Aidez-nous à compléter la biographie et la galerie de portraits des maires de Jumièges.


1) Pierre Antoire Modeste Varanguien, le 2 février 1790, notaire. Pierre Antoine Modeste Varanguien eut un fils, Antoine, le 15 septembre 1785. Il est l'époux de Marie Anne Françoise Carnion. Les parrains de l'enfant furent Louis Joseph Maret, écuyer demeurant à Jumièges et Marie-Anne-Rose Filocque, épouse de Pierre Philbert Levillain, de Jumièges.


2) Pierre François Martin Amand 1792, laboureur. Epoux de Marie-Madeline Danger, il habitait le hameau du Conihout.


3) Pierre Antoine Modeste Varanguien, 1795 - 1798. On retrouva son corps sous les côtes du Mesnil le 25 mars 1799. Il s'était noyé par un épais brouillard.


4) Antoine Alexandre Joseph Desaulty. Démissionne le 2 avril 1798. Alors qu'il était cellérier de l'abbaye, il fut envoyé en disgrâce à l'abbaye de Caen pour avoir regardé de trop près la plus belle fille du pays. De retour à Jumièges, il brigua un mandat électif et sera deux fois maire... 


5) Nicolas David Foutrel 24 avril 1798 - 1800. Ancien organiste de l'abbaye. L'un des musiciens les plus brillants de la région de Rouen. Fils de David Foutrel et Angélique Taney, il épousa à 45 ans, Thérèse Nobert, elle-même fille de feu Jean-Baptiste et Elisabeth Ouin.  


6) Jean-Jacques Hue de Rome, propriétaire, 9 juin 1800-18 août 1804. Né en 1753 de Jean-Baptiste Hue et Marie-Françoise Bourdon, veuf de Madeleine Dubuc, époux en secondes noces de Marie-Anne Dépouville. Il sera deux fois maire. 


7) Antoine Alexandre Joseph Desaulty, 1804-1808. Destitué, l'ancien moine mourra le 22 mai 1826 au domicile de Mlle Dinaumare, face à l'abbaye. 


8) Jean-Jacques Hue de Rome. 12 juin 1808 - 1814. Suspendu, sans successeur, il devait décéder début 1814 : "A comparu Jean François Hue 58 ans, frère du défunt de Jumièges et Jean Victor 26 ans fils du défunt, domicilié à Jumièges, hameau d'heurteauville qui ont déclaré que Jean-Jacques Hue, 60 ans, propriétaire et maire de Jumièges est mort." 


9) Jean-Victor Hue de Rome. Fils du précédent, directeur de la harelle d'Heurteauville. (4 juillet 1814-1824) 


10) Charles Lesain (1824-1830). Il était 1er adjoint depuis 1816. Suspendu du poste de maire en 1830, il sera nommé à Yainville et contraint à la démission en 1843. 


11) Nicolas-Casimir Caumont, 14 octobre 1830. Il eut d'abord le notaire, Frédéric Leboucher, pour premier adjoint. En 1835, Honoré Dossier est le premier adjoint. Tous deux démissionnent en 1837. Dupont, 2e adjoint, assure alors les fonctions de maire à titre provisoire.  


12) François Bouttard de la Grange, 1837. Nommé après la démission de Caumont. Ses adversaires lui reprochent d'être illettré. Bouttard s'opposa aux prétentions des Heurteauvillais à vouloir s'ériger en section communale. Il fut nommé encore en 1841 mais mourut en fonction le 15 mai. 


13) Simon Cabut (1841-1843). Adjoint de Boutard, il lui succéda à sa mort.


14) Jean Baptiste Chantin (1843-1846).


15) Casimir Caumont, (1er novembre 1846 - mars 1848).


16) Condor maire provisoire du 20 mars 1848 jusqu'en novembre 1848.       


 (17) Jean Pierre Valentin Beauvet, 12 novembre 1848-16 décembre 1851. Il était marié avec Cécile Malot, la demi-sœur d'Hector Malot. C'est le plus ancien maire dont nous possédons le portrait. 

Il eut une carrière politique très mouvementée, notamment du fait qu'il possédait une résidence à La Bouille considérée comme son lieu principal d'habitation.



18) Nicolas-Casimir Caumont, 16 décembre 1851-avril 1852. Troisième et dernier mandat pour le propriétaire de l'abbaye.


19) Michel Lepicard (1852-1856).


20) Achille Désiré Poullain, dit Granchamp (1856-1860). Poullain était né le 6 octobre 1821 à Caudebec. Il était associé à son beau-frère, le père de Maurice Leblanc. Tous deux étaient versés à Rouen dans l’armement et le commerce de charbon. Il n’eut pas de descendance.


21) Aimé Lepel-Cointet, 1860-1871, propriétaire de l'abbaye. Agent de change né le 19 juin 1796 à Paris XVIe, il acheta les ruines en découvrant une affiche sur les murs de Rouen.

Marié avec Louise Esther Lettu, il est décédé le 19 juin 1872 à Jumièges et repose au Père Lachaise. 

Sa belle-fille, "Mme Eric", sera la propriétaire des ruines jusqu'à sa mort en 1931. 


22) Jean Lanata. Elu le 3 août 1871. C'est le maire le plus étonnant de Jumièges. Il était en effet Italien. Né à Gênes en 1810, marin à Jumièges, il fut naturalisé français en 1841. Il avait épousé en 1839 Hortense Eugénie Deconihout dont il eut une fille. Jean Lanata est mort en fonction le 22 septembre 1872.


23) Simon Cabut. Elu le 24 octobre 1872, il décède le 23 mars 1873.


 24) Ernest Cabut (1873 - 1876)
25)  Eugène Chrétien. Elu le 8 octobre 1876.

26) Jérémie Philippe, 23 janvier 1881-18 mai 1884


27) Achille-Désiré Poullain, dit Granchamp, 18 mai 1884-10 août 1890, date de son décès. En 1880, il a battu Charles Darcel, le maire de Berville-sur-Seine, dans la course au conseil général avec une étiquette d'homme de gauche. Depuis 1877, il était autorisé à ajouter Grandchamp à son patronyme.


28) Sever Augustin Boutard, 10 août 1890-18 août 1907. 

Cultivateur né le 6 octobre 1830 au Conihout. 

Marié  le 12 octobre 1861 au Mesnil avec Aglaée Fortunée Pulchérie Goubert dont il eut deux enfants : Augustine Herminie  et Sever Jérémie.

Fils de conseiller municipal, il devint maire à 60 ans et fut décoré du Mérite agricole par Félix Faure, président de la République.

Il écrivit ses mémoires de jeunesse en 1909 à la demande de l'instituteur du village, Pierre Paôn. Il décéda au Mesnil le 12 février 1922. 


29) Jules Lefebvre, 18 août 1907-17 mai 1908

30) Prosper Péchard,
élu le 17 mai 1908. Assassiné le 14 juillet 1910.


 Lire notre dossier.
  







31) De la Metterie 16 août 1910-13 mars 1911.
32) Jules Lefebvre, 13 mars 1911 - 10 décembre 1919. Réélu, son mandat est invalidé le 14 mars 1920. C'est le maire de la Grande guerre ! Il allait de ferme en ferme rédiger le courrier des épouses dont le mari était au front. En août 1914, la première dépêche préfectorale annonçant  la mort d'un Poilu lui apprit que son fils aîné, Léon Lefebvre, était tombé en Belgique. Il ira 41 fois apporter de tristes nouvelles aux familles et l'on redoutait sa venue à la maison. Après l'Armistice, Jules Lefebvre, radical-socialiste, fut emporté par le ras-de-marée du bloc des Droites. Pour venger son honneur, Joseph Lefebvre, son petit-fils, remporta plus tard la mairie du Mesnil. 
33) Sever Jérémie Boutard  14 mars 1920-25 mai 1933. Son père avait été maire.







34) Guillaume Quesne, 25 mai 1933-1940. Arboriculteur distingué.

35) Charles Guillemot-Treffainguy 1940-13 mars 1945. « Il était à l'époque notaire puis après la guerre greffier en chef du Tribunal d'Yvetot et enfin Procureur de la République. Il s'est illustré dans la résistance avec mon grand-oncle, qui était huissier de justice. »
Communication de Pascal Guillemot-Treffaingny.


Estor Cadinot, 13 mars 1945-19 mai 1945. Le plus court mandat de l'histoire. Trois mois !
(37) Georges Boutard 19 mai 1945-7 mai 1953







38)  Henri Lefrançois, 7 mai 1953-11 juin 1954, date de son décès. Il était né en 1884.

39) Alphonse Callais, 11 juin 1954 26 mars 1977.
Né à Yainville en 1897 d'un père vannier et d'une mère journalière, Marie-Josephine Mainberte.










40) André Fessard, 26 mars 1977-19 mars 1983


41) Roland Maillet, 19 mars 1983 23 juin 1995. Roland Maillet fut principal du collège de Gournay-en-Bray et de Caudebec-en-Caux. Palmes académiques, délégué de l'Education nationale. Ancien combattant il était aussi officier de réserve. Il fut trésorier du Parti Socialiste de Seine-Maritime. Décédé en janvier 2004.









42) Jean-René Le Ru, 23 juin 1995-2001.

Né en Bretagne, à Plouguerneau en 1947, il  a suivi des études d'ingénieur de travaux publics à Paris. Il a exercé en Basse-Normandie, en Bretagne, en Champagne-Ardennes et en Haute-Normandie à partir de 1992 où il s'est installé à Jumièges. Il a exercé les fonctions de Maire de la commune de 1995 à 2001. Sous son mandat, de nombreux bâtiments communaux ont été réhabilités, comme la mairie, la maison Grandchamps, l'appartement des Sablons. Il a acquis le parc Foubert et surtout réhabilité l'ensemble de l'espace devant l'abbaye.

Notons également dans cette période, la réhabilitation ou la création de stations d'épuration dans la boucle de Jumièges.

Parmi les festivités de Jumièges dont il fût l'un des promoteurs, il convient de se remémorer le rassemblement national du tourisme équestre en 1997 - EQUIRANDO - avec plus de mille cavaliers et attelages dans l'enceinte de l'abbaye.".


 43) Joëlle Testard, 2001, ancienne directrice de l’école primaire. La première femme maire entrée dans la maison commune !






44) Jean Dupont, 2008.  Réélu en 2014 sans opposition.

Aidez-nous à compléter cette galerie !


HAUT DE PAGE