse d'un garçon du pays avait pris pour amant un gars "en déplacement" comme on dit. Brave type. Mais qui va devenir un assassin. Alors que les deux hommes sont en voiture, dans la plaine de Yainville, il demande au mari trompé d'arrêter un instant le véhicule. Le temps de satisfaire à un besoin naturel. Il fait discrètement le tour du véhicule. Et tue son rival. Au procès, la thèse d'un crime commandité par l'épouse est développée. Mais cette fille d'un notable de Duclair ne sera pas inquiétée.  Le père de la victime était quant à lui l'un des meilleurs amis de mon père. Jamais il ne m'en a touché un mot...



1948 :  Remise en état des ruines de la chapelle orientale de la grande église et du chœur de l'église Saint-Pierre.


1949 : Jean Martine, agriculteur de 19 ans, se classe premier coureur de Seine-Maritime aux journées sportives de Dieppe. Préservation des fragments de voûtes du grand cellier.

6 octobre, au Mesnil, Denise Morel est nommée institutrice.


1951 : restauration sur deux ans de la tour occidentale sud. C’est dans ces années 50 que 37 panneaux de chêne originaires de Jumièges, the cloisters, sont exposés au Metropolitan museun de New-York.


1952. Décès de Détienne, l’ancien gardien de l’abbaye.


1953. Le 7 mai 1953, Henri Lefrançois est élu maire de Jumièges. 1953, c’est aussi la sauvegarde de l'angle N.-E. de la porterie primitive. Protection du tracé du chœur roman de Notre-Dame. Déblaiement, à la sacristie, des reliques dont on retrouve des fragments de dallage. Réfection du sol de la salle capitulaire.


1954 : Claude Deuil est nommé lieutenant et chef des pompiers. Jusqu'à la dissolution du corps qui interviendra le 1er mars 1972. Aménagement du musée lapidaire à l'abbatiale. L'abbé Maurice publie en réplique à Emile Savalle, près de cent ans plus tôt, L'abbatiale de Jumièges, quels furent les vrais responsables de sa destruction.

Cette même année, la bibliothèque de Rouen donne une exposition sur Jumièges.

Alphonse Callais entouré ici de Raymonde et Marie-Louise Mainberte.

11 juin : notre cousin Alphonse Callais est élu maire de Jumièges.
 
7 Décembre. Le navire charbonnier Capitaine-Saint-Martin de l'Union industrielle et maritime  montait à Rouen lorsqu'il a été abordé par tribord arrière à hauteur d'Heurteauville par une péniche anglaise qu'il venait de dépasser. Sous la violence du choc, la péniche "Virtus-IV" chavira sous son étrave. Les six occupants de la péniche moururent noyés (père, mère et enfants) le seul rescapé fut le matelot. Les corps furent transportés au local des sapeurs-pompiers de Jumièges.

7 décembre 1954. Partie le matin du Havre, une péniche a sept personnes à bord : Le patron, César Delaye, 40 ans, sa femme de 36, sa mère de 70 ans, son neveu de 20 ans, prénommé lui    aussi César et trois des sept enfants du couple : Joelle,  4 ans, Mireille, 3 ans, Yvette, 7 mois.
Derrière elle, au niveau d'Heurteauville, venaient deux cargos, le vapeur anglais « Hundlea » de Cardiff et le « Capitaine Saint-Laurent de 4.500 tonneaux. Plus rapide, celui-ci voulut doubler le « Hundlea ». Par suite d’un phénomène de succion bien connu des pilotes de la Seine maritime, l' « Hundlea » se trouva attiré vers le «Capitaine-Saint-Laurent » et le heurta violemment. Dérouté brusquement, ce dernier se mit en travers du fleuve et écrasa de son étrave la péniche « Virtus IV » qui fut bientôt presque complètement submergée. Seul des occupants de la péniche, le jeune César Délavé, qui se tenait sur le pont, est indemne.  Malgré les recherches, aucune des six victimes n’a pu être retrouvée.


Naissance de la Seine-Maritime

18 janvier 1955 : la Seine-Inférieure devient la Seine-Maritime. En ces années-là, Pierre-René Wolf, le patron de Paris-Normandie, vient souvent déjeuner sous les murs lambrissés du père Shmidt,  à l'hôtel du Parc de Duclair.  En compagnie d'Armand Salacrou.


Un vieux cultivateur de Jumièges, auquel je dois plus d'un renseignement précieux, me racontait qu'il avait été, dans sa jeunesse, envoyé par sa femme en pèlerinage à St-Antoine-du-Feu, dans la petite église de Rançon, commune de St-Wandrille. Il ne niait pas avoir été guéri de ses « dartres savonneuses » par le saint étranger, mais il ajoutait : « ma femme y croyait parce qu'elle était de ce pays-là ; mais pas moi. On ne croit jamais qu'aux saints de chez soi ! »

Gorce-Mortier, 1960, Histoire générale des religions

Dimanche 12 mai 1957 la Société des Amis de Flaubert organise sa manifestation littéraire annuelle au Pavillon de Croisset et se rend à Jumièges pour y commémorer le souvenir du grand écrivain et de son œuvre.



24 septembre 1958. Décès à Yainville d'Andréa Mainberte. 

Psychose de l'attentat FLN. L'Intransigeant : ROUEN, 8 octobre. — Dérangés par un chasseur, près de St-Martin-de-Boscherville, deux inconnus avaient pris la fuite, abandonnant un engin constituépar un percuteur et une bombeà ailettes.
Dans la nuit, la gendarmerie a arrêté un des artificiers qui venait sans doute sur les lieux dans l’espoir de récupérer l'engin, destiné probablement à être lancé contre la centrale électrique voisine de Yainville.



8 janvier 1959, après avoir confié le pouvoir au général de Gaulle, le président Coty, de retour dans sa ville du Havre, s’est arrêta manger à l’hôtel des Ruines, tenu par Grèverie.



1962. Un joueur de l'USY, agent de la centrale d'Yainville, est incarcéré pour coups ayant entraîné la mort.


1963. Dans la nuit du 7 au 8 octobre, un bateau de navigation intérieure l'automoteur Gajak-II remontait  la Seine venant de Tancarville pour gagner Jumièges précédant le navire Benoick qui remontait sur Rouen. Un peu en amont de Caudebec, la visibilité devenant moins bonne, le marinier décida de virer de bord pour accoster. C'est durant cette manœuvre, non signalée semble-t-il, par l'automoteur, que la collision eut lieu. Le Cajak-II coula pendant que les deux hommes d'équipage, le père et le fils, réussissaient à se sauver. L'enquête en cours déterminera les responsabilités..


1963. Dimanche 12 juillet. C’est l’installation officielle de l’abbé Luc Leblond. Au premier rang de l’assistance, les maires des trois communes sont là. MM Callais, Passerel et Duparc. A leurs côtés : leurs homologues des paroisses qui dépendaient jusque là de l’abbé Leblond : Ouville-la-Rivière, Longueil et Saint-Denis-d’Aclon. On note encore la présence du chanoine Christophe, doyen de Duclair, des prêtres des communes environnantes comme les abbés Hallegoët et Couillet qui avaient assuré l’intérim.
Selon le cérémonial, Alphonse Callais remet les clef de l’église de Jumièges à son nouveau pasteur avec un mot de bienvenue. La procession s’engouffre dans la nef. L’abbé Leblond prend ses fonctions en se rendant au tabernacle, aux fonts baptismaux, au clocher et au confessionnal. Le chanoine Christophe monte en chaire et retrace le parcours du prêtre brayon, ordonné en 1938 et nommé à Sainte-Madeleine de Rouen. De 1943 à 1956, on le retrouve aumônier de l’hospice général. Puis curé d’Ouville.
A son tour l’abbé Leblond monte en chaire. Remerciements.  Vœux d’un long sacerdoce dans la presqu’île. Il rappelle aussi les 26 années passées à cette charge par l’abbé Coupel. Vatican II encourage la collaboration entre clergé et laïques. Qu’il en soit de même ici à travers tous les organismes existants ou à développer.
La cérémonie religieuse s’achève. On se rend au presbytère, tout juste rénové par la municipalité, pour un vin d’honneur.



1965. Martial Grain :"J'ai en mémoire un fait-divers qui se passa dans la nuit du 23 au 24 avril 1965 où, vers minuit , un gros "Boum !" réveilla mes parents. On habitait en bordure de Seine. C'était un cargo norvégien qui venait d'entrer en collision avec un caboteur chargé de kaolin nomméMeledor. Celui-ci sombra et les hommes furent récupérés par le navire resté a flot.
Les hauts parleurs avait pourtant dit aux hommes d'aller vers la berge, voyant des lumières de notre maison.
Le bateau coulé fut vidé de son chargement, pendant plusieurs jours et coupé à la dynamite en trois morceaux. Les déflagrations secouaient terriblement notre frèle demeure, distante de 150 m des explosions."



1966. Tournage de "Meurtre dans la cathédrale" de Jean Deschamps à Jumièges le 13 mai 1966.


1969. Mai  : campagne pour les présidentielles. Des inscriptions sont peintes au sol dans la traversée du Trait

19 août. Une 403 dévale dans la Seine à la cale du bac de Port-Jumièges. Ses occupants achetaient des prunes....


Dans les années 70, certaines pratiques perdurent. Rue du Quesnay puis rue Mainberte, M. Chatigny soigne les entorses par prière et apposition des mains. Mme Percepied, rue de la Haute-Ville, a aussi se réputation. A la sortie d'Yainville, sur la route de Duclair, Mme Blaise est également consultée pour obtenir des guérisons ou connaître l'avenir. Elle vous fait porter un ruban blanc qui aidera la personne malade, on lui remet aussi une photo et Mme Blaise la soignera à distance.


1974 : Charles Carré, élu de Varengeville, ancien directeur de l’école d’agriculture de Duclair est le conseiller général. Dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 août, le musée lapidaire est ravagé par un incendie.


1977. 26 mars  : André Fessard maire de Jumièges.


1983. 19 mars : Roland Maillet maire de Jumièges.


1992 : Bernard Léger, maire de Varengeville, élu conseiller général en mars.         


1995. 23 juin  : Jean-René Le Ru maire de Jumièges.


2001: Joëlle Tétard est la première femme élue maire de Jumièges. La directrice de l'école menait une liste avec une étiquette Divers gauche. 


2008: élection de Jean Dupont le 16 mars qui l'emporte face à la liste menée par Joëlle Tétard.
 


2014 : Une seule liste en lice. Réélection de Jean Dupont entouré de Anne-Sophie Lecointre-Savary, Bruno Duval, Christèle Vincent, Jean-Luc Chauveau, Adeline Frasczack, José Vatey, Nathalie Portail, Philippe Lamy, Fabienne Martin-Hellouin, Sylvain David, Maryse Renault, John Lassagne, Farah Vautier, Julien Delalandre, Isabelle Tambpt, Charles Lefaux, Claudine Hermier-Pérez, Thomas Chambry.


2020 : Victoire très nette de Julien Delalandre, petit-fils de Georges Boutard, 4e représentant d'une même famille dans le fauteuil de maire de Jumièges.

Voilà. nous avons traversé les siècles avec mes ancêtres maternels, les Mainberte. Aujourd'hui, alors que le nom s'est transmis ici pendant plus de 800 ans, plus personne ne porte ce nom dans la presqu'île de Jumièges. Si ce n'est la toponymie locale. En novembre 2005, le bulletin municipal posa cette question dans ses colonnes: "Quelle est l'une des plus vieilles familles de Jumièges honorée ce jour par le nom d'une rue?" Dans le numéro suivant, on donna la réponse : "La famille Mainberte !" J'avoue que ces quelques lignes m'allèrent droit au cœur. Merci Gisèle Vestu...

Vos réactions

Nicole : Source archives de l' abbaye :
ABBAYE DE JUMIEGE EN NORMANDIE
Un chevalier du nom de Guidard de Farcis donne à l’abbé et aux religieux de  Jumièges toute sa terre sise sur la paroisse Saint- Martin de Bouafle, à condition qu’il  serait reçu gratuitement s’il voulait embrasser l’état religieux. Vers 1128. – Eude fils  Hubert et ses soeurs vendent aux religieux de Jumièges ce qu’ils possédaient de la vigne  Hildevert, à Bouafle, moyennant 67 sols parisis. 1185 (v.st.). – Philippe de Boële-Maillard confirme les donations de terres sises à Bouafle laites aux religieux de  Jumièges par Evrard son père et ses ancêtres. 1207. – Confirmations d’un achat de  vignes par Jean de Bazemont, par Firmin « de Felinis », par Hugue de Boutigny. 1227. – Donation par Guillaume dit Sans-Avoir, chevalier, aux religieux de Jumièges de deux  pièces de vigne sises à Bouafle. 1245. – Vente à Jumièges par Jean de Bouafle de tous  les droits qu’il pouvait avoir sur une pièce de terre sise à Bouafle. 1283.
Moi je fait des recherches sur Jean de Basemont


Catherine : je recherche des ancetres de la famille guillebert dans toutes la france ou l'etranger

Jean-Luc Bordier : Je recherche des informations sur la famille Lettré de Canteleu (76) ?. Marie Françoise Sophie Lettré (1775-1835) X Jean-Baptiste Lefort (1758-1824) gendre de Nicolas-Casimir Caumont (+1852), le sauveur de l'Abbaye de Jumièges. Elle avait un frère François-Victor Lettré, o16 octobre 1781, capitaine de vaisseau. Leur père, Pierre Daniel Auguste Lettré (o 1750),X avec Marie françoise Braquehais s'était déclaré chaufournier (four à chaux ?), quelqu'un peut-il m'aider  ? Merci par avance de toutes vos informations. 

Chanteloupien : bonjour, je suis content de pouvoir sans me déplacer et de pouvoir prendre notes des faits et gestes de cette fabulueuse histoire de l'abbaye, qu'elle domage de la voir en ruine, merci !! et bravo pour le travail

 

Haut de  page